Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

113 - QOC 2002-281 Question de Mme Laurence DOUVIN et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants", à M. le Préfet de police au sujet des nuisances causées par les nouvelles pratiques de la prostitution dans le secteur de la porte de Clichy (17e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2002


Libellé de la question :
"Alors qu'elle était circonscrite à certains secteurs de la Capitale, la prostitution s'étend à Paris, s'installant progressivement dans tous les quartiers, notamment ceux des arrondissements périphériques.
Les réseaux qui s'étaient installés sur les boulevards des Maréchaux se déplacent maintenant à l'intérieur des rues notamment parce que les prostituées sont gênées par l'installation des couloirs de bus protégés pour racoler leurs clients.
Dans le secteur de la porte de Clichy par exemple, les prostituées qui étaient traditionnellement présentes sur le boulevard Bessières n'hésitent pas à amener leurs clients dans le hall des immeubles des rues adjacentes ou dans les parkings de ceux-ci pour y effectuer des passes.
Les occupants de ces immeubles ne peuvent plus supporter cette situation.
Quelles sont les intentions de M. le Préfet de police face à ces nouvelles pratiques afin de faire cesser au plus vite de telles nuisances ?"
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les boulevards des Maréchaux, et notamment ceux situés à l'ouest, au nord-ouest et au nord de la Capitale, font l'objet de la plus grande attention de la part de mes services, en raison des activités de prostitution qui s'y déroulent.
Dans le 17e arrondissement, les prostituées sont plus particulièrement présentes dans le secteur comprenant les boulevards Berthier et Bessières, ainsi que la Porte de Clichy.
Les surveillances exercées par les fonctionnaires locaux de la Direction de la Police urbaine de proximité ont permis de recenser une trentaine de prostituées pratiquant leurs activités sur ces sites.
Au cours de l'année 2001, la mobilisation policière s'est traduite par l'établissement de 289 procès-verbaux pour racolage actif, dont 71 dans le 17e arrondissement.
En outre, pour la même période, les actions de contrôle menées par les fonctionnaires du commissariat central du 17e arrondissement, se sont également traduites par l'interpellation de 14 personnes pour exhibition sexuelle.
En revanche, il n'a pas été constaté d'augmentation des activités prostitutionnelles dans les halls d'immeubles ou les parkings, malgré l'impossibilité pour les clients de stationner désormais, dans les couloirs de bus.
Je puis vous indiquer que des consignes ont été données aux effectifs de l'arrondissement, afin d'effectuer de très fréquents passages sur les sites concernés et de procéder à des opérations de contrôle dans les parties communes des résidences, en application des nouvelles possibilités offertes par la loi relative à la sécurité quotidienne.
Par ailleurs, les relations partenariales avec les bailleurs sociaux, ainsi que les contacts avec les gestionnaires de parkings publics visent à améliorer les signalements de personnes se livrant à la prostitution et à renforcer les initiatives communes pour y remédier.
J'ajoute enfin qu'une réunion doit se tenir prochainement sur ce sujet avec les responsables des parkings situés place de la Porte Maillot, boulevard de l'Yser et avenue Mac-Mahon, et des représentants du commissariat central du 17e arrondissement.
Soyez assurée que mes services sont particulièrement engagés dans les secteurs de la Capitale touchés par ce phénomène, dans les limites du cadre législatif et réglementaire en vigueur, et restent très mobilisés face aux nuisances qu'il induit."