Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DDEE 4 G - Signature d'un avenant n° 1 aux conventions pluriannuelles d'objectifs 2009-2011 passées avec les Missions Locales Parisiennes pour l'attribution d'une subvention au titre de l'année 2010. Montant total : 2.868.747 euros.

Débat/ Conseil général/ Février 2010


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DDEE 4 G relatif à la signature d'un avenant n° 1 aux conventions pluriannuelles d'objectifs 2009-2011 passées avec les Missions Locales Parisiennes pour l'attribution d'une subvention de 2.868.747 euros, au titre de l'année 2010.

La parole est d?abord à Mme Sandrine CHARNOZ et ensuite à Mme Emmanuelle BECKER, pour cinq minutes maximum.

Mme Sandrine CHARNOZ. - Merci, Madame la Présidente.

Madame la Présidente, mes chers collègues, face à la crise qui ne cesse de nous toucher, l'insertion professionnelle des jeunes est une priorité pour la Municipalité.

Comme l?a signalé la communication du Maire au Conseil de Paris d?octobre dernier, tous les leviers sont mobilisés pour accompagner les jeunes par une politique innovante en faveur de l'emploi et de la formation, en essayant de les accompagner jusqu'à leur autonomie. C'est d'ailleurs dans ce cadre que s'inscrit la mission actuelle en cours sur l'accès à l'emploi pérenne des jeunes.

Les cinq missions locales parisiennes font partie de cette démarche et sont une des chevilles ouvrières de grande valeur de cette insertion professionnelle. Je voudrais, ici, à nouveau souligner l'immense travail fourni quotidiennement par les cinq missions locales de la ville en faveur des jeunes parisiens.

Elles sont aujourd'hui le principal réceptacle des souffrances et des difficultés d'une jeunesse que la crise actuelle accable chaque jour un peu plus. Elles assurent l'information, l'orientation, le suivi professionnel et l'accès à l?emploi des jeunes de 16 à 25 ans sortis du milieu scolaire. Elles font l?objet d?un financement assuré actuellement dans des proportions similaires par l'Etat, la Région Ile-de-France et le Département.

Depuis 2003, le Département de Paris signe avec chacune des cinq missions locales des conventions d?objectifs triennales, afin de définir avec elles des orientations et mieux coordonner leur action.

En septembre 2009, nous avons approuvé de nouvelles conventions pour la période 2009-2011. Ces conventions nous ont permis de renforcer les interventions auprès des jeunes peu qualifiés issus des quartiers politique de la ville, de lutter contre les discriminations à l'embauche et pour l'égalité des chances, d'améliorer le travail en réseau entre les structures qui assurent l?accueil et l?orientation des jeunes les plus en difficulté, notamment les antennes jeunes et les associations de prévention spécialisée.

Le bilan de l'activité des cinq missions locales sur la période conventionnelle présente des résultats très satisfaisants. Pour l'année 2009, les objectifs fixés par les conventions pluriannuelles ont été atteints. Les cinq missions locales ont reçu, en 2009, 11.521 jeunes, l'objectif moyen annuel étant fixé à 9.300.

Pour la même période, les jeunes en suivi sont au nombre de 21.061, l?objectif annuel étant fixé à 18.100.

En ce qui concerne les retours à l'emploi, 6.690 jeunes ont signé un contrat de travail, soit 2.193 en C.D.I. et 4.497 en C.D.D., 885 jeunes ont signé un contrat d'apprentissage ou de professionnalisation et 3.700 jeunes ont eu accès à une formation.

Comme l'Exécutif s'était engagé le mois dernier, suite à un v?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche et voté par une large majorité, les moyens des missions locales seront donc renforcés en 2010, une augmentation globale à hauteur de 135.000 euros a été accordée au budget primitif de fonctionnement et viendra donc abonder le budget voté en décembre.

Je vous invite donc à voter ce projet de délibération qui donne à cet outil de nouvelles ressources pour accompagner les jeunes parisiennes et parisiens vers l'insertion professionnelle et l'autonomie.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et "Les Verts").

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

La parole est à Mme Emmanuelle BECKER.

Mme Emmanuelle BECKER. - Merci, Madame la Présidente, chers collègues.

Nous sommes appelés à voter, par ce projet de délibération, les subventions accordées pour 2010 aux missions locales parisiennes.

L?engagement de notre Municipalité en faveur de l?insertion professionnelle des jeunes prend un relief particulier dans la période actuelle, marquée par une précarisation accrue de la jeunesse par rapport au travail.

Les indicateurs parisiens dans ce domaine sont dans le rouge, avec une hausse de 30 % du chômage des jeunes entre décembre 2008 et décembre 2009.

Nous le savons, les jeunes sont parmi les premiers touchés en cas de conjoncture économique défavorable. Ils se heurtent à une difficulté réelle d'accès à un premier emploi. Souvent embauchés en contrats courts (intérim, C.D.D., contrats aidés), ils servent trop souvent de "variable d'ajustement" des effectifs d'entreprise, victimes notamment du "dernier arrivé, premier parti".

La politique du Gouvernement aggrave les difficultés d'insertion des jeunes, en particulier en favorisant le dispositif d'heures supplémentaires qui fait obstacle à la création de nouveaux emplois et les annonces concernant le report des départs à la retraite ne constituent pas seulement une régression sociale majeure, c?est aussi une hérésie économique qui menace l'embauche des jeunes.

Les jeunes des quartiers populaires paient au prix fort la politique inégalitaire du Gouvernement, ce qui rend l?action des missions locales d?autant plus précieuse. Le dernier rapport de l'Observatoire des zones urbaines sensibles pointe la responsabilité patente du Gouvernement dans l'abandon de ces jeunes. La proportion de jeunes chômeurs dans ces quartiers est deux fois plus importante qu?ailleurs et la qualification ne suffit pas à rétablir l?égalité avec les autres territoires. Que l'on ne vienne pas, du côté de l'U.M.P., nous vanter les vertus du mérite républicain, alors que les jeunes diplômés des quartiers populaires ne retirent aucun bénéfice au niveau professionnel des efforts qu?ils ont produits pour décrocher leurs diplômes.

Pour toutes ces raisons, nous avions demandé un soutien accru de notre Ville au travail des missions locales. La Municipalité ne sera pas en mesure de pallier le désengagement financier de l?Etat. Néanmoins, nous remercions M. Bruno JULLIARD d'avoir accédé à la demande de notre groupe de revaloriser l?enveloppe des missions locales pour l?année 2010.

Nous voterons bien entendu ce projet de délibération.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et "Les Verts").

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à M. Bruno JULLIARD et ensuite à M. Christian SAUTTER.

M. Bruno JULLIARD, au nom de la 7e Commission. - Très brièvement, Madame la Présidente, parce que l'essentiel a été dit.

Je souhaite m'associer aux louanges qui ont été attribuées au travail réalisé par les cinq missions locales parisiennes, dans un contexte évidemment très difficile qui est celui des conséquences de la crise économique et sociale qui frappe particulièrement les jeunes, avec un taux de chômage très élevé, particulièrement dans les quartiers en difficulté.

Face à un manque de dispositifs de la part de l'Etat, la mobilisation de l'ensemble des acteurs sociaux, qui permettent une meilleure insertion sociale et l'emploi des jeunes, est nécessaire et les missions locales font - avec les moyens qui leur sont attribués - un travail remarquable, qui mérite encore d?être amélioré et accompagné - on en reparlera dans les mois qui viennent -, mais qui mérite d'être noté.

Ces conventions pluriannuelles sont également l?occasion de reconduire des objectifs qui existaient déjà auparavant, notamment en termes d'accompagnement social, et nous avons souhaité, avec M. Christian SAUTTER, renforcer la dimension d'insertion directe dans l'emploi et donc renforcer les liens avec l'entreprise. Nous avons fixé des objectifs ambitieux et audacieux à l'ensemble des missions locales.

Grâce à une proposition du groupe Communiste et des élus du Parti de Gauche, nous augmentons le budget de ces conventions pour l'année 2010 à hauteur de 135.000 euros pour un budget global de 2.868.000 euros.

J'en profite également pour remercier les cinq présidents des missions locales, dont la plupart sont présents aujourd'hui ici même, pour leur investissement.

Nous aurons l?occasion, dans les semaines et mois qui viennent, de discuter de la manière dont la Ville de Paris pourra contribuer à améliorer encore l'efficacité et l'organisation des cinq missions locales parisiennes ô combien nécessaires en ces temps difficiles.

Evidemment, j'appelle à voter pour cette proposition de convention pluriannuelle.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Monsieur SAUTTER, vous avez la parole.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Pour ajouter aux compliments qui ont été évoqués, je voudrais simplement dire que les missions locales font un travail remarquable aussi bien dans le domaine de l'accompagnement social que de l'accompagnement professionnel.

Et nous allons avoir une bonne occasion de travailler ensemble puisque le 1er avril va se tenir un nouveau forum "Premier emploi diversité", dans la préparation duquel les missions locales joueront un rôle important car nous le savons, Bruno JULLIARD, moi-même et tous les membres de ce conseil, un jeune accompagné pour un tel forum a beaucoup plus de chances de trouver un emploi. Et ces forums fonctionnent relativement bien.

Rendez-vous donc le 1er avril pour un forum tout à fait sérieux.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 4 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DDEE 4 G).

Je vous en remercie.