Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

22 - 1996, D. 226- Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres ou un marché négocié, dans l'hypothèse où l'appel d'offres serait déclaré infructueux, en vue du transport des enfants parisiens dans le cadre des centres de loisirs d'été de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1996




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons au projet de délibération D. 226 concernant le transport des enfants parisiens dans le cadre des centres de loisirs d'été de la Ville de Paris.
Mme DURLACH a la parole.

Mme Martine DURLACH.- J'émettrai au sujet du transport des enfants le mercredi et pendant les vacances une remarque et une question : la part de la R.A.T.P. dans le transport des enfants est de 30 %, celle du privé de 70 %, le rapport s'étant inversé au cours des années. Outre le fait que nous souhaitons que le service public puisse jouer tout son rôle, il nous semble évident qu'il est plus apte à assurer la sécurité des enfants, tant du point de vue de l'entretien des véhicules que de la qualification des chauffeurs.
Ma question par ailleurs est la suivante : du fait du plan "Vigipirate", la convention entre la Ville et la R.A.T.P. réseau ferré permettant le transport des élèves n'est pas utilisée depuis plus d'un trimestre. Pourquoi ne pas répondre avec cet argent non utilisé aux nombreuses demandes de sorties en bus et autocars qui sont possibles dans le cadre de la R.A.T.P. ?

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci.
La parole est à M. GOASGUEN pour une réponse aussi concise que l'intervention, si c'est possible.

M. Claude GOASGUEN, adjoint, au nom de la 4e Commission.- Oui, très rapidement en ce qui concerne ces transports, effectivement, le pourcentage est bien de 70 % et de 30 %- 4.476 autocars de compagnies privées et 258 autobus R.A.T.P. - mais pour une raison simple, c'est que la R.A.T.P. n'a pas pu fournir davantage.
En effet, la R.A.T.P. a informé qu'elle devait réduire le nombre des transports d'enfants qu'elle assurait car des travaux sur deux lignes de métro et R.E.R. nécessiteront la mobilisation des bus pour le transport des voyageurs. Par conséquent, effectivement, on peut regretter tout ce que l'on veut, encore que franchement les différences ne soient pas vraiment importantes, mais je crois que simplement la R.A.T.P. a fourni ce qu'elle pouvait fournir.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Monsieur GOASGUEN.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 226.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe communiste, Mme TAFFIN, MM. DUMAIT, MESMIN et REVEAU s'étant abstenus. (1996, D. 226).