Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

152 - QOC 2002-501 Question de M. Pierre CASTAGNOU à M. le Préfet de police concernant l'enlèvement des véhicules-épaves dans le 14e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2002


Libellé de la question :
"La présence de plus en plus importante de véhicules épaves sur la voie publique préoccupe les Parisiennes et les Parisiens.
Dans le 14e et malgré les demandes répétées du Commissariat central, ces véhicules demeurent plusieurs mois sur place sans être enlevés, notamment lorsqu'il s'agit de gabarits importants.
A titre d'exemple, un camion est posé depuis plus de 6 mois sur cales face au lycée François Villon, avenue Marc-Sangnier, où se tient le marché aux puces les samedi et dimanche.
Cette situation n'est pas comprise par les habitants de ce quartier confronté à de nombreuses nuisances.
M. Pierre CASTAGNOU demande à M. le Préfet de police de bien vouloir lui indiquer les conditions actuelles d'enlèvement des véhicules-épaves, et les solutions que la Préfecture de police envisage pour remédier aux dysfonctionnements constatés."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La Direction de la Police urbaine de proximité (D.P.U.P.) a mis en place, depuis le mois d'avril 2001, de nouvelles modalités d'enlèvement des véhicules à quatre roues abandonnés sur la voie publique, qu'il s'agisse de véhicules "ventouses" ou des épaves.
L'état-major des enlèvements de la D.P.U.P. est chargé de la centralisation des demandes d'enlèvement émanant des commissariats d'arrondissement. La détection de ces véhicules est faite par les services de police eux-mêmes ou sur signalement des particuliers.
Les dossiers sont remis aux grutiers de la société titulaire de ce marché, qui se chargent de conduire les véhicules désignés vers les fourrières du secteur concerné.
S'il est vrai que les parcs de fourrière ont, en fin d'année 2001, connu des saturations ponctuelles, cette situation s'est largement améliorée. En effet, les parcs disposent aujourd'hui d'une capacité d'absorption suffisante pour répondre à la demande.
Je veille à ce que la société titulaire du marché d'enlèvement des épaves et des ventouses, mette à la disposition de la Préfecture de police le nombre de grues nécessaire.
J'ajoute qu'entre le 1er janvier et le 31 mai 2002, 79.954 véhicules ont fait l'objet d'un enlèvement à Paris.
Les véhicules enlevés dans le 14e arrondissement sont conduits sur le parc de Bonneuil pour ce qui est des ventouses et sur le parc de Clichy pour ce qui concerne les épaves.
Sur les 243 demandes d'enlèvements enregistrées dans cet arrondissement, depuis le 1er janvier 2002, 214 véhicules ont été conduits en fourrière et 22 sont en cours de traitement. Toutefois, 7 épaves actuellement recensées sur le 14e ne peuvent, en raison de leur état de délabrement ou de leur gabarit, être prises en charge par la société attributaire du marché.
Le camion stationné face au lycée François-Villon, 16, rue Marc-Sangnier a été enlevé et transporté à la fourrière Bonneuil le vendredi 28 juin 2002 par les moyens spéciaux mis en place par la Direction de la Logistique de la Préfecture de police.
Enfin, je tiens à préciser que les services concernés de la Préfecture de police restent attentifs au problème engendré par les véhicules épaves et ventouses stationnés sur la Capitale, afin de répondre avec diligence à l'attente de la population parisienne."