Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

14 - VII - Question d'actualité de M. Georges SARRE, au nom du groupe du Mouvement des citoyens, à M. le Maire de Paris relative à une réflexion avec les élus parisiens visant à proposer une refonte générale du Plan d'occupation des sols parisiens (P.O.S.) et du plan de circulation actuellement en vigueur dans la Capitale

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2001


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons à la question d'actualité du groupe du Mouvement des citoyens.
La parole et à M. Georges SARRE.
M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement des citoyens, maire du 11e arrondissement. - Monsieur le Maire, je voudrais vous interroger sur vos intentions concernant la refonte générale du plan d'occupation des sols parisien, le P.O.S. Souvent, nous sommes amenés à demander ou à voter des réaménagements partiels et je pense qu'une procédure générale d'ensemble serait préférable de façon à ce que tout puisse se mettre en mouvement dans de bonnes conditions.
Ce qui est vrai du P.O.S l'est également du plan de circulation.
Votre adjoint compétent, juridiquement et politiquement, nous a annoncé, ce qui est une mesure intéressante, qu'au mois d'août par exemple les berges de la Seine seront ouvertes aux piétons et aux vélos.
Monsieur le Maire, tout cela ne peut fonctionner que s'il y a un nouveau plan de circulation. Autant que je puisse me souvenir, ce genre de mesures a été voté par le Conseil de Paris dans les années 1975-1976 ; nous sommes en 2001.
Ma question est simple : quand aurons-nous à travailler et à débattre d'un nouveau plan d'occupation des sols et à débattre et travailler pour un nouveau plan de circulation et de stationnement dans la Capitale ?
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci. Monsieur Denis BAUPIN, vous avez la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Comme le sait M. SARRE, la loi Solidarité et Renouvellement urbains a été adoptée le 13 septembre 2000 et nous donne une forte opportunité pour répondre à sa question puisque cette loi prévoit que l'on mette en place un plan local d'urbanisme, un P.L.U. qui a vocation à remplacer le P.O.S. à Paris.
Depuis avril 2001, le P.O.S. de Paris a le statut de P.L.U. Le P.L.U. est un document qui a une portée très large, qui doit traiter de l'urbanisme du logement et des déplacements.
C'est donc l'occasion de faire un véritable projet urbain pour Paris qui soit établi en cohérence avec l'environnement régional, puisque, à Paris, les connexions avec les communes voisines sont très importantes à prendre en compte à la fois pour les questions d'urbanisme et les questions de déplacements.
Le P.L.U. comporte à la fois un diagnostic, un projet d'aménagement et de développement durable et un règlement d'urbanisme. C'est donc un document tout à fait global. Notre sentiment est évidemment que le P.O.S. actuel, comme le plan de circulation, et vous l'avez souligné, ne sont pas conformes à la volonté que nous voulons mettre en ?uvre dans notre municipalité pour l'organisation des déplacements et de l'urbanisme.
Nous allons proposer prochainement au Conseil de Paris de réviser complètement et généralement le P.L.U. de Paris. Il y aura donc une délibération proposée au Conseil prochainement pour mettre ce document en conformité avec la politique que nous souhaitons mener.
Par ailleurs, le P.L.U. c'est aussi l'opportunité de mettre en place un plan local de déplacement, et donc de nous permettre d'avoir un plan de circulation conforme au plan de déplacement urbain avec la volonté de diminuer la circulation et d'augmenter les déplacements en transports en commun et les circulations douces, de mettre en place des quartiers verts, un réseau vert, de requalifier les grands axes de Paris... enfin l'ensemble des propositions que nous avons portées dans le contrat de mandature.
Toutes ces propositions ne pourront se mettre en place que si ce document est élaboré collectivement en concertation avec la population parisienne, avec les associations, avec les autres partenaires importants autour de la Ville de Paris, que ce soit l'Etat, la R.A.T.P., un certain nombre d'organismes, avec les mairies voisines et surtout avec une participation active des maires d'arrondissement. Aussi bien pour les propositions que pour l'élaboration précise de ces documents, il faut que tout cela soit fait. C'est d'ailleurs en totale cohérence avec le débat que nous avons eu ce matin dans un cadre totalement démocratique avec les mairies d'arrondissement.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.