Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à l’attribution du nom de Pierre Vidal-Naquet à une rue ou une place de Paris.

Déliberation/ Conseil municipal/ Septembre 2006 [2006 V. 324]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 25 octobre 2006.
Reçue par le représentant de l?Etat le 25 octobre 2006.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Une ?conscience morale, un chercheur épris de justice et de vérité, une figure exemplaire de l?intellectuel engagé?. Cette phrase est extraite d?un portrait publié dans un grand journal du soir au moment du décès de Pierre Vidal-Naquet le 29 juillet dernier. Elle résume parfaitement ce que furent la vie et les engagements de cet homme né à Paris en 1930 de parents juifs laïcs. Son père et sa mère, résistants, sont arrêtés par la Gestapo et déportés à Auschwitz d?où ils ne reviendront pas.

Elève au lycée Henri IV, il décide de devenir historien et se spécialise dans la Grèce antique. Il écrit tout au long de sa vie de nombreux ouvrages historiques sur le pays et le peuple qui inventèrent - imparfaitement - la démocratie. Il est également professeur dans plusieurs établissements dont la prestigieuse école parisienne des hautes études en science sociale. Parallèlement, l?historien s?engage en politique. Au début des années 60, il sera l?un des 121 intellectuels qui signe l?appel du même nom en faveur de l?insoumission des jeunes gens appelés à faire la Guerre d?Algérie. On le retrouve quelques années plus tard au Comité Vietnam ou dans des cercles qui dénoncent le coup d?Etat militaire en Grèce.

Son histoire personnelle le conduit à s?engager fortement en faveur d?une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens. Jusqu?à son dernier souffle, Pierre Vidal-Naquet milite en faveur du rapprochement des deux peuples et contre l?expansionnisme israélien. Quelques jours avant sa mort, il prenait fermement position contre l?intervention militaire d?Israël au Liban. En France, ce fils de victimes de la Shoah, s?engage contre l?extrême droite - il est l?un des signataires de l?Appel des 250 qui donnera naissance à l?association et au journal Ras l?Front - et tout particulièrement contre les pseudos historiens qui tentent de réécrire l?histoire de l?extermination des Juifs d?Europe par les Nazis. En historien soucieux de l?indépendance de cette science, Pierre Vidal-Naquet mène ce combat contre les négationnistes sur le terrain des idées, mais refuse que la loi s?en mêle. Il n?aura de cesse de dénoncer les lois qui tentent de retreindre la recherche et le débat historique que ce soit celle qui peut se justifier contre les négationnistes ou celle inacceptable et heureusement abrogée qui voulait obliger l?enseignement de soi disant ?aspects positifs de la colonisation?. Pour toutes ces raisons et tous ces combats :

Sur la proposition de M. Sylvain GAREL et de l?ensemble du groupe ?Les Verts?,

Emet le voeu :

Qu?une rue ou qu?une place de Paris porte le nom de Pierre Vidal-Naquet.