Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à l’attribution de la dénomination d’une rue de Paris “Mère Teresa (1911-1997), Prix Nobel de la Paix, Fondatrice de la Congrégation des Missionnaires de la Charité”.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juillet 2006 [2006 V. 274]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 4 août 2006.
Reçue par le représentant de l?Etat le 4 août 2006.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

?Par mon sang, je suis albanaise, par ma nationalité indienne. Pour ce qui est de mon appel, j?appartiens au monde...?.

Ce sont par ces mots que Mère Teresa définissait sa vocation et sa mission. Née le 26 août 1914, Agnès Gonxha BOJAXHIU à Skopje en Yougoslavie, veut devenir missionnaire à 18 ans. Après quelques mois de formation en Irlande, à Dublin, elle est envoyée en Inde où elle arrive en 1929.

A Darjeeling, elle prononce ses premiers voeux et choisit comme nom Teresa.

De 1929 à 1946, elle enseigne au Collège Sainte Marie de Calcutta avant d?en devenir la directrice ; frappée par la misère extrême des habitants des bidonvilles, elle décide de s?y consacrer.

En 1947, elle prend la nationalité indienne et crée la première école dans les quartiers populaires de Calcutta.

En 1948, elle obtient du Pape l?autorisation de quitter son couvent pour se mettre au service des ?plus pauvres parmi les pauvres?. Elle revêt son sari blanc à bordures bleues et fonde en 1950 la Congrégation des Missionnaires de la Charité. Elle s?occupe des enfants abandonnés, leur trouve des parents adoptifs, crée des écoles, parcourt le monde et visite les 330 communautés de son ordre réparties dans 76 pays.

Elle reçut de nombreux prix pour honorer son travail et le prix Nobel de la Paix à Oslo en 1979.

Durant les dernières années de sa vie, malgré des problèmes de santé de plus en plus sérieux, Mère Teresa continua à gouverner sa congrégation et à répondre aux besoins des plus pauvres.

A sa mort en 1997, les soeurs de Mère Teresa étaient au nombre de 4000, établies dans 610 fondations et réparties dans 123 pays du monde. Elle reçut du gouvernement de l?Inde des funérailles nationales.

Appelée la ?Sainteté des Bas-fonds?, c?est une des personnalités marquantes de ce siècle, inlassable bienfaitrice de l?hu-manité.

Considérant la dimension sociale et humaine exceptionnelles de l?oeuvre de solidarité accomplie par Mère Teresa au service des plus pauvres dans le monde entier ;

Considérant l?action de la Congrégation des Missionnaires de la Charité fondée par Mère Teresa au service des plus démunis en France et dans plusieurs grandes villes dont Paris dans le 11ème arrondissement rue de la Folie Méricourt ;

Sur la proposition de M. Jean-François LEGARET et des membres du groupe U.M.P.,

Emet le voeu :

Qu?il soit attribué une rue de Paris à Mère Teresa (19111997), Prix Nobel de la Paix, Fondatrice de la Congrégation des Missionnaires de la Charité.