Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

47 - 2003, DVD 292 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant n° 1 au marché signé avec la société anonyme "Market Place" pour l'organisation, la gestion et la conception de supports et communication pour le congrès Vélo-City à Paris en septembre 2003

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons à bon rythme au projet de délibération DVD 292 qui autorise le Maire de Paris à souscrire un avenant au marché signé avec la société anonyme "Market Place" pour l'organisation, la gestion et la conception de supports de communication pour le congrès Vélo-City à Paris en septembre 2003.
Il y a deux intervenants. Je donne tout d'abord la parole à Mme DOUVIN.
Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.
Avec ce projet de délibération, vous nous annoncez une diminution de dépenses de l'ordre de 54.000 euros.
C'est appréciable, mais le montant de la dépense qui demeure est très élevé, puisqu'il s'agit d'une somme de 783.000 euros.
Quand cette manifestation est venue à l'ordre du jour d'un précédent Conseil de Paris, j'avais déjà signalé l'inflation du coût annoncé, puisque celui-ci est passé de 595.000 euros en 2001, qui était alors présenté comme équilibré par le même montant de recettes, à 750.000 euros en 2002 et aujourd'hui à 783.000 euros.
Je voudrais savoir ce qu'il en est du coût supporté par la Ville pour cet événement.
Je rappelle que si l'objectif de la manifestation est d'organiser, je ne résiste pas au plaisir de citer "un moment intense de dialogue entre les usagers du vélo et la Ville de Paris", je voudrais quand même rappeler que lesdits usagers du vélo ne représentent que 1 % des déplacements des Parisiens en dépit d'une politique volontariste.
Ceci justifie ma question : quelle proportion de dépenses va être effectivement à la charge du budget parisien ?
Je vous remercie.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci.
La parole est à Mme KUSTER.
Mme Brigitte KUSTER. - Monsieur le Maire, merci.
Je voudrais d'abord revenir sur la réponse que m'a faite Denis BAUPIN sur ma précédente intervention, alors que je l'interrogeais, sans esprit polémique, contrairement à ce qu'il a annoncé, sur le problème de l'éclairage du périphérique.
Mais en matière de polémique, il s'y connaît, je crois.
Je m'inquiétais, en effet, pour des raisons de sécurité, et vous m'avez répondu : sortez-moi l'étude !
Je n'ai pas d'études, Monsieur BAUPIN. Je prends simplement le périphérique, comme tout usager et ce, assez souvent, et on peut constater à certains endroits qu'il existe de vraies difficultés.
Je n'entame pas une polémique. Je demandais si, dans le projet de délibération, on pouvait remédier à ces anomalies qui sont connues des services, et qui d'ailleurs sont récurrentes sur d'autres tunnels parisiens comme sur les quais, ou quand on descend les Champs-Elysées et qu'on arrive au niveau de la Concorde.
Il y a en effet un contre-jour et par conséquent, il y a des problèmes de contrastes lumineux. Ce n'était pas de la polémique de ma part, c'était un souci, et j'aimerais, à chaque fois qu'on pose des questions, on ne nous rembarre pas systématiquement d'un air hautain parce qu'on pose des questions.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous parlons du congrès Vélo-City.
Mme Brigitte KUSTER. - Comme j'avais un petit peu de temps de parole et que ma question allait être courte, j'en ai profité pour faire le point.
Concernant le Congrès international de Vélo-city qui doit se tenir du 23 au 26 septembre prochain, vous avez conclu un marché d'organisation et de gestion pour cet événement, suite à une autorisation donnée en octobre 2002.
Vous nous proposez, par avenant, d'adapter ce marché pour mettre en adéquation les prestations prévues avec le dispositif arrêté pour le déroulement du Congrès.
Cela entraîne une légère diminution du montant du marché, comme vient de le dire Laurence DOUVIN, et c'est très bien.
Une nouvelle fois, Monsieur le Maire, comme je vous l'avais d'ailleurs déjà demandé lors du Conseil de Paris de janvier dernier, j'aimerais que vous nous indiquiez le montant total de cette opération en y incluant l'ensemble des dépenses, y compris celles résultant du coût des personnels affectés totalement ou partiellement à cette opération, car il semblerait qu'il y ait, à ce niveau-là, des embauches sur lesquelles nous aimerions avoir des précisions.
Par ailleurs, c'est avec intérêt que l'on suivra à cette occasion votre discours concernant votre politique en faveur des vélos.
Il a été en effet rappelé que c'est presque une occasion unique de dialogue. J'avais pourtant posé une question, je crois, lors du dernier Conseil de Paris, sur votre politique en matière de développement du vélo à Paris.
J'avais rappelé, à ce moment-là, les critiques que nous pouvions trouver dans la presse en ce moment et l'inquiétude des cyclistes. La presse s'étant fait largement l'écho de l'échec de votre politique : le JDD : "L'inquiétude des cyclistes à Paris. Associations et amateurs se désolent de la lenteur et de la qualité des aménagements".
Le "Nouvel Observateur" disait que "le vélo représentait 1 % des déplacements à Paris, donc une misère, et qu'avant de se lancer dans des équipements de cette nature, il fallait s'assurer de ce que souhaitaient les usagers potentiels. Que ce soit pour aller au travail ou pour un usage récréatif, personne ne sait ce qu'il en est".
Telle était la conclusion de l'article.
Pour en revenir à ce projet de délibération sur le congrès Vélo-city, je vous remercie, Monsieur le Maire, de nous apporter les précisions et les éléments chiffrés réclamés depuis le début de l'année.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame KUSTER.
Avec son affabilité habituelle, M. BAUPIN va vous répondre.
M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Je voudrais remercier Mmes DOUVIN et KUSTER pour le soutien apporté à notre politique en faveur du vélo, Mme DOUVIN saluant le caractère volontariste et Mme KUSTER soutenant ce phénomène.
Je vous invite à en parler à votre collègue PERNIN qui essaie de bloquer les travaux de pistes cyclables dans le 12e, et à vos collègues du 16e qui avaient proposé, il y a quelques mois, un v?u dans ce Conseil pour que l'on ne fasse pas les pistes cyclables.
Je suis heureux que vous souteniez les aménagements cyclables et notre souhait qu'il y ait plus de cyclistes dans Paris.
Vous avez raison, 1 % des déplacements à vélo à Paris, c'est très insatisfaisant.
Il faut se fixer des objectifs importants. C'est tout l'objet de la politique que nous menons et tout l'objet d'un congrès comme celui de Vélo-City, de mobiliser les cyclistes actuels et surtout les cyclistes potentiels de façon à ce qu'ils puissent être de plus en plus nombreux dans Paris.
J'ai d'ailleurs quelques éléments sur l'augmentation de la fréquentation des pistes cyclables au début de cette année 2003 qui sont plutôt satisfaisants de ce point de vue.
Mais, en la matière, il faut rester prudents. Il faut du temps avant que ne se modifient les habitudes en matière de modes de déplacements.
Il y a quelques signes aujourd'hui qui nous indiquent que, progressivement, des modifications d'habitude se mettent en place, et les grèves d'ailleurs ont bien aidé en la matière.
En ce qui concerne l'équilibre financier de ce congrès, je voudrais, comme je vous l'ai dit en 3e Commission, regretter que les Ministres du Gouvernement actuel semblent ne pas vouloir tenir les paroles et les engagements qui avaient été pris de soutien de cette opération. Tant que nous n'avons pas de réponse définitive de leur part, cela ne nous permet pas de savoir quel sera l'équilibre financier de cette opération.
Dès que Mme BACHELOT et M. de ROBIEN nous auront répondu, je pourrai vous indiquer quel sera le coût final qui incombera à la Ville.
En ce qui concerne votre déclaration, Madame KUSTER, sur les tunnels, j'entends bien ce que vous me dites à la fois sur le fond et la nécessité de prendre en compte les contre-jours dans les tunnels. Cela fait partie des études qui sont en cours à la Direction de la Voirie dans le cadre du réaménagement des tunnels et de leurs mises aux normes, suite aux accidents importants qu'il y a pu y avoir au Mont-Blanc et ailleurs.
Ces modifications s'imposent aussi aux tunnels urbains.
En ce qui concerne la polémique, franchement, je crois que personne ne peut ici donner de leçons.
Je vous propose une chose : c'est que vous nous indiquiez à l'avance si les interventions que vous faites sont polémiques ou non, et comme cela, cela nous permettra de faire le tri.
Merci.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 292.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DVD 292).