Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

26 - 2001, JS 156 - Mise en place d'un dispositif de stages sportifs pendant les vacances scolaires dénommé "école municipale des sports", et fixation des participations familiales

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2001


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération JS 156 relatif à la mise en place d'un dispositif de stages sportifs pendant les vacances scolaires dénommé "école municipale des sports".
Je donne la parole à Mme CAPELLE au lieu et place de Mme BACHE.
Mme Liliane CAPELLE. - Monsieur le Maire, je souhaite vous dire combien l'idée de créer ces écoles municipales des sports est une initiative heureuse et bienvenue. Si la politique d'animation de la Ville de Paris peut paraître satisfaisante pour les jeunes parisiens, ceux des écoles primaires - je pense alors aux centres aérés ou aux colonies de vacances proposés par les Caisses des écoles ou encore aux centre d'initiative sportive -, elle est manifestement insuffisante pour les jeunes adolescents notamment.
Le dispositif proposé, celui d'un accompagnement de 5 jours, nous permet de sortir de la logique consumériste qui prévalait jusqu'à présent et qui ne permettait pas de mener un travail véritablement sérieux dans le long terme. C'est cette logique d'animation à la carte qu'il faut aujourd'hui modifier afin de proposer aux jeunes qui n'ont pas la possibilité de partir en vacances ou qui restent quelques semaines dans la Capitale, des activités attrayantes et encadrées.
J'ai bien noté qu'il s'agit d'un dispositif expérimental limité dans le temps et dans sa capacité d'accueil et je souhaite à l'issue de la période estivale que nous tirions ensemble le bilan de ces écoles municipales afin d'en pérenniser le principe en 2002.
L'attente des jeunes pour une activité de prévention efficace est importante, il ne faut pas décevoir cette espérance. Ces écoles municipales des sports en prennent le chemin. Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je donne la parole à M. Pascal CHERKI.
M. Pascal CHERKI, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je vous prie d'excuser mon absence momentanée et je remercie mon excellente collègue Mme Clémentine AUTAIN avec qui nous travaillons de concert, qui me paraissait la personne la plus appropriée pour fournir les réponses en mon absence.
L'intervention de Mme Marinette BACHE, rapportée par Mme CAPELLE, a le mérite de mettre en lumière un dispositif nouveau que nous avons souhaité mettre en place au niveau de la Municipalité, baptisé "Ecole municipale des sports".
Cela part de la réflexion suivante. Beaucoup d'activités sont proposées au niveau de la Ville concernant le domaine sportif, que ce soit les ateliers bleus, les centres d'initiation sportive, les centres scolaires sportifs. Elles ont leurs logique, même si cela peut donner l'impression d'une stratification. Par exemple, les ateliers bleus sportifs sont pris dans le cadre du Contrat éducatif local, mais nous avons un souci auquel nous avons tenté de remédier, qui est la prise en charge des adolescents de 12 à 16 ans, qui ne sont pas concernés directement par ces dispositifs municipaux existants dans le cadre des vacances pour des activités sportives. Je pense que tous les termes ont leur importance.
Il s'agit donc pour nous de concevoir des animations ou des occupations qui soient vraiment des projets sportifs cohérents. C'est pourquoi nous avons conçu ce dispositif sur la base d'une semaine de stage de 5 jours, à la journée, car nous nous sommes aussi rendu compte que la prise en charge d'un adolescent à la demi-journée pose des problèmes pour les familles monoparentales, pour les familles où les 2 parents travaillent et ne permettait pas d'avoir une période de travail avec ces jeunes sur un terme assez conséquent.
C'est la raison pour laquelle nous les prenons sur 5 jours toute la journée, avec la prise en charge par la Ville du repas.
Cela consiste donc en des stages sportifs d'initiation, organisés autour de deux disciplines : une discipline principale et une discipline dérivée, sur des équipements sportifs appartenant à la Ville de Paris, avec des moniteurs sportifs agréés, diplômés nationaux.
Nous avons voulu faire un essai sur 840 jeunes car nous voulons tester ce dispositif pour voir s'il correspond bien aux besoins. Une évaluation sera faite par les services et aussi par les jeunes eux-mêmes car nous distribuerons au long de ces stages un questionnaire d'évaluation auprès des jeunes pour qu'ils nous fassent part de la manière dont ils perçoivent les choses, car une vraie évaluation doit être faite par le haut et par le bas.
J'insiste enfin sur le fait que les familles seront mises à contribution selon des tarifs prévus dans la délibération. Nous prenons en compte la capacité contributive des familles mais estimons nécessaire que même une participation symbolique soit exigée afin que ce soit responsabilisant pour les familles et vécu comme une forme d'engagement de leur part.
Je termine en disant qu'il s'agit dans notre esprit d'une des premières pierres d'un dispositif plus large de construction d'un service public d'animation sportive de la Ville de Paris car si nous avons une administration très dévouée et compétente pour la gestion des équipements sportifs, par rapport à d'autres villes, notamment de province, nous sommes en retard sur la capacité qu'une ville peut avoir à impulser une action municipale publique en matière de sport, en lien avec le mouvement associatif parisien, les fédérations et ligues des disciplines concernées.
Je remercie mon collègue chargé des finances, M. Christian SAUTTER qui a tout de suite compris l'importance politique de ce dispositif et avec lequel je n'ai eu aucune difficulté à faire budgéter les crédits nécessaires. Je souhaitais le remercier publiquement.
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste et radical de gauche).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 156.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, JS 156).