Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

110 - QOC 2002-278 Question de M. René LE GOFF et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants", à M. le Maire de Paris concernant la destination future du bâtiment situé sur le bassin Louis-Blanc (10e), appelé "CIMA Point P"

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2002


Libellé de la question :
"Les habitants du 10e et tous les Parisiens amoureux du canal Saint-Martin sont préoccupés par la décision qui sera prise par la Ville de Paris sur la destination future du bâtiment de 4.800 mètres carrés situé sur le bassin Louis-Blanc et communément appelé "CIMA Point P" du nom de son dernier occupant.
Les associations du 10e se sont mobilisées sur ce dossier et la dernière réunion du C.I.C.A. a montré que de nombreuses interrogations se font jour sur la nature exacte du projet. L'urgence d'une décision est d'autant plus importante que le bâtiment est en train d'être libéré de son occupant et que le risque d'occupation illégale de ces locaux est grand si rien n'est fait.
Nombreux sont ceux qui ont compris que la Ville envisageait l'implantation d'une médiathèque, vaste projet culturel destiné aux Parisiens. Or l'information qui a été communiquée, en particulier par le journal du Maire d'arrondissement, correspond à un équipement pouvant ouvrir à des activités multiples destinées aux habitants du 10e avec l'accueil des associations. Certains voient d'ailleurs dans la demande d'occupation des locaux au plus tôt et sans attendre les travaux un moyen de démontrer la nécessité d'un grand équipement de proximité, sorte de centre d'animation et de maison des associations.
En tant qu'élu du 10e, M. René LE GOFF est bien entendu favorable à la création d'un centre public d'activités multiples destiné aux habitants du quartier et aux jeunes. Ce bâtiment est proche des Récollets et il convient que son utilisation future soit locale afin d'être un équipement public de proximité, ce qui ne sera pas le cas avec le couvent des Récollets.
M. René LE GOFF et les membres du groupe "Démocratie libérale et Indépendants" voudraient connaître avec précision l'état exact du projet avec un calendrier leur permettant de comprendre en détail ce qui va être fait au cours de la mandature. Les enjeux de ce projet sont suffisamment importants pour que la Ville, qui étudie la destination future de ce bâtiment depuis au moins 3 ans, soit à même de répondre dès aujourd'hui. Les habitants du 10e n'accepteront pas une réponse dilatoire qui montrerait à l'évidence que la décision se prendra en catimini avec une simple consultation de pure forme. Les élus d'opposition du 10e ont, pour leur part, du mal à croire que le projet retenu sera celui décidé par le Conseil d'arrondissement comme le laisse à penser l'article de "PARIS 10", journal d'information de la mairie, numéro de mars 2002."
Réponse (Mme Marie-Pierre de LA GONTRIE, adjointe) :
"La Ville de Paris est propriétaire sur son domaine public fluvial d'un bâtiment d'environ 4.500 mètres carrés situé quai Valmy sur la rive droite du bassin Louis-Blanc.
Le bail unissant la Ville de Paris à l'entreprise "Point P Cima" occupante est arrivé à échéance. La Mairie de Paris en accord avec la mairie du 10e a souhaité ne pas reconduire cette occupation à usage de commerce et d'entrepôts afin d'implanter des activités plus propices à la vocation du site et à son potentiel.
Le bassin Louis-Blanc est un site fortement convoité du fait de son attrait tant pour les habitants du 10e arrondissement que pour un grand nombre de Parisiens.
Le souhait de la Municipalité est de promouvoir un aménagement de l'ensemble du bassin Louis-Blanc, proposant une diversité d'activités complémentaires dont certaines en lien avec la présence de la voie d'eau et une continuité de promenades en bordure du canal.
L'ensemble des adjoints concernés et la mairie du 10e arrondissement sont associés à la consultation en cours sur le devenir du bassin Louis-Blanc et du Point P en particulier.
Au sujet du bâtiment du Point P, il ressort une forte volonté de développer un lieu mixte, proposant des activités culturelles, économiques et associatives ouvertes sur un public jeune et tourné vers les activités artistiques et le multimédia.
Lors de la concertation engagée par la mairie du 10e, et particulièrement lors du CICA du 23 janvier 2002, les associations et les habitants du quartier ont exprimé le souhait d'un développement des activités culturelles, sociales et d'animations attractives aux publics jeunes et largement ouvertes le week-end et en soirée.
A travers les réflexions conduites par le Secrétariat général, la Direction des Affaires culturelles et d'autres Directions de la Ville, ce lieu pourrait être en effet un espace dévolu, aux activités artistiques, aux nouvelles technologies, de conceptions nouvelles, ouvertes et pluridisciplinaires, adaptées aux goûts et aux loisirs des jeunes et offrant des espaces de convivialité.
Ces propositions feront encore l'objet d'une concertation large. Un comité local de suivi a été créé dans ce sens par la mairie du 10e afin de faciliter l'expression locale.
Durant la période de maturation du projet, se pose la question de l'occupation temporaire des locaux. La Municipalité étudie actuellement les conditions techniques et juridiques d'un accueil provisoire d'activités afin de maintenir une occupation et une animation du site."