Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

75 - 2002, DPA 115 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer 2 marchés sur appel d'offres pour la réalisation de travaux de modernisation du chauffage électrique à l'école maternelle, place Lachambeaudie (12e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DPA 115 autorisant M. le Maire de Paris à signer 2 marchés sur appel d'offres pour la réalisation de travaux de modernisation du chauffage électrique de l'école maternelle, place Lachambeaudie, dans le 12e.
Je donne la parole est à Mme BARANDA qui présente un amendement au nom du groupe "Les Verts".
Mme Violette BARANDA. - C'est encore sur la maîtrise de l'énergie. Cela fait un an que nous sommes élus et les choses n'avancent pas très vite en ce domaine à la Ville de Paris. Or, nous savons qu'il y a des mesures très simples : il suffirait de doter les équipements publics de lampe basse consommation pour que nous fassions une économie de 15 à 20 %, ce qui n'est pas rien. Quand je vois les batailles qu'il y a pour avoir des subventions pour des écoles, je trouve assez lamentable que l'on en soit arrivé à ne pas mettre en oeuvre des mesures fort simples.
C'est pourquoi je présente cet amendement : il est regrettable que l'étude du remplacement du chauffage électrique pour le plafond rayonnant par un mode de chauffage plus économique ne puisse être faite avant le lancement de l'appel d'offres sans risquer de priver les enfants de chauffage l'hiver prochain. En effet, les conséquences néfastes du chauffage électrique sur les frais de gestion des locaux tant publics que privés sont aujourd'hui largement connues. Cet usage à isolation équivalente est le plus dispendieux de tous les modes de chauffage. Il serait bon que lors des prochaines opérations soient toujours étudiées les possibilités d'installation de chaudières ou de raccordement à des réseaux de chaleur existants.
Cependant, le remplacement des luminaires par des sources lumineuses basse consommation ne semble pas avoir été prévu dans cette opération. Il est donc temps d'intégrer cette disposition. C'est le but de cet amendement.
Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à M. Eric FERRAND pour répondre.
M. Eric FERRAND, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Je suis sensible naturellement à tous ces arguments, mais je ne suis pas non plus un spécialiste de la question. Je reconnais que dans les cahiers des charges, ces dispositions n'ont pas été retenues. Je m'engage auprès de vous à donner les consignes aux services pour que dans la mesure du possible ces éléments soient intégrés.
Sur le dossier qui nous est présenté alors que l'appel d'offres est en cours de lancement, je proposerais simplement que l'on demande que soit envisagé, après étude de faisabilité, le remplacement des luminaires par des éclairages basse consommation. Si on peut le faire, on va le faire.
Pour les autres opérations, je suis d'accord bien entendu pour que nous l'intégrions.
Mme Violette BARANDA. - Pour changer des lampes, on n'a pas besoin d'avoir d'équipe.
M. Eric FERRAND, adjoint, rapporteur. - Vous me dites que cela ne demande pas d'études, je ne mets pas en cause ce que vous dites. Cela demande des études par les services.
Je ne suis pas en capacité, n'étant pas un spécialiste, de vous le dire. On peut le faire !
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - ... que soit envisagé après étude de faisabilité le remplacement des luminaires par des éclairages de basse consommation.
Mme Violette BARANDA. - Je pense qu'on devrait être sérieux dans cette assemblée. Vous dites "après étude"... Je veux bien, mais si à chaque fois qu'il y a des amendements simples, on n'a plus à y revenir, si une bonne fois pour toute la Ville de Paris décide de la maîtrise de l'énergie, on commence déjà par changer les luminaires et les lampes... Il y a toutes sortes de lampes sur le marché. Elles sont plus chères à l'achat, mais durent plus longtemps et elles consomment 15 à 20 % de moins.
Si, dans le cahier des charges, un amendement était voté, et pris en compte, on n'aurait plus à revenir dessus. On n'aurait pas à faire amendement sur amendement. On ne perdrait pas notre temps, comme nous sommes en train de le perdre !
M. Eric FERRAND, adjoint, rapporteur. - Nous avons découvert cet amendement en 7e Commission et on aurait aussi pu travailler ces questions en amont.
Je souhaite introduire cette légère réserve en m'engageant pour que les autres opérations intègrent les éléments que vous avez signalés. Je crois que c'est raisonnable.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Vous laissez encore un peu de temps à M. FERRAND ?
Mme Violette BARANDA. - De toute façon, cela va être obligatoire dans les écoles mais aussi dans d'autres bâtiments. Tous les mois nous déposerons une question en ce sens.
Merci.
M. Eric FERRAND, adjoint, rapporteur. - On a bien compris qu'il n'y avait pas d'oppositions, c'est un accord de principe avec la réserve apportée.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, l'amendement présenté par Mme BARANDA et modifié par M. FERRAND.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
L'amendement sous-amendé est adopté.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 115, amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération amendé est adopté. (2002, DPA 115).