Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, SG 104 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec le Crédit municipal de Paris en vue de la vente d’une partie des vins et alcools de la cave de l’Hôtel-de-Ville. Vœu déposé par le groupe “Les Verts”.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2006


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons à l?examen du projet de délibération SG 104 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec le Crédit municipal de Paris en vue de la vente d?une partie des vins et alcools de la cave de l?Hôtelde-Ville, sur lequel le v?u référencé n° 21 dans le fascicule, a été déposé par le groupe ?Les Verts?.

La parole est à Mme DUBARRY.

Mme Véronique DUBARRY. - Deux aspects sont à souligner dans cette délibération concernant la signature d?une convention pour la vente d?une partie des vins et alcools de la cave de l?Hôtel de Ville.

Le premier aspect est bien évidemment politique, peut-être un peu politicien et concerne, pour reprendre les termes exacts de la délibération, la bonne gestion du bien public.

J?ai, sous les yeux, quelques extraits du livre qu?Alain Riou avait publié en 2004 sur les frais de bouche des mandatures précédentes. Il y est détaillé, par le menu, le fonctionnement des caves de l?Hôtel de Ville ainsi que leur contenu. Cet inventaire est bien évidemment très précis, beaucoup plus que ce qui nous est mentionné dans la délibération, mais on pourrait presque dire que le contenu importe peu.

Ce qui est intéressant, c?est surtout la façon dont l?approvisionnement de cette cave a fonctionné jusqu?en 2001 : les achats en espèces par le cuisinier du maire, les commandes réglées directement par chèque par le service comptable de la questure, etc.

Pour en finir avec cet aspect, la question de l?utilisation, j?avais envie de dire de la distribution, de ces grands crus à tel ou tel ami méritant. Oui, Monsieur le Maire, pour en finir avec un système dilapidant l?argent public au profit de quelques uns, il était grand temps de nous soumettre cette délibération.

J?ai parlé au début de mon intervention de deux aspects. Je vais donc maintenant aborder le sujet du v?u que le groupe ?Les Verts? a déposé et qui concerne la lutte contre l?alcoolisme. Un certain nombre d?actions sont déjà subventionnées par le Département de Paris et c?est tant mieux, je dirai même fort heureusement, car en plus de l?alcoolisme sur le lieu de travail, c?est un fait qui est réel mais communément admis, nous avons à faire face à une recrudescence de la consommation d?alcool des jeunes.

Les études les plus récentes montrent bien que cette conduite addictive fait des ravages parmi cette tranche de la population. C?est la raison pour laquelle cette délibération nous paraissait un point de départ intéressant, voir hautement symbolique, pour demander que les budgets consacrés à cette thématique soient augmentés et ce, de façon conséquente.

Le principe de non affectation des recettes rend bien évidemment impossible le fléchage de cette recette vers une dépense. Mais nous insistons néanmoins pour que soit acté, au moins, le principe de l?augmentation des budgets consacrés à la lutte contre l?alcoolisme. Je pense que, juste avant l?examen, ou en tout cas dans les discussions, que les uns et les autres peuvent avoir à propos des budgets, c?est le moment de donner un signe fort sur cette thématique.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame DUBARRY.

J?interroge M. LHOSTIS. Est-il favorable à accroître le budget de prévention des toxicomanies et de lutte contre l?alcoolisme ?

M. Alain LHOSTIS, adjoint, au lieu et place de M. Christophe CARESCHE, adjoint, au nom de la 5e Commission. Monsieur le Maire, nous avons, il y a quelques jours, parlé de mes moyens budgétaires et aucun des arbitrages n?est rendu. Il est bien évident que je suis favorable à avoir plus de moyens pour agir dans la prévention des toxicomanies et, bien évidemment, pour la prise en charge des problèmes de l?alcoolisme.

Ce v?u, cela a bien été dit, est inopérant. S?il s?agit, au moment du budget, de disposer des amendements pour proposer plus d?argent pour la mission de prévention des toxicomanies, c?est bien. Que l?on attire l?attention d?une façon un peu drôle à l?occasion de la vente de la cave, pourquoi pas ? Cette question est si sérieuse que nous avons créé la mission de prévention des toxicomanies.

Comme nous sommes dans un débat pré-budgétaire, je ne vois pas comment je pourrais me prononcer sur ce v?u. Je crois qu?il serait raisonnable de le retirer.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Vu l?heure, je pense que ce v?u laisse percer une très bonne intention qui est d?accélérer l?effort pour prévenir les toxicomanies et l?alcoolisme. Vu l?heure, Monsieur LHOSTIS, vous pourriez être favorable. C?est un v?u, nous aurons l?occasion d?en reparler.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe ?Les Verts?, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2006, V. 254).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 104.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, SG 104).