Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

5 - 2003, DAEE 44 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de souscrire 2 avenants à la convention du 22 avril 1998 de développement d'activités pour l'emploi des jeunes, relative à l'aide aux démarches et à la solidarité, pour le transfert d'activités correspondant au transfert de 31 postes d'emplois-jeunes consultants d'accès au droit, ainsi qu'un avenant mettant fin à la convention de mise à disposition de ces emplois-jeunes avec le Conseil départemental de l'Aide juridique

Débat/ Conseil général/ Septembre 2003


M. Christian SAUTTER, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DAEE 44 G relatif au transfert de 31 postes d'emplois-jeunes consultants d'accès au droit.
Je donne tout d'abord la parole à Marie-Pierre MARTINET. Mme CATALA a également souhaité s'exprimer.
Mme Marie-Pierre MARTINET. - Comme le rappelle ce projet de délibération, la Ville de Paris et le Département de Paris étaient engagés depuis cinq ans dans le nouveau service emplois-jeunes lancé en 1997 par le précédent Gouvernement.
L'objectif était de répondre à des besoins nouveaux et au chômage des jeunes en les aidant à trouver un premier emploi ou en leur donnant une formation.
La première mesure de notre actuel Gouvernement a été de mettre fin brutalement à ce dispositif en laissant les employeurs se débrouiller.
Une mesure vise à améliorer les conditions d'emploi des 1.300 jeunes employés par la Ville répartis sur 33 missions différentes. Dans la continuité de ces mesures, la Ville de Paris a donc décidé de faire face à la défaillance de l'Etat en s'engageant, lors du Conseil d'avril, à ce que les moyens mis en oeuvre soient pérennisés et que les jeunes retrouvent un emploi. Il s'agit de ne pas laisser tomber ces jeunes qui n'ont pas vu leur situation améliorée car ils sont de plus en plus confrontés au chômage.
Le projet de délibération est une première traduction de cet engagement puisqu'il vise à pérenniser les postes, mais aussi les personnes. En les transférant à une association, ils pourront ainsi poursuivre une mission essentielle, nouvelle, ayant fait ses preuves.
Il est regrettable que le Gouvernement et l'Etat se défaussent et se désengagent ; c'est tout à l'honneur de la Ville d'avoir trouvé les moyens.
L'intérêt général est que cet effort se pérennise pour les autres emplois-jeunes car la lutte contre le chômage, la précarité et l'exclusion sont pour nous des priorités.
Je vous remercie.
M. Christian SAUTTER, président, au nom de la 2e Commission. - Mme CATALA n'étant pas parmi nous, je vais répondre au nom de Mylène STAMBOULI et en mon nom propre pour vous dire que la décision prise par l'Etat, et plus précisément par le Gouvernement, d'interrompre le dispositif des emplois-jeunes nous a posé des questions très difficiles.
Chaque emploi-jeune avait un contrat de 5 ans, mais c'était un dispositif qui devait se poursuivre tant qu'il y avait des jeunes en difficulté. Ce dispositif étant interrompu, François DAGNAUD, Clémentine AUTAIN et moi-même avons cherché à aider, dans la mesure du possible, les jeunes qui étaient employés par la Ville de Paris à trouver une solution d'avenir, soit au sein de la Ville de Paris avec des préparations aux concours, soit en dehors de la Ville de Paris si ceux-ci le souhaitent.
Ceci en est une application concrète car la mission que ces jeunes exercent est une mission nouvelle, très utile aux Parisiennes et aux Parisiens les plus modestes.
Donc il vous est proposé de soutenir une association qui permettra à cette mission de service public de se poursuivre.
Je remercie Mme MARTINET de son intervention, elle a fait les questions et les réponses ; elle a très bien exposé ce problème délicat et la solution.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 44 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DAEE 44 G).