Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

115 - 2003, DU 131 - Attribution de la dénomination "place Hannah Arendt" à une place du 19e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - A présent, projet de délibération DU 131 portant attribution de la dénomination "place Hannah Arendt" à une place du 19e arrondissement.
Je donne la parole à Catherine GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Merci, Madame la Maire.
Paris honore aujourd'hui Hannah Arendt, qui est une femme philosophe, qui se trouve être bien esseulée au niveau de ses pairs. Il y a beaucoup d'hommes dans les nominations cette année.
Mais pourquoi la philosophie échapperait-elle aux discriminations ? ... Au fond, elle reflète la vie.
C'est ce rapport à la vie qui amène Hannah Arendt à s'intéresser à la vie politique en Allemagne, à une période qui est celle de la prise du pouvoir d'Hitler. C'est à ce moment-là qu'elle décide d'assumer sa judaïté.
La philosophe conjuguera désormais en permanence sa pensée politique avec un regard d'historienne.
Juive dès lors qu'il y a quelque part dans le monde de l'antisémitisme, antitotalitaire tant que sur terre un seul système social favorise une pensée unique, telle était Hannah Arendt.
A partir de l'étude du système concentrationnaire hitlérien pris comme une figure emblématique du fait totalitaire, elle montre que le régime totalitaire inaugure un type de régime complètement nouveau qu'on ne peut réduire à une forme particulière de tyrannie.
Le sujet idéal du totalitarisme n'est pas un individu doué d'une affectivité et d'une conscience propre, c'est un numéro noyé dans la masse, un simple représentant de son espèce (comme on le dirait pour un animal) et surtout un sujet dépourvu de sens politique.
Et au c?ur de cette réflexion, s'il est vrai que le totalitarisme se nourrit de l'effacement du politique, sans doute est-il urgent de réhabiliter l'action politique.
Permettez-moi, pour terminer, de citer Hannah Arendt pour mettre en avant ce qui est à mon sens l'aspect le plus créatif de son ?uvre : la mise en perspective de la primauté de l'individu donc de l'être humain dans la société.
Je cite : "la dignité de l'homme, écrivait-elle dans sa dernière conférence sur Kant, exige que chaque être singulier parmi nous soit vu dans sa particularité et perçu, en tant que tel, comme miroir du genre humain en général".
L'histoire et le présent montrent qu'il reste beaucoup à faire en la matière, on vient d'en avoir une illustration évidente. La pensée d'Hannah Arendt n'a pas fini de nous inspirer.
Merci.
(Applaudissements sur les bancs des groupes communiste et socialiste et radical de gauche).
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci.
La parole est à Jean-Pierre CAFFET.
M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, rapporteur. - Rien à ajouter sinon qu'Hannah Arendt était une très grande dame.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Une grande philosophe, une femme, et là encore nous poursuivons notre oeuvre qui est de redonner à l'histoire des femmes sa place dans notre histoire et dans l'histoire de notre Ville.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 131.
Qui est pour ?
Contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DU 131).