Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

28 - 2001, PJEV 24 - Approbation du choix de l'équipe de concepteurs et du marché de maîtrise d'oeuvre signé avec l'équipe Hannetel et associés/E.S.E. pour la restructuration et l'extension du square Léon-Frapié (20e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2001


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération PJEV 24 relatif à l'approbation du choix de l'équipe de concepteurs et du marché de maîtrise d'?uvre signé avec l'équipe Haennetel et associés/E.S.E. pour la restructuration et l'extension du square Léon-Frapié, dans le 20e.
Je donne la parole à Jean-louis ARAJOL.
M. Jean-Louis ARAJOL. - Monsieur le Maire, Paris, ville verte, mérite bien cette appellation aussi élogieuse sur le domaine essentiel de l'action municipale qui concerne la qualité de vie en matière d'environnement et d'espace vert.
Je voudrais à cet égard rappeler à la nouvelle équipe municipale tout de même, pour les avoir quelque peu "vendues" pendant la campagne municipale, les réalisations nombreuses et équilibrées qu'elle trouve aujourd'hui et qui sont à mettre à l'actif de l'ancienne majorité - force est de le constater- dont elle contestait pourtant hier le bilan.
En effet, notamment dans le 20e arrondissement, 4 jardins et squares ont été créés ou réaménagés lors de la précédente mandature : le jardin naturel rue de Lesseps en 1996, le jardin Léo-Gaumont, en 1997, le square Pierre-Seghers en 2000, et le jardin rue Michel-de-Bourges en 1997. Il s'agissait là d'un réaménagement.
Aujourd'hui, le présent projet de délibération évoque la future restructuration et l'extension du square Léon-Frapié eu égard à l'opération d'urbanisme qui concerne la zone sensible de la cité Fougère.
A cet égard, vous indiquez que le square sera un site "C" repensé en harmonie avec l'aménagement de la cité pour les besoins des riverains.
Quelle concertation comptez-vous mettre en ?uvre, Monsieur le Maire, avec les familles et les forces de police de l'arrondissement concernant les problèmes préoccupants que vous connaissez, notamment de sécurité et de toxicomanie, très conséquents dans ce secteur du 20e arrondissement ?
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Avant que M. CONTASSOT ne vous réponde, je voudrais simplement vous dire, Monsieur ARAJOL, que je comprends parfaitement votre réaction, voire votre amertume, mais...
M. Jean-Louis ARAJOL. - Je ne suis pas amer.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - ... que c'est la beauté de notre fonction : nous travaillons pour les Parisiens. Donc, même si ce qui a été décidé hier se fait aujourd'hui, l'important, c'est que cela se fasse.
Je passe la parole à M. CONTASSOT.
M. Jean-Louis ARAJOL. - Monsieur le Maire, excusez-moi, mais j'ai tellement entendu - moi qui suis nouveau dans cet hémicycle - de critiques sur l'ancienne majorité que je crois qu'il est bon quand même d'évoquer tout ce qui a pu être fait et je ne cesserai de le faire chaque fois que, objectivement, ce sera le cas, tout simplement.
M. Alain DESTREM. - Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - A ma connaissance, ces décisions ont été prises avec l'accord de l'opposition.
M. Jean-Louis ARAJOL. - Je n'en suis pas certain.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - On pourrait regarder. Je ne pense pas que l'opposition ait voté contre la réalisation de jardins publics.
Monsieur CONTASSOT, vous avez la parole.
M. Yves CONTASSOT, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Sans refaire l'historique complet du réaménagement du square et de son extension, qui, je le rappelle, représente quand même plus de 14.000 mètres carrés, compte tenu de cette importance et de son impact dans l'environnement, la précédente équipe municipale a décidé de faire appel à une maîtrise d'?uvre privée et, de ce fait, pour respecter le Code des marchés publics et compte tenu du montant de la rémunération de cette maîtrise d'?uvre, il a été nécessaire de lancer un concours public de concepteurs.
Ce concours a nécessité la désignation par l'Assemblée délibérante des membres élus constituant le jury.
Il y a eu deux phases :
- la première concernant la sélection des candidatures ;
- la deuxième concernant la proposition d'équipe de concepteurs.
Le projet de délibération qui est présenté à cette séance du Conseil concerne la désignation du lauréat du concours et l'autorisation donnée au Maire de Paris de désigner le marché de maîtrise d'?uvre correspondant.
Je voudrais rappeler quelques dates qui expliquent simplement les délais.
Le programme de l'opération n'a été défini en Commission des opérations immobilières que le 13 octobre 1999. Il n'y a pas des dizaines d'années ! Ce n'est pas nous qui gérions à ce moment-là.
La désignation des membres élus du jury au Conseil de Paris a été faite le 23 novembre 1999.
Le lancement du concours a eu lieu le 24 décembre 1999 et la remise de candidatures le 25 janvier 2000.
Il y a eu tout au long de l'année 2000 un certain nombre de réunions en Commission technique (analyse des candidatures), de réunions du jury (sélection des candidatures, remise des propositions par les candidats), de réunions en Commission technique (proposition du lauréat) et la négociation ainsi que la mise au point du marché de maîtrise d'?uvre ont eu lieu en novembre 2000.
L'introduction du projet de délibération qui nous est soumis aujourd'hui dans le système Alpaca a été faite le 3 janvier 2001, mais je voudrais rappeler qu'il n'y a pas eu de Conseil de Paris aux mois de février et mars 2001 nous permettant de délibérer sur ces questions et, de ce fait, nous arrivons aujourd'hui avec un calendrier prévisionnel général qui, je dois le dire, m'étonne tout autant que vous, mais qui n'est pas spécifique à ce projet car, depuis deux mois, j'entends dire régulièrement sur tous les projets de la Ville qu'en moins de quatre ans on ne sait rien faire à la Mairie de Paris s'agissant d'opérations de cette envergure. Le calendrier consiste en l'engagement et la notification du marché de maîtrise d'?uvre au cours de cet été et la fin des travaux aura lieu (je suis un peu étonné) en août 2003...
Donc, vous voyez à quel point l'état malheureux dans lequel se trouve ce square se retrouve lié aussi à des contraintes de délai tout à fait étonnantes, pour ne pas dire plus...
Je crois qu'il faudra - et pas simplement sur ce square - que nous prenions un certain nombre de dispositions en liaison avec la Préfecture de police pour que l'on puisse garantir une certaine sécurité, mais en évitant de transformer certaines catégories de personnel en auxiliaires de police. De ce point de vue-là, j'aurai l'occasion très rapidement, avec le Préfet de police, de voir comment nous pouvons travailler en cohérence sur ces questions pour assurer la sécurité à la fois des personnels (je dis bien des personnels) et des usagers des parcs et jardins de la Ville de Paris.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Un mot là-dessus. Dans la délégation qui est la mienne, je suis très sensible aux phénomènes qui se déroulent aujourd'hui dans les parcs et jardins et je pense qu'effectivement il faut qu'on ait des réponses à la fois de la Ville et peut-être de la Préfecture de police plus volontaires.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PJEV 24.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, PJEV 24).