Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

53 - QOC 2001-174 Question de M. Pierre AIDENBAUM et des membres du groupe socialiste et radical de gauche, à M. le Maire de Paris sur la rénovation des grands boulevards

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2001


Libellé de la question :
"En avril 1997, M. le Maire de Paris a lancé avec le Comité des Grands boulevards une opération d'urbanisme visant à revaloriser les boulevards, entre la place de la République et la Madeleine.
Ce projet d'envergure, s'il avait démarré de la Bastille, respecterait le tracé historique des Grands boulevards. Le Conseil du 3e arrondissement a voté unanimement un v?u demandant à M. le Maire de Paris d'englober dans le projet l'ensemble des Grands boulevards, c'est-à-dire de la Bastille à la Madeleine.
Par ailleurs, toujours concernant l'axe "Bastille-République", dans le cadre du programme "Bus 2001", la R.A.T.P. veut réaliser un couloir de bus en site propre. En réalisant ce type d'aménagement, qui consiste à séparer physiquement, par une bordure, le couloir de circulation des autobus empruntant cet axe, la R.A.T.P. a pour objectif d'assurer une plus grande vitesse et donc une meilleure fréquence des autobus. Ce type de partage de la voirie au profit des transports en commun est d'une évidente nécessité. Cependant, un projet, tel qu'il a été voté le 25 octobre 1999 par le Conseil de Paris malgré l'avis défavorable des Conseils des 3e et 11e arrondissements, n'est pas sans conséquence sur la réalisation concomitante d'une piste cyclable. En effet, il est prévu que cette dernière soit en partie réalisée sur les trottoirs.
Aussi, M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement, et les membres du groupe socialiste et radical de gauche demandent-ils à M. le Maire de Paris :
1°) que dans le cadre de la rénovation des Grands boulevards soit étudiée l'intégration de l'axe "Bastille-République " ;
2°) que la piste cyclable prévue sur ce même axe soit intégrée dans le couloir de bus."
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"Lors de sa séance du 3 mars 1997, le Conseil de Paris a approuvé le principe de revalorisation des Grands boulevards.
L'exposé des motifs précisait qu'au plan historique les Grands boulevards s'étendaient effectivement de la place de la Bastille à la place de la Madeleine, ceinturant une partie du centre historique de Paris et constituant un des plus grands itinéraires de promenade de la capitale, mais proposait de s'en tenir aux boulevards tels que l'entendaient les Parisiens dans les années 30, c'est à dire de la Madeleine à la République.
Les objectifs poursuivis étaient les suivants :
- préserver et mettre en valeur la qualité du paysage architectural et urbain en particulier, en protégeant les immeubles les plus remarquables et en incitant fortement à la requalification des devantures commerciales et des enseignes ;
- réduire l'encombrement des trottoirs, remettre en ordre le mobilier urbain et améliorer l'ambiance nocturne du lieu ;
- conforter le dynamisme économique et redonner aux Grands boulevards l'atmosphère festive, culturelle et résidentielle qu'ils ont connue dans le passé.
Les boulevards du Temple, des Filles-du-Calvaire et Beaumarchais, entre les places de la République et de la Bastille, représentent un linéaire d'environ 1,5 kilomètre.
Leur intégration dans l'opération de revalorisation des Grands boulevards, telle que définie précédemment, présente un intérêt manifeste.
Toutefois, la typologie de ces boulevards est sensiblement différente de ceux retenus en 1997, notamment en raison de l'usage des trottoirs, dont une partie est occupée par des contre-allées stationnées.
Aussi, l'intégration de l'axe Bastille - République nécessitera une réflexion préalable et concertée sur les objectifs à poursuivre.
En ce qui concerne le problème des pistes cyclables, un nouveau projet a été élaboré en intégrant les continuités cyclables exclusivement dans les couloirs d'autobus, dans les deux sens de circulation. Ce projet est actuellement soumis pour validation aux services de la Préfecture de police et de la R.A.T.P. Il sera ensuite présenté aux maires d'arrondissement concernés."