Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

155 - QOC 2003-594 Question de M. Jean VUILLERMOZ et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris à propos de l'empêchement des liaisons téléphoniques vers des téléphones portables au sein de la Bourse du travail

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


Libellé de la question :
"La Mairie de Paris a, semble-t-il, décidé de supprimer la possibilité des liaisons téléphoniques vers les téléphones portables au sein de la Bourse du Travail. Il semblerait même que cette restriction brutale ait été mise en place sans information ni concertation.
Dans un contexte social agité et dans un moment où les syndicalistes ne sont souvent joignables qu'avec des portables, les syndicats vivent, à juste titre, cette restriction comme une atteinte à l'exercice du droit syndical.
Si une réflexion générale d'optimisation des moyens de communication mis à la disposition de la Bourse du Travail peut s'avérer nécessaire, elle demande pour le moins d'entamer un processus de concertation et de négociation avec les organisations syndicales et non la prise de mesures autoritaires et restrictives, sans aucun débat avec les intéressés.
En conséquence, M. Jean VUILLERMOZ et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris de bien vouloir intervenir pour que les communications autorisées antérieurement le soient à nouveau comme préalable à un échange avec l'ensemble des syndicats hébergés à la Bourse du Travail."
Réponse (M. Christian SAUTTER, adjoint) :
"M. Jean VUILLERMOZ et les élus du groupe communiste ont attiré l'attention de M. le Maire de Paris sur la disparition de la possibilité d'accès vers les téléphones portables à partir de l'installation téléphonique mise à disposition des organisations syndicales logées à la Bourse du Travail.
Théoriquement, le nombre de postes autorisés à pouvoir établir une communication vers les téléphones portables était très limité.
Alertée par une augmentation anormale du montant des factures de téléphone, la société chargée de l'entretien de l'installation a été mandatée en vue de vérifier les restrictions d'accès.
Il est apparu que la composition d'une certaine combinaison de chiffres permettait de contourner toutes les restrictions. (accès au 6, province, D. O. M. ....) Il a donc été mis fin sans tarder à cette anomalie manifeste dans un souci de bonne gestion.
La Municipalité dans le cadre des principes énoncés dans la charte des modalités de soutien de la Ville aux organisations syndicales parisiennes entend mener un véritable débat de fond sur les moyens, entre autres de communication, mis à disposition des organisations logées ou non à la Bourse du Travail.
Sans préjuger des résultats de la concertation qui sera menée et sur demande du Secrétaire général de la Commission administrative de la Bourse du Travail, nous avons dans l'immédiat décidé d'ouvrir l'accès vers les téléphones portables à un certain nombre de postes, dans la transparence.
Ces dispositions équilibrées doivent permettre de concilier les besoins d'accès aux outils de communication courants que sont devenus les téléphones portables et la maîtrise des coûts financiers induits."