Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

115 - Question d'un Conseil d'arrondissement.QOC 2001-2001 Question du Conseil du 8e arrondissement à M. le Maire de Paris sur l'avenir des terrains vagues situés à l'emplacement de l'ancien hôpital Beaujon (8e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2001


M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Il reste une question posée par le Conseil du 8e arrondissement : "le Conseil du 8e arrondissement, à l'unanimité de ses membres, demande à M. le Maire de Paris de bien vouloir faire débattre le Conseil de Paris sur l'avenir des terrains vagues situés à l'emplacement de l'ancien hôpital Beaujon, dans le 8e.
Ces terrains ont une surface de 23.500 mètres carrés, dont 17.000 mètres carrés sont la propriété de la Ville de Paris depuis le mois de novembre 1994. Leur utilisation future, maintes fois évoquée depuis 1977, a fait l'objet dans le P.O.S. de la Ville de Paris, d'un secteur de plan masse particulier qui prévoit sur la parcelle municipale la réalisation de plusieurs équipements collectifs dont les habitants de l'arrondissement sont privés depuis vingt-cinq ans.
Le Conseil du 8e souhaite connaître les intentions de la municipalité à leur sujet. Il souhaite, tout spécialement, savoir si les urgences les plus criantes du quartier en matière d'accueil scolaire et préscolaire seront prises en compte, en particulier la reconstruction urgente de la crèche de la rue Monceau qui fonctionne actuellement dans des conditions médiocres de sécurité et de salubrité.
Il en est de même de la construction d'une école maternelle destinée à remplacer les classes "provisoires" installées depuis plus de trente-cinq ans dans un immeuble d'habitation dont la courette de 45 mètres carrés sert de cour de récréation aux 147 enfants qui y sont accueillis.
Enfin, le Conseil du 8e arrondissement souhaite savoir quand la nécessaire modification du secteur de plan masse de l'ensemble des terrains sera initiée afin de permettre la prise en compte des besoins des habitants autres que ceux concernant la petite enfance (gymnase, piscine, logements) et d'y autoriser la réalisation de bâtiments et d'espaces verts en harmonie avec ce site exceptionnel".
Je vous donne la réponse :
Le terrain évoqué est le terrain municipal correspondant à l'ancien hôpital Beaujon, comprenant notamment un hôtel particulier qui a fait l'objet d'une première tranche de travaux, sous la conduite de la S.A.G.I., portant sur la réalisation d'une crèche, d'un commissariat de police, d'un conservatoire et d'un centre d'animation.
Ce terrain est inclus dans le secteur de plan-masse "Beaujon" approuvé après enquête publique par le Conseil de Paris le 25 février 1988. Le règlement du secteur de plan-masse prévoyait la réalisation des équipements publics suivants : une école maternelle et primaire de 6 classes, un gymnase, une piscine et un espace vert de 5.000 mètres carrés environ.
A la suite de l'enquête publique sur ce secteur, la prévision d'une halte-garderie a également été décidée. Des besoins complémentaires ont par la suite été recensés (centre de P.M.I., reconstruction de la crèche existante et vétuste du 13 bis, rue de Monceau) nécessitant des études de faisabilité précises compte tenu de la complexité de la parcelle. Les deux tiers de l'emprise de la Ville de Paris sont en effet situés au-dessus de plusieurs niveaux de planchers en sous-sol appartenant à France Télécom.
Dans ce même secteur de plan-masse se trouve, en bordure de la rue de Courcelles, un terrain anciennement propriété de l'Etat et sur lequel le nouveau propriétaire souhaite réaliser un hôtel. Un contentieux administratif est en cours à ce sujet. La Ville a en effet refusé, en 1998, une demande de permis de construire au motif que dans le secteur de plan-masse, cette emprise était prévue pour accueillir des bureaux du Ministère de l'Intérieur. La décision du Tribunal administratif devrait être connue dans les jours à venir.
Des études préalables à la modification du secteur de plan-masse et à la réalisation du programme municipal d'aménagement ont été engagées en 1999. Elles ont permis d'aboutir à des esquisses qui pourront être soumises à la concertation dans les prochains mois.
Des études techniques précises sont nécessaires pour préparer l'aménagement du terrain de la Ville. En particulier, le déplacement de nombreux édicules de surface appartenant à France Télécom doit être étudié en liaison avec cette société.
Le Maire du 8e arrondissement sera, bien entendu, tenu informé de l'avancement de ce dossier et sera étroitement associé à l'organisation de la concertation.
Monsieur LEBEL, vous avez la parole.
M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.
Il ne vous a pas échappé en effet que la question posée l'avait été à l'unanimité par les membres du Conseil d'arrondissement.
Comment ne pas avoir été stupéfaits qu'un terrain vague, propriété de la Ville, d'une surface de plus de 1,7 hectare et situé de façon exceptionnelle entre la rue de Courcelles et la rue du Faubourg-Saint-Honoré, ait été laissé à l'abandon par son propriétaire pendant 6 ans ?
Bien évidemment je ne vous reproche pas de n'avoir encore rien fait, et pour cause, mais on peut quand même légitimement s'interroger sur le côté choquant de cette surface laissée à l'abandon.
J'ai noté, et je vous en remercie, que dans les prochains mois, on va s'intéresser à la question étant entendu, je tiens à le rappeler, que l'avenir du terrain privé, qui est situé du côté de la rue de Courcelles, n'a rien à voir avec celui des terrains municipaux, qui eux se situent du côté de la rue du Faubourg-Saint-Honoré.
Il faut noter en effet que dans cette partie de Paris, il n'existe - c'est le seul endroit de Paris où il n'y a aucune piscine - aucune piscine. Une piscine est d'ailleurs prévue par la Direction de la Jeunesse et des Sports. Je suis étonné que M. CHERKI ne l'ait pas indiqué dans son programme tel qu'il l'a exposé à la médiocre presse.
Il y a également, vous l'avez dit, une crèche à reconstruire, car celle qui existe est probablement, aux florilèges des établissements municipaux, la plus "moche" de tout Paris.
Il y a aussi une école maternelle.
Dans la question je faisais allusion aux 45 mètres carrés qui servent de cour de récréation aux 147 enfants de l'école maternelle qui sont accueillis dans le bâtiment provisoire.
Je tiens à attirer votre attention sur ce qui est pour le moins une anomalie, anomalie qui pourrait rapidement devenir un scandale si vous ne preniez pas les engagements que vous venez de nous donner concernant ce terrain, en particulier pour réaliser au plus tôt les équipements collectifs, que n'importe quel Parisien est en droit d'attendre de sa Municipalité.
Je vous remercie pour votre réponse.
M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Merci, Monsieur LEBEL.