Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

10 - 2001, ASES 189 G - Participation du Département de Paris à l'association "Basiliade" (4e)

Débat/ Conseil général/ Octobre 2001


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons au dossier ASES 189 G relatif à la participation du Département de Paris à l'association "Basiliade".
Je donne la parole à Mme GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Je suis désolée, je ne voudrais pas monopoliser la parole.
Je vais être très brève puisque c'est une question qui a déjà été abordée par d'autres aspects mais, quand même, on ne peut que constater que mois après mois, notre Assemblée confirme le soutien fort de la Municipalité parisienne à tous les acteurs de la lutte contre le Sida, à tous ceux qui accompagnent les personnes atteintes du virus dans la recherche d'une vie autonome et digne, ou aux associations de prévention du Sida comme "Kiosque Info Sida Toxicomanie", pour lequel nous voterons tout à l'heure aussi une subvention pour 2001. Les augmentations substantielles proposées témoignent de la volonté de prendre en compte un problème réel et l'importance du travail effectué par le milieu associatif.
Le Sida touche de plus en plus des personnes en situation de précarité ou de grande précarité par manque d'accès à l'information, par manque d'information adaptée, par manque de moyens de prévention et cela malgré l'existence de la C.M.U. Donc, pour ces personnes, un mal s'ajoute à un mal. Elles cumulent les handicaps. Un effort particulier doit donc être fait en direction de ces personnes socialement déstabilisées, et de plus désarçonnées par le V.I.H.
Le travail de l'association "Basiliade" est essentiel dans le cadre de la réinsertion, difficile, des personnes en situation de précarité vivant avec le virus, dont des allocataires parisiens du R.M.I. L'insertion par le logement tient une place importante dans l'activité de cette association dynamique qui est confrontée, pour les personnes qu'elle accompagne, au problème de logement insalubre, de perte de revenus du fait de la maladie et d'instabilité.
Il faudra, bien sûr, et je conclus là-dessus, développer encore l'effort engagé pour doter Paris d'appartements thérapeutiques et de solutions d'hébergement durable permettant aux malades de ne pas s'enfoncer dans la spirale de la précarité.
Nous avions eu quelques délibérations dans ce sens, la dernière fois, mais je crois que, vraiment, il faut augmenter très sérieusement ce parc.
Je vous en remercie.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Monsieur LHOSTIS, vous avez la parole.
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - L'action contre le Sida et le développement qui se poursuit de la pandémie sont toujours au c?ur des priorités de l'action de santé publique de la Municipalité parisienne. Le Maire de Paris aura, le 1er décembre, à l'occasion de la journée mondiale du Sida, l'occasion de témoigner là toute l'attention de la Municipalité et surtout les engagements que nous comptons prendre pendant la mandature et que nous avons déjà commencé d'engager.
Evidemment, le travail d'associations comme "La Basiliade", mais il y a aussi de nombreuses autres associations qui travaillent dans ce sens, est essentiel. C'est pour cela que la Municipalité accorde des subventions importantes à ces associations.
Dans ce projet de délibération, il s'agit de soutenir une association qui met des logements-relais à disposition des malades et aujourd'hui c'est encore beaucoup plus important dans la mesure où l'espérance de vie s'est à nouveau ouverte suite aux progrès notamment de la trithérapie.
Concernant les logements sociaux de droit commun, un processus a été mis en place depuis mai avec le collectif "programme interassociatif, logement, Sida" avec une quinzaine d'associations. Ces associations reconnaissent qu'un travail important a été accompli.
L'engagement pris dans ce cadre correspond à l'attribution de 50 logements d'ici fin 2001. 30 dossiers de demandes ont d'ores et déjà été acceptés par les bailleurs sociaux. Quant aux appartements thérapeutiques vous avez souhaité que l'action soit poursuivie ; le budget 2002 qui vous sera présenté dans les mois qui viennent est en préparation et j'ai bon espoir que le renforcement du fonds "Sida", acquis dès 2001, se confirme en 2002 ce qui nous permettra d'augmenter le nombre de projets nouveaux à financer.
A ce jour nous disposons de 121 places au titre des places allopathiques ; un accord, qui devrait être bientôt signé, permettrait d'augmenter ce chiffre de 52 places. Il est donc bien essentiel, et je m'y emploie, de poursuivre l'effort engagé. Le soutien dont nous disposons et le travail que nous faisons avec les associations nous encouragent à persévérer.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 189 G.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, ASES 189 G).