Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

51 - Suspension et reprise de la séance

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2001


(La séance, suspendue à dix huit heures quarante minutes, est reprise à dix huit heures cinquante minutes, sous la présidence de M. David ASSOULINE, adjoint).
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Nous reprenons la séance.
Avant de passer à la prochaine délibération parce que c'est d'usage, M. LEGARET qui est maire d'arrondissement, a demandé la parole sur le précédent débat. Je la lui donne.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1e r arrondissement. - Monsieur le Maire, chers collègues, M. CONTASSOT a fait une réponse sur cette délibération qui me paraît une bonne réponse. C'est un sujet difficile.
C'est un sujet dans lequel nous sommes effectivement dans un cadre contractuel. Je tiens à dire que les renégociations des contrats avec ces grands prestataires sont des affaires complexes. Je suis prêt à donner les explications sur tous les termes de ces renégociations qui ont été opérées, en tout cas dans la période où j'ai eu des responsabilités. Mais je tiens à dire que le vote qui vient d'être enregistré, à savoir le rejet de la délibération, ne règle absolument rien. Nous sommes déjà dans une situation, comme l'a dit M. CONTASSOT, où l'ensemble du dispositif des toilettes publiques n'est pas accessible en raison du plan "Vigipirate". Vous allez rendre définitivement inaccessibles les sanisettes. Je soutiens la proposition qui est faite de rendre gratuite ces sanisettes pour un certain nombre de personnes. Si on ne trouve pas de solution, je me réfère notamment à la situation du quartier des Halles, il y a un problème d'hygiène publique grave, qui est posé à Paris aujourd'hui. Le nier, c'est faire preuve d'une totale irresponsabilité. Voilà ce que je tiens à dire.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Sur ce projet de délibération, il y a eu un vote, nous ne pouvons pas y revenir. Dans une prochaine session du Conseil de Paris, forcément ce débat reviendra. Rien n'est irrémédiable.