Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

40 - 2003, DVD 133 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché de travaux et un marché négocié de maîtrise d'oeuvre avec M. PERROT, architecte en chef des monuments historiques, pour les travaux de restauration des arches n° 10, 11 et 12 du grand bras du Pont Neuf (1er).Vœu déposé par Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE, M. Jean-François LEGARET et les membres du groupe U.M.P. sur le devenir des éléments et parements en pierre déposés à l'occasion de la restauration des édifices parisiens

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous allons poursuivre l'ordre du jour avec l'examen du projet de délibération DVD 133 sur lequel Mme de CLERMONT-TONNERRE est inscrite et à qui je donne la parole.
Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - En fait, il s'agit d'un v?u rattaché à ce projet de délibération.
Monsieur le Maire, mes chers collègues, la Ville de Paris est propriétaire d'un exceptionnel patrimoine historique qu'il lui appartient d'entretenir avec le souci de conserver les sculptures et les éléments architecturaux aussi souvent que leur état le permet...
(Mme Anne HIDALGO, première adjointe, remplace M. François DAGNAUD, adjoint, au fauteuil de la présidence).
Néanmoins, à l'occasion d'opérations de restauration et de rénovation, comme c'est aujourd'hui le cas pour le Pont Neuf, la Ville est régulièrement conduite à déposer et à remplacer des éléments anciens qui sont en général mis dans des dépôts, à la décharge ou disparaissent... Or, nul ne peut rester insensible face à la charge historique ou symbolique que ces pans de patrimoine évoquent.
Nul ne peut oublier l'émotion exprimée par les Parisiens à l'occasion de la disparition de divers éléments lors de la restauration de monuments historiques, en particulier lors de la rénovation du fronton du Ministère de la Marine ou des bancs du Pont Neuf. Personne non plus ne saurait oublier les multiples demandes formulées par nos concitoyens pour s'approprier un "morceau du Mur de Berlin" au moment de sa démolition en 1990.
A la lueur de ces différentes évocations, et alors que la Ville s'apprête à engager la restauration des trois dernières arches du plus ancien pont de Paris, nous émettons le v?u :
- qu'une réflexion soit engagée sur les nouvelles destinées que pourraient avoir les éléments remplacés à l'occasion des opérations de restauration du patrimoine municipal parisien ;
- que la Commission du Vieux Paris soit associée à cette réflexion ;
- et que, lorsqu'il s'agit d'éléments patrimoniaux qui l'autorisent, la Ville examine la possibilité d'organiser une "vente aux enchères" dont les bénéfices seraient réaffectés à la sauvegarde d'un monument en péril.
Je conclurai cette intervention par un exemple éloquent : récemment, à l'occasion de la rénovation de l'hôtel Cromot-du-Bourg situé 9, rue Cadet, des grandes portes de salons classés Monuments historiques ont été jetées dans une benne à gravats, et sans la vigilance des personnels de la Commission du Vieux Paris, ces portes auraient aujourd'hui disparu... Il nous appartient donc, Monsieur le Maire, d'être particulièrement attentifs à l'occasion des travaux portant sur nos édifices municipaux !
Merci.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame Claire de CLERMONT-TONNERRE.
Je donne la parole à Denis BAUPIN.
M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Madame la Maire, je voudrais préciser, en réponse à ce v?u, qu'en matière d'entretien du patrimoine dont la Direction de la Voirie et des Déplacements a la gestion, qu'il s'agisse des ponts, des trottoirs, des chaussés, la Direction de la Voirie est évidemment attentive à la richesse des matériaux qui constituent ces ouvrages.
En ce qui concerne les travaux de restauration du Pont Neuf, ils sont réalisés sous le contrôle, et après accord de l'Architecte des Monuments historiques. C'est donc un point très important.
Sur cette restauration du Pont Neuf, l'ensemble des pierres des ponts de Paris qui font l'objet de travaux de restauration ou de remplacement sont habituellement stockés dans un dépôt de la Ville de Paris.
En ce qui concerne le cas du Pont Neuf, la Direction des Affaires culturelles a été saisie pour une expertise des pierres provenant de cette restauration, celles qui pouvaient présenter une valeur sentimentale ou artistique ont été conservées.
Dans un souci de conservation de son patrimoine, la Direction de la Voirie et des Déplacements procède à un recyclage systématique des matériaux utilisés en voirie ; ce sera le cas pour le tramway des Maréchaux, les pavés qui constituent les Maréchaux seront utilisés pour le tramway.
Le fait de conserver dans les sites historiques de Paris le paysage urbain contribue à donner à Paris son image spécifique reconnue internationalement.
En l'occurrence, dans le cadre des procédures existantes, il n'y a pas lieu d'adopter un v?u supplémentaire qui viendrait compliquer les procédures.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe U.M.P. assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Vous voulez recompter ? Il n'y a pas de problème.
Je mets aux voix, à main levée, le v?u.
Qui est pour ? 19 voix.
Qui est contre ? 35 voix.
Dix-neuf contre trente-cinq, je crois qu'il est rejeté.
La proposition de v?u est rejetée.
Je mets à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 133.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DVD 133).