Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

6 - 2000, ASES 4 G - Subvention d'investissement à l'association "Comité local du logement autonome des jeunes" (13e). - Montant : 30.000 F

Débat/ Conseil général/ Juin 2000


M. CHÉRIOUX, président. - Nous passons au projet de délibération ASES 4 G relatif à l'attribution d'une subvention d'investissement à l'Association "Comité local du logement autonome des jeunes".
Mme STIEVENARD a la parole.
Mme Gisèle STIEVENARD. - Monsieur le Président, chers collègues, ce projet de délibération illustre hélas le peu d'intérêt que Paris accorde à sa jeunesse par la lenteur et la timidité dont elle fait preuve s'agissant pourtant d'un problème massif, celui de l'accès à un logement autonome.
Pour qui connaît la cherté des loyers parisiens et les effets désastreux de la disparition du parc social de fait, nul doute que la recherche d'un logement à Paris à prix abordable pour un petit budget relève du parcours du combattant.
Or, l'accès à un logement stable est essentiel pour conforter une insertion sociale et professionnelle.
Nous allons voter en juin 2000 royalement 30.000 F de crédits d'investissement au CLLAJ, association créée en décembre 1997 alors que des structures de ce type existent depuis bien longtemps dans d'autres départements où les difficultés sont moindres.
Il n'y a donc pas de quoi pavoiser !
Voilà déjà dix ans qu'une circulaire ministérielle a incité à la mise en place de comités locaux de ce type, pour développer l'offre de logements envers les jeunes et constituer un réseau de partenaires. A Paris, il s'agit en 2000, de démarrer cette activité, mais le Département paraît encore traîner les pieds puisque la convention pour un poste de travail E.L.I. (Emploi local d'insertion) n'est pas encore conclue et que les 105.000 F supplémentaires demandés au titre du fonctionnement pour 1999 ne sont pas encore accordés sur un budget global de plus de 800.000 F !
Cette façon de se hâter lentement n'est pas digne de la Capitale et n'a rien d'exemplaire, vous en conviendrez.
Par ailleurs, si j'accorderai à Mme BRAQUY le bénéfice de s'être investie pour faire bouger ce dossier...
M. CHÉRIOUX, président. - N'interpellez pas votre collègue !
Mme Gisèle STIEVENARD. - Je constate qu'elle n'a pas eu le succès espéré auprès de ses collègues de la majorité municipale.
J'ajoute que pour notre part, nous ne sommes pas favorables à ce que des associations percevant des subventions de la collectivité parisienne soient présidées par un élu, surtout lorsque celles-ci ont vocation à attribuer des aides financières.
Cela ne vise pas personnellement Mme BRAQUY, c'est une position de principe que nous avons d'ailleurs déjà énoncée dans cette enceinte.
Nous pensons que cela conduit à être juge et partie, ce qui n'est pas de saine pratique. C'est pourquoi nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération.
L'essentiel de mon message porte sur l'attente de crédits de fonctionnement qui sont réclamés et pas obtenus, cela me parait très dommageable. Accorder 30.000 F, c'est un peu dérisoire ! J'aimerais connaître l'avis de l'Adjoint chargé des Finances, s'il veut bien entendre ce message. Je l'en remercie.
M. CHÉRIOUX, président. - Pour répondre à Mme STIEVENARD, M. LAFAYa la parole.
M. Philippe LAFAY, vice-président, au nom de la 5e Commission. - La Ville de Paris n'a pas de timidité ni de lenteur pour la jeunesse. Le Comité local pour le logement autonome des jeunes a commencé à préparer le démarrage de son activité en 1999 et des démarches auprès de différentes administrations.
En revanche, il n'a ouvert ses portes au public qu'en décembre 1999. Le Département de Paris a décidé de financer un poste d'emploi local d'insertion au sein du CLAJ pour un montant annuel de 95.000 F. Ce poste est conclu, Madame !
Ce qui constitue une aide non négligeable. Cette aide a d'ores et déjà été attribuée à l'association, dans le cadre de la convention pour le financement de ces emplois. Cette aide sera renouvelée durant trois ans.
En plus de cette aide, la subvention d'équipement de 30.000 F est soumise au vote du Conseil. Nous voterons pour.
Chère Madame STIEVENARD, ce vote va permettre aujourd'hui une subvention d'équipement de 30.000 F, qui vient en complément de celle accordée par les autres partenaires institutionnels que sont la Région et la C.A.F.
Etant donné l'intérêt de ce projet qui devrait permettre un meilleur accès au logement des jeunes à Paris, le soutien apporté au CLAJ pourrait être le cas échéant renforcé dans l'avenir.
M. CHÉRIOUX, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 4 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, ASES 4 G).