Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

32- 1996, D. 793 - Réalisation par la S.A.G.I. d'un programme de construction comprenant 61 logements locatifs aidés et 116 places de stationnement situé dans la Z.A.C. "Didot", lot 1B (14e). -Participation de la Ville de Paris au financement de l'opération et octroi de sa garantie pour le service des intérêts et l'amortissement de l'emprunt à contracter par la S.A.G.I.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -Mes chers collègues, nous passons aux affaires de la 6e Commission.
Mme SCHNEITER est inscrite sur le projet de délibération D. 793. Je lui donne la parole.

Mme Laure SCHNEITER. -Monsieur le Maire, ce quartier charmant du 14e a été en grande partie dénaturé. Sa structure héritée du XIXe siècle est attaquée de toutes parts, son parcellaire mité.
Une procédure de Z.A.C. sur une si petite zone ne se justifiait que par la nécessité d'expulser les gens rapidement et facilement. Les habitants déplacés, le bâti détruit, le site s'est rapidement transformé en terrain vague pendant de longues années.
L'opération dans cette Z.A.C. biscornue, au coeur d'un îlot, s'est avérée - c'était prévisible - longue et compliquée. Ainsi, vous n'aurez pas à vous préoccuper de reloger les habitants, ils se sont installés ailleurs depuis bien longtemps.
Ce quartier dense manque cruellement d'espaces verts. La libération d'une emprise comme celle de l'ancien garage des Transports automobiles municipaux, avec un faible linéaire sur rue, offrait une possibilité de créer un espace vert de proximité et une mini-déchetterie.
Mais vous semblez préférer le gris du béton au vert de l'herbe. Toutes les réserves en espaces verts sont supprimées une à une à Paris, alors que 10 arrondissements manquent cruellement de jardins.
De plus, pour le lot 1B, 116 places de stationnement sont prévues pour 61 logements ! Après, vous vous plaindrez de ne pouvoir endiguer les problèmes de circulation et de stationnement dans les rues de Paris !
Ce projet de délibération est la conséquence de mauvais choix anciens, mais il n'était pas trop tard pour réagir et reconsidérer le projet différemment.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -Monsieur BULTÉ, vous avez la parole pour répondre à Mme SCHNEITER.

M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. -Merci, Monsieur le Maire.
Je dirai tout simplement à Mme SCHNEITER que nous avons aussi des impératifs pour loger les Parisiennes et les Parisiens, y compris dans le 14e arrondissement.
En réalité, sur ces parcelles, nous avons prévu la réalisation de logements sociaux : 99 logements P.L.A. qui se décomposent en deux lots, le lot 1B comprenant 61 logements P.L.A. et 116 places de stationnement, comme l'a souligné notre collègue Mme SCHNEITER, mais ce lot 1B est mitoyen avec le lot 1A où nous avons réalisé 38 logements et dans lequel nous n'avons disposé que de 5 places de stationnement.
En réalité, il y aura donc 119 places de stationnement pour 100 logements et non pas 116 places de stationnement pour 61 logements.
Ces deux parcelles sont prévues en logements locatifs P.L.A., c'est-à-dire des logements de catégorie H.L.M., sur l'ensemble d'un secteur où ils faisaient cruellement défaut jusqu'à présent.
Merci, mes chers collègues.

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -Je vous remercie.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mmes SCHNEITER, TAFFIN, MM. DUMAIT et REVEAU s'étant abstenus. (1996, D. 793).