Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

103 - QOC 2001-139 Question de Mme Martine AURILLAC et M. Michel DUMONT à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police relative aux troubles causés par des groupes de personnes, le soir, dans les squares du 7e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2001


M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Nous passons à la question de Mme AURILLAC et M. DUMONT à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police relative aux troubles causés par des groupes de personnes le soir dans les squares du 7e arrondissement.
M. DUMONT a la parole.
M. Michel DUMONT. - Monsieur le Maire, Monsieur le Préfet de police, l'ouverture depuis quelques années de très nombreuses pelouses et de nombreux espaces verts au profit des promeneurs a malheureusement son revers, c'est-à-dire l'utilisation de ces pelouses par des groupes de personnes qui se les approprient pour organiser des parties de football, contraignant les promeneurs et notamment les enfants à les quitter.
Ce phénomène prend une ampleur majeure le soir, avec le retour des beaux jours et après la fin de service des agents de la Ville, notamment des agents des Parcs et Jardins, qui dans la journée tentent de maintenir un certain ordre.
Or, cette année nous assistons sur le 7e, notamment avenue de Breteuil et sur le Champ-de-Mars, à des rassemblements nocturnes qui visent à troubler le sommeil des familles qui habitent ces quartiers.
De surcroît, ces rassemblements s'effectuent de plus en plus souvent dans des squares clos, par escalade des clôtures.
Les forces de police, alertées par les riverains, ne se déplacent que dans certaines occasions, compte tenu des effectifs disponibles et souvent sont démunies du fait de patrouilles de quelques agents seulement face à des groupes de plusieurs dizaines de personnes.
Alors les Parisiens sont scandalisés par la mansuétude ou l'impunité dont bénéficient ces groupes et nous souhaiterions savoir, Mme AURILLAC et moi-même, quelles mesures, Monsieur le Maire, Monsieur le Préfet de police, vous comptez prendre pour faire cesser ces nuisances.
M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Je répondrai et après M. le Représentant du Préfet de police complétera.
J'ai eu l'occasion hier, lors d'une question d'actualité, d'évoquer cette question concernant la sécurité sur l'ensemble des parcs et jardins et je vous ai dit qu'en lien avec la Préfecture de police d'une part et l'adjoint chargé de la Sécurité, dans le cadre du renforcement des effectifs et d'une redéfinition des missions à la fois des agents de surveillance spécialisés et des inspecteurs de sécurité, nous présenterions à la rentrée un plan d'ensemble pour l'amélioration de la sécurité sur l'ensemble des espaces verts.
Monsieur le Préfet de police, vous avez la parole.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - En complément de ce qui vient d'être dit, je voudrais vous faire part que les effectifs de police du 7e arrondissement sont particulièrement sensibilisés aux problèmes que vous venez de signaler, en particulier à l'approche de la saison estivale, ce qui génère une présence soutenue sur les sites du Champ-de-Mars, de l'avenue de Breteuil, ainsi que dans les squares de l'arrondissement.
Je peux vous indiquer que les effectifs de police relèvent des contraventions en cas de trouble de la tranquillité publique. Au cours du mois de mai, trois procès-verbaux ont ainsi été dressés à l'encontre de joueurs de tam-tam, dans le secteur du Champ-de-Mars entre 23 heures et 2 heures.
En ce qui concerne les pelouses centrales de l'avenue de Breteuil, les effectifs de voie publique n'ont été amenés à y intervenir qu'une seule fois à la suite d'un appel téléphonique pour des jeunes utilisant cet espace comme terrain de football, dans la nuit du dimanche 13 mai dernier. Cette intervention a été suivie de leur éviction immédiate.
En revanche, aucune intrusion nocturne dans les deux squares de la place du Président-Mithouard n'a été signalée au commissariat du 7e arrondissement par les résidents ou les membres d'associations de riverains domiciliés à proximité.
Je puis vous donner l'assurance qu'une attention particulière continuera d'être portée au respect de la tranquillité publique par les effectifs de l'arrondissement qui, par ailleurs, ne manqueront pas d'intervenir s'ils sont sollicités.
M. Yves CONTASSOT, adjoint, président. - Monsieur DUMONT, vous avez la parole.
M. Michel DUMONT. - Monsieur le Maire, Monsieur le Préfet, je vous remercie de votre réponse, mais je note en particulier en ce qui concerne la police, un seul appel répertorié en mai en ce qui concerne l'avenue de Breteuil. Cela me paraît notoirement en dessous de la réalité. La semaine dernière il y avait une commission extra-municipale sur l'environnement avec des représentants de l'association de l'avenue de Breteuil et un représentant de la police. C'est au moins tous les week-ends deux appels, multipliés par 4 ou 5 selon les mois, qui sont faits par les riverains auprès des forces de police du 7e arrondissement.