Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

14- IV - Question d'actualité de Mme Laure SCHNEITER, élue du Mouvement écologiste indépendant, à M. le Maire de Paris concernant les revendications des habitants de la rue Réaumur (3e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -Nous passons à la question d'actualité émanant de Mme Laure SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER a la parole.

Mme Laure SCHNEITER. -Le Comité anti-pollution a organisé un premier barrage anti-pollution le mercredi 19 juin, rue Réaumur, dans un quartier qui est un haut lieu de l'anarchie automobile et de la pollution.
Ce comité et de nombreux habitants vous ont déjà demandé à plusieurs reprises de réduire de 50 % la circulation rue Réaumur par la création d'une double voie en site propre entièrement réservée aux bus, aux taxis et aux vélos et de transformer le Sentier en zone piétonne, comme le quartier Montorgueil.
J'ai constaté une fois de plus que les élus du Conseil de Paris n'étaient pas présents à cette manifestation, à l'exception de M. SCHAPIRA et de moi-même. Cela montre combien l'ensemble du Conseil de Paris se désintéresse de ces problèmes de pollution qui empoisonnent la vie quotidienne de milliers d'habitants.
Monsieur le Maire, après la communication que vous venez de faire sur l'environnement, pouvez-vous me dire si vous acceptez de prendre en compte, enfin, les revendications bien modestes de ces habitants ?

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -Je donne la parole à M. TRÉMÈGE pour répondre à Mme SCHNEITER.

M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint. -Monsieur le Maire, je me demande pourquoi Mme SCHNEITER s'adresse à M. le Maire de Paris ! Il a, en l'espèce, bien peu de prérogatives concernant la circulation.
Je voulais simplement indiquer à Mme SCHNEITER que, loin de se désintéresser des problèmes de circulation du Sentier, le Maire de Paris et le Maire d'arrondissement ont fait procéder à une étude sur la revalorisation de l'espace public dont la mise en oeuvre est conditionnée par une réglementation mieux adaptée du stationnement et des livraisons par la Préfecture de police. C'est une demande que le Maire de Paris a réitérée ce matin devant vous.
Il ne saurait, en effet, être question d'étouffer l'activité économique de tout un quartier et vous vous rendez bien compte que c'est un domaine sur lequel il faut qu'il y ait une concertation.
L'étude mérite, par conséquent, d'être approfondie.
A court terme, en ce qui concerne plus particulièrement la rue Réaumur, il s'agit d'un axe de transit qui assure le retour des grands boulevards, l'ensemble constituant un axe est-ouest essentiel à la vie économique de la rive droite.
Dans un secteur aussi actif que les 2e et 3e arrondissements, cette voie est jugée indispensable à la desserte automobile des nombreuses activités économiques et commerciales.
Les difficultés de circulation sont surtout sensibles sur la partie comprise entre la rue des Petits-Carreaux et la rue Saint-Denis. C'est pourquoi le couloir bus existant sur la partie droite sera équipé d'un séparateur physique dans le courant de l'été prochain afin de supprimer le stationnement illicite et de faciliter la circulation des autobus.
Voilà, Madame SCHNEITER, autant de mesures qui dépendent de la Ville de Paris et que la Ville de Paris entend mener. Voilà pour ce qui la concerne.
Pour le reste, il faut s'adresser aux responsables, pas au Maire de Paris sur tout et n'importe quoi.
Enfin, s'agissant de la présence d'élus, Madame SCHNEITER, il suffit tout simplement de nous inviter. Nous nous rendons à toute manifestation lorsque les riverains nous y invitent. Je sais d'ailleurs qu'ils ont fait savoir à mon secrétariat qu'ils souhaitaient me rencontrer et la rencontre aura lieu dans les tout prochains jours.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -Je remercie M. TRÉMÈGE.
La séance est suspendue.