Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à la programmation d’un réseau de rues piétonnes et cyclables sur le principe du “Réseau vert”.

Déliberation/ Conseil municipal/ Septembre 2006 [2006 V. 307]


Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 19 octobre 2006.
Reçue par le représentant de l?Etat le 19 octobre 2006.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Pour offrir une alternative aux déplacements motorisés, il est nécessaire d?encourager et de faciliter les modes de déplacements que sont la marche et le vélo. Or, l?usage des modes de déplacements ?doux? nécessite une politique volontaire et ambitieuse.

Un des freins au développement du vélo en ville est ce manque de sécurité, réel ou ressenti, face aux flots de véhicules à moteurs. Depuis 2001, la municipalité a développé une politique cyclable courageuse dont les résultats sont déjà visibles. Les parisiens redécouvrent l?intérêt de se déplacer en bicyclette ; gain de temps, coût réduit, moindre encombrement, santé, lutte contre la pollution. Toutefois, le vélo reste un mode de déplacement encore secondaire. Face à la hausse rapide du nombre de motos et de scooters, beaucoup d?usagers hésitent à enfourcher leur bicyclette.

La marche à pied est le premier mode de déplacement à Paris notamment pour les multiples petits trajets quotidiens. Corrigeant les erreurs politiques passées lorsque les trottoirs étaient réduits pour faire circuler encore plus d?automobiles, la municipalité a multiplié les projets favorables aux piétons ; élargissements de trottoirs, aménagements de sécurité aux abords des écoles, quartiers verts, végétalisation de l?espace public, installation de bancs.

Néanmoins, le désir de rues piétonnes et semi piétonnes reste très fort. La majorité des habitants sont prêts à supporter quelques mois de travaux s?ils sont assurés de profiter d?une rue plus calme, plus sûre et plus conviviale. Certains commerçants se mobilisent pour réduire la place de l?automobile. Les rues semi piétonnes se caractérisent par une circulation automobile faible et lente (15 km/h), une priorité donnée aux piétons et aux cyclistes tout en préservant l?accessibilité pour les livraisons, taxis et riverains. Ce type de rues maintien la souplesse et la mixité de l?espace publié tout en donnant une nette priorité aux modes de déplacements les moins polluants et les plus fragiles.

L?association ?Réseau Vert? propose depuis longtemps la création d?un réseau de rues piétonnes et cyclables, où les transports en commun, les riverains et les véhicules de livraison peuvent circuler. Ce réseau de rues à priorité piétonne constituerait un maillage permettant de relier les quartiers parisiens entre eux, pour la promenade et les déplacements quotidiens.

Le principe du Réseau Vert, intégré au contrat de mandature de 2001 est en mesure de répondre à plusieurs enjeux :

- En cohérence avec les autres aménagements de voirie et dans le cadre d?une politique globale des transports, il oeuvre en faveur de la lutte contre l?effet de serre, les maladies respiratoires, la pollution atmosphérique et l?insécurité routière,

- En créant un réseau cohérent de voies adaptées au vélo,il permet de développer la pratique de ce mode de déplacement que ce soit pour des loisirs ou pour des trajets domicile-travail,

- En transformant ces voies en rues semi-piétonnes, il peutentrer en cohérence avec des projets locaux notamment portés par des riverains ou des commerçants et visant à revitaliser leur rue, à requalifier l?environnement et à augmenter la commercialité.

Le Conseil de Paris, sur proposition de Charlotte Nenner, Christophe Najdovski et Jacques Boutault pour le groupe des éluEs Les Verts,

émet le voeu que :

- Dans le Plan de Déplacements de Paris, soit intégré l?objectif de réaliser un réseau structurant de rues cyclables et piétonnes maillant Paris,

- Des crédits d?études pour le développement du ?réseau vert? soient intégrés au budget 2007.