Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

54- QOC 96-266 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris au sujet de l'avenir de la station de radio "F.M. Eiffel 95.2".

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -La question suivante de M. Georges SARRE à M. le Maire de Paris concerne l'avenir de la station de radio "F.M. Eiffel 95.2".
Je vous en donne lecture :
"Depuis 1981, la Ville de Paris finance une station de radio opérant sur la bande F.M., Eiffel 95.2, qui emploie actuellement 30 personnes et disposait, en 1995, d'un budget de 8,5 millions de francs. La faible part d'audience qu'elle capte semble avoir convaincu la Ville de Paris de céder la majorité du capital de la station à un ou deux opérateurs privés, et des négociations semblent en cours à cet effet.
Aussi, M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens souhaitent-ils savoir quel est l'état actuel d'avancement de ce dossier et quel sera le sort du personnel dont l'emploi doit en tout état de cause être préservé. Ils désirent également savoir si la S.A.G.I. et la R.I.V.P., sociétés immobilières de la Ville de Paris actuellement actionnaires de la station, conserveront des parts du capital, ce qui n'est manifestement pas dans leur objet social. Il est en effet choquant, au moment où le logement social, qui est leur mission première, devrait être développé, de voir l'argent des S.E.M. utilisé pour financer une radio qui est le simple relais médiatique de la politique municipale.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens désirent en effet que leur soit communiqué le montant exact des sommes dépensées par la R.I.V.P. et la S.A.G.I. depuis leur entrée dans le capital de "Eiffel 95.2" pour financer cette station."
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. le Maire de Paris.
La radio Eiffel 95,2 recueillant une audience insuffisante, il a été décidé d'envisager sa restructuration de façon à permettre de maintenir cette fréquence au service des Parisiens, en développant son caractère de radio de service.
La solution vers laquelle on s'oriente devrait aboutir à diminuer la charge de la Ville - qui s'établit à 8 millions de francs en 1966 - en élargissant le capital social à de nouveaux partenaires privés. L'emploi du personnel (21 personnes) sera protégé dans toute la mesure compatible avec la définition de la nouvelle grille des programmes, qui sera recentrée sur des services et des informations de proximité, directement utiles aux Parisiens.
A cet égard, prétendre que Eiffel 95,2 serait un "simple relais médiatique de la politique municipale" apparaît d'autant plus déplacé que cela aboutit à nier le fait avéré que l'opposition a eu accès à cette radio tout autant, sinon plus, que la majorité.
Pour permettre la réorganisation envisagée, il a été prévu de demander à la S.A.G.I. et à la R.I.V.P., qui étaient effectivement associées à la création de la S.A.R.L. "Paris-Médias", de céder les parts du capital social qu'elles y détiennent, soit chacune 1.000 parts, pour un apport initial de 1 million de francs. Mise à part cette prise de participation, ces sociétés d'économie mixte n'ont eu à faire face à aucune dépense autre, puisque - outre les recettes propres - le financement de la radio a été depuis lors, pris en charge par l'association pour le développement de la communication à Paris qui bénéficie d'une subvention de la Ville de Paris, soumise chaque année au Conseil de Paris dans le cadre du vote du budget.