Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

105 - QOC 2001-141 Question de Mme Claude-Annick TISSOT et des membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police au sujet de l'état des rues dans le 11e arrondissement et notamment rues de la Roquette, de Charonne, Oberkampf et quartier Popincourt

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2001


M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Nous passons à la question de Mme TISSOT sur l'état des rues dans le 11e, notamment les rues de la Roquette, de Charonne et d'Oberkampf et quartier Popincourt.
Mme TISSOT a la parole.
Mme Claude-Annick TISSOT. - C'est en effet sur l'état de saleté tout à fait préoccupant dans lequel se trouvent les rues du 11e que je souhaitais intervenir ce matin.
Plusieurs secteurs sont particulièrement touchés, et notamment ceux qui connaissent une activité nocturne intense.
C'est le cas de la rue de la Roquette et du secteur Bastille ; c'est le cas de la rue de Charonne où il y a beaucoup de cafés, bars ou cabarets qui restent ouverts une partie de la nuit ; c'est encore le cas de la rue Oberkampf. C'est aussi de façon plus grave encore le cas du micro quartier Popincourt qui cumule les activités nocturnes avec des activités diurnes de commerce en gros de textile et dont l'état ne cesse de se dégrader de jour en jour et de mois en mois.
Je souhaiterais savoir, Monsieur le Maire, si vous avez l'intention de renforcer sur ces quatre secteurs bien définis les moyens techniques et humains pour remédier à cette triste réalité qui, à l'heure d'aujourd'hui, remet en cause la qualité de vie des habitants. Je peux vous assurer, Monsieur le Maire, que votre réponse est très attendue.
Je vous remercie.
M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Comme vous le savez, les rues de la Roquette, de Charonne et la rue Oberkampf connaissent une activité nocturne importante d'où découlent de multiples nuisances.
En conséquence, le service local de nettoiement apporte des prestations largement supérieures à la moyenne dans ce secteur.
Ainsi, le programme d'entretien de la rue de la Roquette prévoit deux balayages par jour, sept jours sur sept, et six lavages par semaine.
Celui de la rue de Charonne prévoit un balayage quotidien et deux lavages par semaine.
Le programme de nettoiement de la rue Oberkampf prévoit un balayage quotidien et trois lavages des trottoirs par semaine.
Enfin, la collecte des réceptacles de propreté est organisée tous les jours dans l'ensemble de l'arrondissement, une collecte supplémentaire est organisée le dimanche dans les voies les plus actives, notamment les rues de la Roquette et Oberkampf, depuis le 13 mai 2001.
En ce qui concerne le secteur des rues Sedaine et Popincourt, les difficultés, comme vous l'avez dit, sont essentiellement liées au développement du commerce de textile et à la mauvaise présentation des déchets à la collecte. En liaison étroite avec le maire d'arrondissement, le service local de nettoiement et le Centre d'action pour la propreté de Paris ont organisé une vaste campagne d'information auprès des commerçants, du 23 avril au 4 mai dernier. A cette occasion, un document trilingue, français, anglais, chinois, rappelant la réglementation en matière de présentation des déchets à la collecte, a été distribué et les dotations des commerçants en conteneurs ont été systématiquement vérifiées.
A la suite de cette campagne, une phase de surveillance active et de répression a été engagée, le 5 juin. Par ailleurs, l'heure de la collecte en soirée a été avancée afin qu'un balayage supplémentaire soit effectué après le passage de la benne, les lundi, mardi, jeudi et vendredi.
Je dois dire que je suis un peu surpris qu'on dise que, depuis trois mois, l'arrondissement est plus sale qu'avant. Je crois qu'il s'agit en réalité de décisions malheureuses qui ont été prises et qui concernent l'organisation du travail, notamment dans les arrondissements qui ont été soumis au système privé puisque l'organisation ne prévoit pas de personnel de ces entreprises le dimanche et que c'est le personnel municipal qui doit venir pallier les carences des services de la propreté privée qui ont été chargés de l'entretien de ces arrondissements.
De ce point de vue, nous entendons bien réorganiser tout cela pour qu'il n'y ait pas deux systèmes, deux régimes de nettoyage à Paris et que tout le monde ait droit, effectivement, à la même propreté.
Dans les mêmes conditions, j'ai demandé un certain nombre d'études aux services techniques pour analyser les conditions dans lesquelles des conteneurs supplémentaires pourraient être éventuellement mis à disposition des entreprises, afin d'améliorer la présentation des déchets à la collecte.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Les Verts", socialiste et radical de gauche, du Mouvement des citoyens et communiste).
Madame TISSOT, vous avez la parole.
Mme Claude-Annick TISSOT. - Je vous remercie des précisions que vous venez de m'apporter, Monsieur le Maire. Je suis ravie que des dispositions soient prises.
Il faut bien savoir que, même encore aujourd'hui, nous sommes interpellés plusieurs fois par jour sur les conditions de propreté de ces rues. Je suis donc et je continuerai à être très attentive aux conditions dans lesquelles s'exerce le service de nettoyage dans la mesure où j'ai reproché au maire d'arrondissement, pendant la campagne électorale, de ne pas avoir suffisamment réclamé de moyens supplémentaires pendant l'ancienne mandature.
Très honnêtement, je serai donc très attentive aux dispositions qui seront prises dorénavant.
M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - On sera au moins deux.