Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

61 - 2001, DASCO 229 - Fixation pour 2002 du prix d'achat aux Caisses des écoles des repas fournis au personnel assurant la surveillance d'interclasse dans les écoles de la Ville de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2001


M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Nous passons aux délibérations de M. FERRAND qui est attendu par le Recteur.
Nous passons au projet de délibération DASCO 229 relatif à la fixation pour 2002 du prix d'achat aux Caisses des écoles des repas fournis au personnel assurant la surveillance d'interclasse dans les écoles de la Ville de Paris.
Mme MARTINET n'est pas là, la parole est donc à M. FERRAND.
M. Christophe NAJDOVSKI. - Je comptais faire l'intervention de Mme MARTINET !
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - M. FERRAND est ennuyé parce qu'il a un Conseil d'administration très important. Il doit pouvoir répondre à des questions.
M. Christophe NAJDOVSKI. - On étudiera donc cette délibération plus tard ?
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Oui.
M. Eric FERRAND, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Il y a un ordre à respecter, et nous avons tous des obligations. J'en ai une particulièrement importante, je le regrette. Je peux faire une intervention très brève.
J'appelle d'ailleurs M. NAJDOVSKI à retirer son intervention puisque le sujet de l'intervention a déjà été abordé dans le débat général budgétaire, et j'y ai déjà partiellement répondu.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Monsieur NAJDOVSKI, faites le plus vite possible pour ensuite poursuivre.
M. Christophe NAJDOVSKI. - Merci, Monsieur le Maire. Une délibération adoptée en octobre 2000 par l'ancienne majorité a décidé la gratuité des repas fournis au personnel assurant la surveillance d'interclasse dans les écoles de la Ville de Paris. Cette mesure avait comme ambition d'aider à fidéliser une catégorie de personnels connaissant tout à la fois une forte rotation et une difficulté criante de recrutement.
Il faut dire que la grande majorité d'entre eux sont des vacataires payés environ 1.500 F par mois. Alors que deux enfants sur trois, à Paris, déjeunent à la cantine et que 4.800 agents sont nécessaires pour assurer le service municipal de surveillance, la Ville ne compte que 860 animateurs titulaires.
Cette mesure de gratuité sera reconduite et, avec l'augmentation proposée du prix d'achat des repas à la Caisse des écoles, coûtera cette année 19 millions à la Ville de Paris.
Une étude a-t-elle été menée pour évaluer son impact en termes de fidélisation et de recrutement des personnels ? Les élus "Verts", comme l'ensemble de leurs collègues de l'opposition, s'étaient exprimés à l'époque pour juger cette mesure largement insuffisante voire contradictoire avec la mission de surveillance des animateurs.
Tous avaient alors dénoncé la précarité des animateurs vacataires et demandé la création de postes à temps complet, certains allant jusqu'à évoquer la nécessité de création d'un corps d'animateurs et de surveillants comme cela existe dans beaucoup de collectivités territoriales.
En avril dernier, la nouvelle Municipalité a proposé la création de 400 postes contractuels à temps non complets. Les élus du groupe "Les Verts" avaient présenté un amendement visant à transformer ces postes à temps complet. Cet amendement avait été repoussé. Les élus du groupe "Les Verts" souhaiteraient que l'Exécutif précise sa politique pour remédier à la pénurie d'animateurs et assurer un meilleur encadrement des enfants lors des repas dans les établissements scolaires.
A court terme, et plus particulièrement, nous vous interrogeons, Monsieur le Maire, sur la pertinence de l'affectation de 19 millions de francs à la gratuité des repas servis aux surveillants.
Outre les difficultés de gestion occasionnées (par exemple les animateurs titulaires ayant décidé de ne pas prendre leurs repas se voient imputés sur leurs feuilles de paie des "avantages en nature" fiscalement imposés). Il nous semblerait plus opportun d'utiliser cette somme pour aider à professionnaliser la fonction d'animateur en donnant plus de moyens à la formation et en revalorisant les postes à responsabilité.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - La parole est à M. FERRAND.
M. Eric FERRAND, adjoint, rapporteur. - J'ai déjà eu l'occasion de donner des explications lors du débat budgétaire. Nous avons effectivement créé dans le budget 150 emplois à plein temps d'animateurs, créé 250 emplois supplémentaires de contractuels à 2/3 temps auxquels il faut ajouter 45 emplois de catégorie B d'animateurs.
La mesure de gratuité de repas a été prise il y a deux ans ; elle est encore considérée par beaucoup comme un avantage acquis. Je suis d'accord pour revoir éventuellement cette mesure pour la rentrée de septembre 2002 mais cela appelle une consultation de l'ensemble des surveillants de cantine et des animateurs.
M. David ASSOULINE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 229.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (DASCO 229).