Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, Voeu déposé par M. Pierre CASTAGNOU, Mme Danièle POURTAUD et adopté par le Conseil du 14e arrondissement, relatif au soutien de la Ville à Télé Plaisance.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2006


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons à présent le v?u référencé n° 1 dans le fascicule, déposé par Pierre CASTAGNOU et Danièle POURTAUD, et adopté par le Conseil du 14e arrondissement, relatif au soutien de la Ville à ?Télé Plaisance.

Je donne la parole à Mme POURTAUD.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Une démocratie vivante a besoin de médias libres, indépendants du pouvoir politique et de l?argent. Tout le monde se souvient du combat mené pour les radios libres avant 1981. Cette liberté s?exerce particulièrement par les médias associatifs qui ont, par ailleurs, comme toutes les associations, un rôle de lien social.

Aujourd?hui, depuis la loi de 2000 du Gouvernement de Lionel JOSPIN, les télévisions associatives sont légales. Auparavant, elles ne pouvaient détenir que des autorisations provisoires.

A présent, il n?est pas plus difficile ni plus cher de faire de l?image que cela ne l?était de faire de la radio dans les années 1981. Beaucoup de nos concitoyens ont envie de s?exprimer par des images. C?est en particulier ce que permettent les télévisions associatives. C?est ce que fait ?Télé Plaisance?, née dans le 14e arrondissement et qui est une des plus anciennes télévisions associatives de Paris.

Le passage au numérique terrestre, décidé par le Gouvernement de Lionel JOSPIN, je le rappelle, a permis d?ouvrir 36 canaux complémentaires, dont 18 gratuits, accessibles à tout le monde, même non câblé ou non abonné au satellite.

Il y a évidemment une bataille pour ces canaux et la tentation est forte de ne les réserver qu?à des projets commerciaux. Les télévisions associatives seraient alors reléguées à une diffusion Internet ou ADSL.

Pour nous, il n?y a pas de raison que tous nos concitoyens ne puissent pas les recevoir. C?est pourquoi ce v?u, voté à l?unanimité par le Conseil d?arrondissement, demande que la Ville de Paris manifeste son soutien pour permettre à ?Télé Plaisance? de déposer un dossier crédible auprès du C.S.A.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Madame POURTAUD.

Permettez-moi de saluer en effet ce travail très important, ce travail citoyen réalisé par ?Télé Plaisance? qui est une télévision associative qui a toute sa place à Paris.

Vous le savez, depuis le 14 octobre 2005, le C.S.A a ouvert le dossier de la télévision locale en Région Ile-de-France, en prévoyant d?attribuer entre trois et six chaînes qui pourraient être reçues gratuitement par plus de 10 millions de Franciliens.

Dans sa réponse au C.S.A en 2006, la Ville de Paris a demandé qu?une place soit faite à l?expression associative et que, dans la mesure du possible, un canal lui soit réservé. Quand je dis expression associative, c?est bien sûr la vie associative qui n?est pas forcément portée par des télévisions associatives, mais c?est aussi une place aux associations portant des projets de télévision associative.

Aujourd?hui, nous sommes dans l?attente du cahier des charges qui doit être rendu public par l?autorité de régulation dans les prochains jours, précisant la nature et les conditions d?existence des futures chaînes. Il est donc trop tôt pour s?engager à soutenir un projet quel qu?il soit, avant même que le C.S.A n?ait précisé ses intentions et le contour des projets qu?il souhaiterait retenir.

Nous devons traiter toutes les demandes qui vont arriver à égalité ; nous ne pourrions pas, aujourd?hui, accorder une subvention particulière à ?Télé Plaisance? car nous souhaitons qu?il y ait effectivement égalité entre toutes celles et tous ceux qui vont porter des projets, notamment de télévision associative.

D?ailleurs, nous ne pouvons qu?encourager des télévisions associatives à se regrouper avec les autres télévisions associatives qui existent en Ile-de-France. Un regroupement est déjà envisagé avec la proposition faite par ce regroupement de s?inscrire dans les futurs canaux qui vont être octroyés.

Je ne peux qu?inciter ?Télé Plaisance? à faire cette démarche auprès de l?association qui regroupe l?ensemble des télévisions associatives d?Ile-de-France pour que son projet puisse être porté au bon niveau. Nous sommes là sur quelque chose qui va être diffusé dans l?ensemble de la Région Ile-de-France.

La Ville souhaite que la vie locale puisse trouver, grâce à ces chaînes, de nouvelles fenêtres d?expression.

Au-delà de ce que je viens de vous dire, nous réfléchissons aussi à la mise en place d?un studio qui serait dédié aux associations parisiennes et ce, pour leur activité de production, c?est-à-dire un outil leur permettant de disposer d?un matériel professionnel. Ce n?est pas la réponse à la question directement que vous posez, mais je crois que cela peut aussi intéresser les télévisions associatives de savoir que ces outils seront en place.

Pour ces raisons, aujourd?hui, l?Exécutif rejetterais ce v?u, vous l?entendez bien, s?il était maintenu, même si nous le savons et je le dis de nouveau, ?Télé Plaisance? a vraiment engagé un travail remarquable tant sur le fond que sur l?originalité de son travail. J?espère que ce travail-là se retrouvera dans les télévisions qui seront autorisées à diffuser leur programme sur l?Ilede-France et bien sûr la Ville de Paris. Je vous demanderai, si vous en étiez d?accord, compte tenu de la réponse que je viens de vous faire, de bien vouloir retirer votre v?u et nous continuerons, soyez en sûrs, à oeuvrer pour que les télévisions associatives aient leur place sur les prochains canaux de diffusion de la TNT.

Je vous remercie.

Je vous donne la parole, Madame POURTAUD.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Merci, Madame la Maire.

J?ai bien entendu la prise de position de principe de la Ville, favorable aux télévisions associatives, et je vous en remercie. Je vais bien entendu retirer ce v?u, puisque j?ai compris qu?effectivement le calendrier n?est pas favorable à une prise de position de la Ville en faveur d?une seule télévision associative.

Je me permets de suggérer que peut-être au-delà de la position favorable de principe, la Ville éventuellement oeuvre pour faciliter le regroupement des différentes télévisions associatives qui sont sur son territoire et au-delà sur l?Ile-de-France, si le canal dédié aux associations est effectivement un canal francilien, de manière à ce que ces projets puissent déboucher et se concrétiser rapidement.

Merci.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci à vous.

Bien sûr, nous oeuvrerons en ce sens.