Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

27 - 1996, D. 231- Subvention exceptionnelle à l'Unité nationale de sélection et de promotion de la race bovine normande pour l'organisation du Concours national normand.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1996




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons à l'examen du projet de délibération D. 231 accordant une subvention exceptionnelle à l'Unité nationale de sélection et de promotion de la race bovine normande.
La parole est à M. BRAVO.

M. Jacques BRAVO.- Monsieur le Maire, à chaque séance, nous sont présentées des demandes de subvention. Là, c'est pour un montant substantiel de 100.000 F et sur un objet singulier.
C'est bien de se gargariser chaque fois de critères de sélectivité et de répéter que les finances de la Ville ont des difficultés, qu'il faut être très vigilants... Voici une demande de subvention à l'Unité nationale de sélection et de promotion de la race bovine normande...

M. Michel BULTÉ, adjoint.- Les seules vaches qui ne sont pas folles !

(Rires sur les bancs de l'Assemblée).

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Je ne sais pas si c'est bien le jour pour plaisanter sur ce sujet !

M. Jacques BRAVO.- Je pense qu'en la matière, la majorité devrait être davantage cohérente concernant les critères de sélectivité. Je ne comprends pas qu'avec les difficultés que nous rencontrons pour maîtriser la politique de subventions aux associations, on puisse envisager d'attribuer 100.000 F à ce type d'activités.
Je crois qu'il y avait une doctrine qui était de ne pas subventionner de déplacements ou de voyages, y compris pour les responsables. Et au demeurant, ce qui me choque le plus, je le dis très simplement, c'est que les 100.000 F ainsi attribués équivanent au maximum qui a pu être dégagé, le mois dernier, pour une association à laquelle nous sommes très attachés, qui est "S.I.D.A. Info-Services".
Nous voterons contre. Je souhaite, comme l'a proposé un de nos collègues, que nous ayons enfin une doctrine et des critères de répartition des subventions pour éviter de nous retrouver devant des situations aussi folles.
Merci, Monsieur le Maire.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, du Mouvement des citoyens et communiste).

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Mon cher collègue, si vous permettez que je réponde, le Concours national normand est dû à l'initiative de l'Unité nationale de sélection et de promotion de la race bovine normande. Il a été longtemps organisé dans le cadre de la Foire de Caen, et ce concours a pris de nouvelles orientations en 1980 et connaît depuis un essor national et international croissant.
Tous les deux ans, depuis 1981, de nouvelles villes accueillent cette manifestation. En 1994, c'était le tour de Morlaix lors de la Foire Exposition de pays de Morlaix, du festival de l'élevage. C'est la première fois que ce concours a lieu à Paris.
Loin d'être des concours de beauté...

(Rires sur les bancs de l'Assemblée).
... ces manifestations nationales visent à mettre en valeur le potentiel de la race et à favoriser la rentabilité économique de ses éleveurs.
Le Salon international de l'agriculture, qui représente l'une des plus grandes manifestations agricoles européennes, paraissait naturellement un site privilégié, d'autant que la Ville de Paris n'avait jamais accueilli de concours national de cette nature. Ayant lieu tous les deux ans, il ne reviendra pas à Paris avant plusieurs années.
La subvention proposée est d'ailleurs modeste si l'on sait que le concours en question a un budget de 1.520.000 F et qu'il a été financé en majorité par les Conseils de Basse et Haute-Normandie et par des entreprises privées.
C'est donc la plus faible participation.
Le Comité des expositions de Paris a apporté pour sa part 300.000 F et le CINECA 150.000 F. La Ville de Paris se devait bien de participer, et je propose au Conseil d'adopter ce projet de délibération.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 231.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe socialiste, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD et M. BLET ayant voté contre, le groupe communiste, Mme TAFFIN, MM. DUMAIT, MESMIN et REVEAU s'étant abstenus. (1996, D. 231).