Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à la coopération internationale de la Ville de Paris et à la sécurité routière.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juillet 2009 [2009 V. 241]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 4 août 2009.

Reçue par le représentant de l?Etat le 4 août 2009.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal

1,2 millions de morts et entre 20 et 50 millions de blessés chaque année dans le monde : comme l?Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le rappelle dans un rapport publié récemment, les accidents de la route constituent un véritable fléau. Cette situation menace d?empirer : les accidents de la route pourraient passer de la neuvième à la cinquième cause mondiale de mortalité en 2030, avec 2,4 millions de victimes par an.

Si les pays industrialisés concentrent l?essentiel du parc automobile mondial, ce sont bien les pays en développement qui comptent le plus grand nombre de victimes et d?accidents. Plus de 90 % des morts interviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, qui comptent pourtant moins de la moitié du parc mondial de véhicules. Les pays les plus pauvres ne comptent que 9,2 % des véhicules, mais totalisent 42 % des morts dus à la circulation.

Par ailleurs, plus encore que dans les pays industrialisés, les piétons, les cyclistes et les motocyclistes, qui ne sont pas protégés par ?l?enveloppe? que constitue une voiture et sont donc plus vulnérables, fournissent, dans les pays en développement, les plus gros contingents de victimes.

L?OMS indique également que ?les accidents de la route ont de lourdes conséquences sur l?économie de nombreux pays, qui luttent souvent pour satisfaire d?autres besoins de développement?. Avec 518 milliards de dollars de pertes, ils coûtent aux pays concernés entre 1 et 3 % de leur PNB, soit plus que l?aide au développement qui leur est accordée.

Comme le rappelle l?OMS, il est possible de lutter contre ce fléau en construisant des trottoirs et des passages pour piétons surélevés, et en créant des voies de circulation séparées pour les deux-roues ; en luttant contre la conduite en état d?ébriété et contre les excès de vitesse ; en favorisant le port du casque ou celui de la ceinture de sécurité?

Engagée dans une politique de coopération de grande ampleur, et disposant d?une expertise certaine en matière de prévention et de sécurité routière, Paris doit apporter sa contribution à la lutte contre ce fléau.

Aussi sur proposition de M. Sylvain GAREL et des éluEs du groupe ?Les Verts?,

Le Conseil de Paris, émet le v?u que :

En lien avec l?Association internationale des maires francophones, la Ville de Paris fasse de la sécurité routière l?un des axes de sa politique de coopération internationale.