Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

31- 1996, D. 790 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché de travaux sur appel d'offres en vue de la réalisation des travaux de confortation des fondations et de reprise des désordres intérieurs à la crèche, 14, rue de Noisy-le-Sec (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -La parole est à M. MANSAT sur le projet de délibération D. 790 concernant la crèche située 14, rue de Noisy-le-Sec dans le 20e arrondissement.

M. Pierre MANSAT. -Je voudrais attirer, Monsieur le Maire, votre attention sur le fait que ces réparations ont été décidées en catastrophe malgré les mises en garde répétées de la directrice de la crèche.
Ces travaux n'étaient inscrits ni au budget de 1995, ni au budget de 1996, et pourtant ils sont lourds puisqu'il s'agit de la confortation des fondations.
L'adjointe au Maire du 20e chargé de la Petite enfance, qui s'est rendue sur les lieux, a pu constater les désordres suivants dont parle le projet de délibération : l'escalier condamné, les cloisons intérieures doublées de contre-plaqué pour contenir les morceaux qui tombent, les fenêtres condamnées à cause du jeu dans le bâtiment. Comment se fait-il que les mesures adéquates n'aient pas été prises à temps ?
Voilà le résultat d'une politique laxiste de la Ville de Paris en matière d'entretien du patrimoine de la petite enfance, car l'inventaire des autres crèches du 20e est navrant. Certains travaux sont réclamés depuis près de 10 ans. La maintenance n'est pas assurée, des cuisines ne répondent pas aux normes sanitaires. Au 15 avril 1996, dans sept crèches, les blocs secours étaient défectueux, certains, depuis 1991. Il y a des problèmes d'étanchéité un peu partout. Parfois, l'alarme incendie est défectueuse, et je pourrais allonger la liste !
Ainsi, outre les problèmes graves de pénurie de places, les bébés et les professionnels ont à supporter un état dégradé des lieux.
L'inventaire de tous les travaux à faire a d'ailleurs été dressé et envoyé tant à la D.A.S.E.S. qu'à vous-même, Monsieur le Maire.
Soulignons que cette politique est une politique à courte vue, vu le prix des travaux d'urgence extrêmement élevé. Il faut donc définir un plan d'urgence programmé de reprise de travaux d'entretien et de maintenance des crèches.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, du Mouvement des citoyens et communiste).

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -La parole est à Mme HERMANGE pour répondre à M. MANSAT.

Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, au nom de la 5e Commission. -Monsieur le Maire, nous avons un certain nombre de désordres intérieurs dans cette crèche effectivement, je ne peux pas dire le contraire. Les travaux qui sont proposés aujourd'hui le sont suite à un certain nombre de désordres qui ont été provoqués très récemment et qui ont nui vraiment à la sécurité des enfants.
C'est la raison pour laquelle j'ai proposé au Secrétaire général et au Maire de Paris un programme de rénovation concernant les crèches parisiennes qui vous sera proposé dans le cadre du contrat Enfance.
Vous voyez, Mesdames et Messieurs de l'opposition, qu'il ne suffit pas de construire des crèches nouvelles, il faut constamment rénover les crèches construites depuis un certain temps, et cela nécessite aussi des recettes.

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 790.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1996, D. 790).