Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

66- QOC 96-297 Question de M. Pierre MANSAT, Mme Gisèle MOREAU, M. Henri MALBERG et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur la délocalisation du Central Archives de France Télécom (3e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. -La question suivante du groupe communiste est relative à la délocalisation du Central Archives de France Télécom (3e).
En voici la teneur :
"Dans la perspective de privatisation, le Central Archives de France-Télécom situé dans le 3e arrondissement est menacé de délocalisation.
Ce site représente 1.200 salariés et 50.000 mètres carrés d'activités technologiques de pointe : c'est l'une des dernières grosses entreprises du centre de Paris.
Sa disparition porterait un coup grave à l'activité économique et au commerce du centre de la Capitale et ne manquerait pas d'accentuer la spéculation immobilière.
Les luttes en cours des salariés du site montrent leur volonté de s'opposer au démantèlement de l'entreprise et du service public.
M. Pierre MANSAT, Mme Gisèle MOREAU, M. Henri MALBERG et les membres du groupe communiste demandent quelle est la position de M. le Maire de Paris sur ce sujet et les moyens qu'il entend mettre en oeuvre pour empêcher la disparition du site et la destruction de 1.200 emplois dans la Capitale."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de Mme Nicole CATALA, adjoint.
Le maintien des emplois existants et la création d'emplois nouveaux constituent une priorité de l'action municipale.
La Municipalité est très attentive à ce que les grands établissements publics implantés dans Paris, qui concourent à la vitalité de son tissu économique, demeurent dans la Capitale.
C'est l'une des raisons pour lesquelles la Ville de Paris a souhaité que le Comité d'expansion économique de Paris accueille en son sein des représentants de l'ensemble des grandes entreprises publiques créatrices d'infrastructures de développement économique.
Le Maire de Paris a déjà exprimé à plusieurs reprises son attachement à ce que les projets de restructuration de ces grandes entreprises, lorsqu'ils s'avèrent indispensables, s'effectuent dans le cadre d'une stratégie bien définie.
Ces projets doivent conduire à améliorer le fonctionnement des services concernés et non à l'alourdir par des partitions ou des transferts inopportuns.
Ils doivent être préparés par une concertation approfondie avec les personnels intéressés.
Enfin, les projets éventuels de délocalisation doivent absolument prendre en compte leurs incidences sur l'économie parisienne, les grandes entreprises publiques ayant des responsabilités particulières en la matière.
En ce qui concerne un éventuel transfert du Central Archives de France-Télécom, les services municipaux ne disposent pas d'éléments sur cette affaire.
La vitalité économique du centre de la Capitale est une préoccupation majeure de la Municipalité parisienne.
Aussi, la Mairie de Paris prendra-t-elle tous contacts utiles auprès de l'entreprise et des pouvoirs publics en vue d'obtenir des informations sur ce dossier.