Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

34 - Vœu présenté par les groupes "Démocratie libérale et Indépendants" et Union pour la démocratie française relatif à un hommage à M. Eugène Claudius-Petit

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2002


M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons au voeu présenté par les groupes "Démocratie libérale et Indépendants" et Union pour la démocratie française concernant un hommage à M. Eugène Claudius-Petit.
La parole est à M. BENESSIANO.
M. Hervé BENESSIANO. - Le voeu que nous présentons avec le groupe U.D.F. concerne la mémoire d'Eugène Claudius-Petit. Je rappelle en quelques mots, c'est vrai que sa vie, qui fut longue et riche, mériterait bien plus que ces quelques mots. Eugène Petit est né en 1907 à Angers d'un père cheminot et d'une mère épicière. Il a appris le métier du bois dès l'âge de 12 ans et suivi des cours du soir de dessin, qui devaient l'amener ensuite juste avant la seconde guerre mondiale, à s'inscrire au cours du soir de l'école Boulle et à décrocher ses diplômes qui lui permettront d'être ensuite professeur au lycée Ampère de Lyon. Mobilisé en 1939, il entend l'appel du Général de Gaulle le 18 juin 1940 et dès le 19 juin, le rejoint à Londres. Il va très vite prendre contact avec le mouvement France-Liberté, futur franc-tireur, et va s'illustrer sous le nom de Claudius pendant la Seconde Guerre mondiale. Il sera présent à la fameuse réunion du 27 mai 1943, la réunion du C.N.R. à Paris sous la présidence de Jean Moulin.
En 1945, il deviendra Président du Mouvement Libération nationale et créera le groupe U.D.S.R. et accueillera parmi de jeunes pousses pleines d'espoirs un certain François Mitterrand à qui il mettra le pied à l'étrier dans la vie politique.
Et ce groupe U.D.S.R. qu'Eugène Petit va présider à partir de 1945 va l'amener à être Député de la Loire de 1946 à 1955. Entre temps, il aura été ministre de la Reconstruction et de l'urbanisme, père de la fameuse loi de 1948, bien connue de chacun d'entre nous.
Il sera ensuite ministre du Travail pendant un trimestre en 1954.
Député à plusieurs reprises ensuite entre les années 1958 et 1973, Maire de Firminy, pendant trois mandatures, il terminera sa carrière politique active comme député du 14e arrondissement de 1973 à 1978.
Et Eugène Claudius-Petit aura présidé pendant vingt et un ans la SONACOTRA, aura été membre de la LICRA et Président de S.O.S. Amitié.
Croix de Guerre 1939-1945, médaille de la Résistance avec rosette et j'en passe...
Je pense que la Ville peut s'honorer d'avoir eu notamment au titre d'élu parisien dans le 14e un homme dont l'humanisme, pour tous ceux qui ont pu l'approcher, est incontestable et dont les faits de vie sont tels qu'il mérite que nous le gardions en mémoire et qu'il soit pour les générations futures un homme d'exemple tel qu'on aimerait en rencontrer un peu plus dans notre société.
Voilà la raison pour laquelle, Monsieur le Maire, nous présentons ce voeu et espérons que demain son nom puisse fleurir un monument ou une rue ou quelque chose de symbolique au sein de notre Ville.
Merci, Monsieur le Maire.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.
Y a-t-il une réponse de l'Exécutif sur ce voeu ? Monsieur CAFFET...
M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint. - Monsieur le Maire, c'est la même réponse que pour le voeu précédent : ce voeu sera examiné par la commission ad hoc.
M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Il s'agit d'un voeu, nous allons passer au vote.
Je mets aux voix, à main levée, ce v?u présenté par les groupes "Démocratie libérale et Indépendants" et Union pour la démocratie française.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le voeu est adopté. (2002, V. 44).