Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

116 - 2002, DVD 109 - Instauration du stationnement payant pour les autocars sur de nouveaux sites. - Fixation des tarifs

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2002


M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DVD 109 relatif à l'instauration du stationnement payant pour les autocars sur de nouveaux sites. - Fixation des tarifs.
La parole est à M. DAGUENET.
M. Jacques DAGUENET. - Cette délibération propose un ensemble de mesures en matière de stationnement de cars qui doivent être mises en place dès cet été.
On ne peut que se féliciter de la décision de prendre des mesures immédiates pour améliorer la situation. C'est un changement notable mais dans ce domaine comme dans d'autres, il faudra aller vers des solutions plus durables, qui doivent être recherchées avec tous les intéressés et d'abord évidemment avec celles et ceux qui subissent directement les nuisances ; je pense aux riverains.
La question n'est pas mince puisque Paris reçoit pas moins de 26 millions de visiteurs par an, ce qui est une chance formidable pour la Capitale mais en même temps ce sont plus de 500 cars par jour qui circulent dans notre ville.
C'est bien sûr un problème important pour la qualité de notre environnement et en matière de santé publique.
Nous pensons, pour notre part, qu'il faudrait s'engager dans un processus qui permette, comme on s'y était engagé pendant la campagne électorale dans le contrat de mandature, de limiter la présence des cars dans la Capitale et de réfléchir à leur suppression dans certains quartiers comme cela a déjà été proposé par ma collègue Sophie MEYNAUD.
Cela suppose évidemment une réflexion et une large concertation qui nous renvoie, j'en suis conscient, à différentes questions notamment celle de l'offre faite aux touristes en termes de transport, de tarification, de renforcer les transports en commun notamment de certaines lignes de bus pendant les saisons touristiques. Dans ce domaine, il faudrait faire jouer un autre rôle à l'Open tour, ou à d'autres opérateurs. Enfin, il faudrait offrir des alternatives en stationnement, en créant notamment des parkings aux portes de Paris en ayant comme préoccupation prioritaire celle de leur insertion dans le tissu urbain.
Il est temps de rechercher des pistes nouvelles, proposant comme je viens de le dire, des alternatives à l'utilisation des cars en ville mais dans l'immédiat, il est tout autant nécessaire d'envisager toutes les possibilités qui permettent d'améliorer la situation, notamment par la création même provisoire de nouveaux emplacements de stationnement, un meilleur accompagnement et une meilleure information des professionnels du tourisme et des autocaristes ce qui nécessite une présence humaine renforcée mais aussi l'amélioration de la signalétique destinée aux cars.
Il faut aussi, je pense, comme il l'est très bien proposé dans la délibération pour Notre-Dame et Montmartre, rechercher des solutions par site touristique.
Concernant Notre-Dame, il semble, comme il est dit dans la délibération, que la mise en place d'un nouveau dispositif soit reportée à 2003 dans la mesure où les solutions prévues ne répondent pas aux attentes de la population. En effet, l'amélioration attendue passe davantage par la mise en place de navettes fluviales. Ce service nouveau est en cours d'examen avec le Port autonome de Paris.
Pour cette année, il est proposé de mettre en place des personnels pour, déjà, améliorer la situation. C'est un pas en avant qu'il faudra conforter par d'autres mesures.
Concernant Montmartre, les propositions faites sont importantes. Elles étaient très attendues car depuis longtemps les riverains des boulevards Clichy, Rochechouart, le collectif qui les représente, avaient formulé ces propositions à savoir : une présence physique à l'endroit de la desserte boulevard Rochechouart, afin de renseigner les autocaristes mais aussi pour faire respecter ce lieu qui est devenu un parking permanent, où il était impossible de stationner quelques instants pour faire descendre ou monter les touristes. Cette situation entraînait un stationnement de cars en cascade, paralysant les couloirs de bus et encombrant les boulevards. Heureusement, des mesures ont été mises en place dès le 1er juillet pour remédier à cet état de fait.
Les riverains demandaient aussi des mesures d'accompagnement pour que les autocars puissent se garer. Il est répondu à cette préoccupation avec l'installation de deux emplacements provisoires dans les 17e et 18e. Il nous semble toutefois qu'il aurait été bon de demander à l'Open tour, mais aussi à d'autres opérateurs, d'élargir leurs services, notamment pour desservir les nouveaux emplacements de stationnement et surtout le parking Cardinet. Cette mesure aurait permis de limiter, évidemment, la circulation des cars dans Paris, du moins ceux concernés par ce site touristique.
Il aurait été bien d'élargir également pendant la saison touristique le parcours du Montmartre bus, aux portes de Clignancourt et de Montmartre, comme le réclament de nombreuses personnes.
Evidemment, les premières mesures proposées ne peuvent en aucun cas se substituer aux forces de police dont la responsabilité est de faire respecter les interdictions du stationnement des cars. Ainsi, un trop grand nombre de cars, notamment en soirée ou le week-end, se garent illégalement le long des boulevards dans les couloirs de bus et place Clichy.
A ce sujet, il convient donc après les quelques jours nécessaires à la mise en place de ce nouveau dispositif et avec l'expérience du dernier week-end et au-delà de la présence de personnels de la Ville, d'obtenir un engagement plus fort de la Préfecture de police pour faire respecter d'une manière générale la réglementation et pour empêcher le stationnement sauvage.
M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Monsieur DAGUENET, M.BAUPIN a hâte de vous répondre.
M. Jacques DAGUENET. - Ces premières mesures proposées par la Ville dans la délibération, sont importantes, dans l'attente de la requalification de ces deux boulevards, qui avait deux objectifs : d'une part de les embellir mais aussi d'interdire le stationnement précisément de ces autocars.
M. François DAGNAUD, adjoint, président. - M. Denis BAUPIN a la parole pour vous répondre et présenter l'amendement n° 48 de l'Exécutif.
M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - J'avais bien noté que vous aviez hâte d'entendre. La délibération qui vous est présentée ici s'inscrit dans un travail que nous avons engagé, Jean-Bernard BROS et moi, depuis plus d'un an. Il vise à concilier deux objectifs complexes : d'une part continuer de développer le tourisme dans la Capitale, d'autre part diminuer les nuisances liées au déplacement des touristes.
Nous avons quatre pistes de travail :
La première est de faire respecter la réglementation en vigueur dont M. DAGUENET a dit qu'elle interdisait le stationnement des autocars sur les boulevards de Clichy et de Rochechouart. Seules la dépose et la reprise sont autorisées. Le Maire de Paris a rappelé au Préfet la nécessité de faire respecter cette réglementation pendant la période estivale.
Le deuxième point d'action que nous avions engagé avec Jean-Bernard BROS est d'aménager de façon plus opérationnelle deux sites de la Capitale : Notre-Dame et Montmartre.
En ce qui concerne Notre-Dame, nous avons imaginé, à la demande des riverains, un dispositif transitoire pour l'année 2002, en attendant que des solutions pérennes pour 2003 puissent se mettre en place, qui visent au transport des touristes en navettes fluviales et non plus en autocars.
A l'examen de ces propositions intermédiaires, qui étaient les moins mauvaises solutions, les riverains ont considéré que ces solutions n'apportaient pas une amélioration suffisante par rapport aux effets pervers qu'elles pouvaient entraîner. C'est l'objet de l'amendement qui vous est proposé. C'est donc finalement la situation actuelle qui va perdurer pendant l'année 2002 jusqu'à ce qu'une solution pérenne puisse trouver place en 2003.
En ce qui concerne Montmartre, c'est l'objet de cette délibération, deux innovations.
Il y a d'une part, l'aménagement des boulevards de Clichy et de Rochechouart sur lequel notre Conseil a eu l'occasion de s'exprimer, il y a quelques mois.
D'autre part, l'aménagement de deux nouveaux parkings pour autocars proches du site de Montmartre de façon à ce que les autocaristes, une fois qu'ils ont déposé leur clientèle, puissent aller stationner sans faire de longs trajets avant de revenir chercher ces mêmes touristes après leur visite.
La mise en place de ces deux parkings s'accompagne de personnels qui sont sur le site de la dépose et reprise du lycée Jacques-Decour, qui permettront d'informer les autocaristes de la disponibilité dans ces parkings.
Troisième grande piste qui va voir le jour l'année prochaine et sur laquelle nous travaillons avec les professionnels, c'est toute une réorganisation de l'accueil des autocars dans la Capitale avec l'ouverture de parkings supplémentaires en périphérie à l'intérieur de Paris, le pré-paiement du stationnement par les autocaristes avant d'entrer dans la Capitale et un système d'information en temps réel pour les autocaristes de façon à les amener à utiliser au mieux ces parkings d'autocars.
La quatrième étape est la plus complexe et nous avons commencé à travailler avec les professionnels du tourisme : c'est toute la mise en place d'alternatives globales au transport de touristes par autocar. A l'intérieur de la Ville, les moyens de déplacement pour les touristes doivent être les moins polluants possibles : navettes fluviales, navettes de bus non polluants ou toute autre solution que nous pourrons inventer ensemble.
M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Vous avez profité de l'occasion pour présenter l'amendement ?
M. Denis BAUPIN, adjoint, rapporteur. - Je sens que vous n'avez pas été totalement attentif !
M. François DAGNAUD, adjoint, président. - C'était tellement fluide !
M. Denis BAUPIN, adjoint, rapporteur. - L'amendement consiste à retirer tout ce qui concerne le dispositif transitoire sur Notre-Dame.
M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je mets au voix, à main levée, le projet d'amendement n° 48 déposé par M. Denis BAUPIN.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet d'amendement n° 48 est adopté.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 109 amendé.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération amendé est adopté. (2002, DVD 109).