Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par les groupes communiste et élus du Parti de gauche et socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à la fermeture programmée du service de soins spécialisé dans la prise en charge de la sclérose en plaques, de l'hôpital Bellan (14e).

Débat/ Conseil général/ Juin 2009


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l'examen de la proposition de v?u référencée n° 6 G dans le fascicule, déposée par les groupes communiste et élus du Parti de gauche et socialiste, radical de gauche et apparentés, relative à la fermeture programmée du service de soins spécialisé dans la prise en charge de la sclérose en plaques, de l'hôpital Bellan (14e).

Madame ARROUZE, vous avez la parole.

Mme Aline ARROUZE. - Merci, Monsieur le Président.

Chers collègues, l'hôpital Bellan, hôpital privé à but non lucratif, vient d'annoncer sans avertissement préalable, la fermeture de son service soins de suite et de réadaptation de la sclérose en plaques au 31 juillet prochain.

La qualité et l'efficacité de ce service ne sont nullement remises en cause, mais c'est pour une raison économique, par manque de trésorerie suffisante, que la fermeture de ce service est décidée.

Ce service est l'un des rares en France à être exclusivement consacré à la prise en charge dans son ensemble de la sclérose en plaques et traite 200 patients par an.

La fermeture de ce service générera un délai d'attente gravement préjudiciable pour des patients dont l'évolution de la maladie neurologique, elle, est rapide.

A l'heure où le Gouvernement prétend faire du handicap son cheval de bataille, la fermeture de ce service s'inscrit totalement dans la politique de Madame la Ministre de la Santé et a pour conséquence de réduire l'offre comme la qualité des soins.

Des pétitions circulent pour le maintien de ce service en faveur duquel la population, les patients et les soignants sont mobilisés.

C'est pourquoi, sur proposition de M. Pascal CHERKI, des élus du groupe communiste et élus du Parti de gauche, des élus du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, le Conseil de Paris demande à M. le Maire de Paris d'intervenir auprès de la Ministre de la Santé, ainsi qu'auprès de la direction de l'hôpital Bellan afin de préserver ce service et les soins précieux qu'ils prodiguent aux malades atteints de sclérose en plaques.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, communiste et élus du Parti de gauche, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame ARROUZE.

La parole est à M. LE GUEN pour une réponse certainement brève.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Oui, tout d?abord, Monsieur le Président, merci, pour vous dire que, malheureusement, je n?ai pas pu obtenir toutes les informations qui auraient pu être nécessaires de la part notamment de l'agence régionale ou de l'institution et que je rejoins tout à fait les préoccupations qui sont les vôtres.

Autant je ne suis pas personnellement et nous ne sommes pas, dans la Municipalité, ennemis de restructurations qui peuvent s'avérer nécessaires, autant il nous semble tout à fait délicat de fermer un service de soins de suite et de réadaptation dans une pathologie qui demande, en fait, ce qui est un peu complexe, la possibilité pour le patient d'être vu rapidement lorsqu'il subit une poussée de l'avancée de sa maladie.

On ne peut pas traiter, bien que ce soit une maladie chronique, cette maladie comme les autres maladies chroniques avec une planification des rendez-vous.

On peut donc tout à fait regretter une restriction de l'offre de soins dont je vous confirme, Madame, qu'elle constitue bien, malheureusement, la politique, pour l'essentiel, de ce Gouvernement, puisque les hôpitaux de Paris en sont régulièrement victimes. Lorsqu'on nous parle de suppressions d'emplois à l?Assistance publique, c'est bien de réduction d'activité et de soins offerts à nos compatriotes dont il s'agit.

M. Christian SAUTTER, président. - Très bien. Merci, Monsieur LE GUEN.

L'avis est favorable.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes communiste et élus du Parti de gauche et socialiste, radical de gauche et apparentés, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2009, V. 28 G).