Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

138 - QOC 2002-198 Question de M. Richard STEIN et des membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés", à M. le Maire de Paris au sujet de la propreté canine

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2002


Libellé de la question :
"M. Richard STEIN et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" souhaitent interroger M. le Maire de Paris sur les tenants et les aboutissants de sa politique en matière de propreté canine.
Après les déclarations tonitruantes sur de rapides améliorations spectaculaires, les Parisiens, près d'un an plus tard, ne voient toujours rien venir.
Des annonces et des menaces en matière de répression pour les propriétaires de chiens, allant jusqu'à l'interdiction des caniveaux, semblent l'alpha et l'oméga de vos actions.
En effet, les quelques points pilotes de distribution de sacs sont toujours désespérément vides, et ne sauraient constituer, en tout état de cause, que l'amorce d'une pédagogie avant qu'ils ne soient généralisés.
En outre, la disparition des poubelles consécutives au plan "Vigipirate" dit "renforcé" ne permet pas aux propriétaires de chiens une attitude citoyenne adaptée.
Quand M. le Maire de Paris va-t-il enfin mettre en place une politique conforme à ses engagements, comme celle qui existe dans les grandes capitales européennes ?"
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"La Municipalité, ayant constaté l'échec de l'utilisation des sites canins et de l'incitation au caniveau, a décidé de lutter contre la pollution canine en engageant une politique de sensibilisation au geste du ramassage, désormais obligatoire, et une politique de répression sévère à l'encontre des maîtres de chiens récalcitrants.
La politique de sensibilisation a débuté cet automne par l'installation de distributeurs de sacs plastiques dans plusieurs points de la Capitale.
Il ne s'agit, en tout état de cause, que d'une phase expérimentale, destinée à mesurer les propensions des Parisiens à acquérir le réflexe du ramassage des déjections de leurs chiens.
Pour ce qui concerne le parc de réceptacles, sa reconstitution sous forme de porte-sacs transparents est à ce jour complète. Au cours de ce semestre, en outre, Paris en comptera 3.000 supplémentaires... de quoi répondre à l'attente de ceux qui sont disposés à respecter ces nouvelles mesures.
Enfin, ainsi que cela a été annoncé, les inspecteurs du Centre d'action pour la propreté de Paris et des fonctionnaires de police contractuels sanctionneront les contrevenants au règlement sanitaire départemental renforcé.
La Capitale est donc aujourd'hui prête à permettre à ses habitants d'adopter en la matière une véritable attitude citoyenne."