Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2 - Condoléances

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2001


M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, c'est avec beaucoup de tristesse et d'émotion que nous avons appris le décès d'une très grande personnalité, M. Pierre-Guillain de BENOUVILLE, ancien Conseiller de Paris, décès survenu le 5 décembre dernier.
(Les Conseillers se lèvent).
Prisonnier en 1940, Pierre-Guillain de BENOUVILLE rejoint la Résistance peu après son évasion.
Un an plus tard, il crée le Mouvement Radio-Patrie, puis les Mouvements unis de la Résistance, avant d'organiser à Alger les Forces françaises de l'Intérieur.
Il participe également aux combats pour la Libération de Rome.
Après la guerre, il est chargé de mission auprès de Jacques Soustelle, alors Ministre de l'Information, puis des Colonies.
Membre du R.P.F., il intègre son conseil de direction en 1949.
Gaulliste fidèle, il est aussi un ami d'enfance de François Mitterrand, auquel il manifestera toute sa vie sa très grande fidélité.
Elu député d'Ille-et-Vilaine de 1951 à 1955, puis à nouveau de 1958 à 1962, il est membre de la Commission de la Défense nationale.
De 1970 à 1993, il est député R.P.R. de la Capitale, puis siège au Conseil de Paris de 1989 à 1995.
Au sein de notre Assemblée, il participe aux travaux de la 4e Commission.
Parallèlement, la carrière qu'il mène dans le privé le conduira à la direction des usines "Dassault", ainsi qu'à celle de plusieurs journaux.
Parcours si dense en vérité qu'il semble illustrer cette phrase de Malraux selon laquelle "on ne découvre qu'une fois la guerre, mais on découvre plusieurs fois la vie".
M. Pierre-Guillain de BENOUVILLE était Grand Officier de la Légion d'Honneur, Compagnon de la Libération, Croix de Guerre 39-45.
En mon nom et au nom du Conseil de Paris, je dis à sa famille et à ses proches que nous garderons le souvenir de son extrême présence dans la vie démocratique française et parisienne et nous leur exprimons les condoléances émues de notre Assemblée.
(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).