Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

34 - 2003, DFAE 10 - DDATC 80 - Stands d'information associative et municipale sur les marchés alimentaires découverts

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DFAE 10 - DDATC 80 relatif aux stands d'information associative et municipale sur les marchés alimentaires découverts.
La parole est à M. BLISKO.
M. Serge BLISKO, maire du 13e arrondissement. - J'interviens en lieu et place de M. COUMET.
Je voulais simplement vous dire à quel point nous, qui avons expérimenté dans le 13e arrondissement ce stand sur le marché - c'est un peu une expérimentation que nous avions demandée à Mme COHEN-SOLAL - nous avons pu tirer le bilan, au bout de deux ans, que vous trouvez dans le projet de délibération.
En quoi ce stand associatif et municipal est-il intéressant, et je souhaite vivement que vous puissiez par arrêté municipal, Madame COHEN-SOLAL, l'étendre aux autres marchés ? C'est qu'à la fois, il est ouvert aux associations sur plus de la moitié de l'espace, sur réservation, et toutes les associations, quel que soit leur objet, humanitaire, social, de locataires, peuvent y déployer leurs documents ; nous avons d'ailleurs mis en place un code de bonne conduite pour qu'il n'y ait aucun dérapage possible, et cela s'est toujours très bien passé.
Une autre partie est réservée à l'information des conseils de quartier ou du Conseil d'arrondissement. Je précise que c'est une information bien évidemment non politique, il s'agit vraiment des journaux de conseils de quartier ou de la mise à disposition du public, par exemple, d'informations sur les enquêtes publiques ou sur l'ouverture de tel ou tel équipement municipal. Là encore, il y a un code de bonne conduite, et il n'y a eu aucune plainte d'aucune sorte sur le type de matériels qui est présenté.
Je voulais simplement insister sur le fait que dans une ville comme Paris et dans de gros arrondissements - mais c'est valable dans tous les arrondissements - où l'information est difficile, où la place que les médias accordent à l'information sur ce qui intéresse la vie quotidienne est quand même extrêmement réduite, c'est extrêmement utile d'avoir ce type de stands.
Un seul point, que Mme COHEN-SOLAL connaît bien, c'est comment l'animer ?
Pour l'instant nous le faisons avec un des membres de l'équipe municipale, un maire-adjoint à la démocratie participative. Il est certain qu'avant de se lancer dans une extension dans tout Paris, au moins le dimanche parce que cela n'a lieu que le dimanche matin, il faut réfléchir à ce problème.
Je voulais donc vous dire à quel point nous sommes contents d'avoir été un peu les poissons-pilotes dans cette affaire.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Madame DOUVIN, vous avez la parole.
Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.
Dans ce projet de délibération, vous nous dites que les marchés alimentaires découverts sont devenus aujourd'hui un véritable lieu de vie pour les Parisiennes et les Parisiens. Découverte louable, certes, mais la situation ne date pas vraiment d'hier. C'est depuis bien longtemps que les marchés remplissent ce rôle, qu'ils soient couverts ou découverts.
Y créer un stand d'information associative et municipale est donc une bonne idée. Encore faut-il que les conditions de cette organisation soient connues et transparentes.
Le renvoi des modalités de gestion et de fonctionnement à un règlement intérieur ne m'apporte pas de réponse à ces questions, et je le regrette.
En tout cas, puisqu'une évolution a lieu en ce qui concerne les marchés découverts, j'aimerais savoir ce qu'il en est pour les marchés couverts.
Je rappelle que la mairie du 17e avait introduit exactement en ce sens une demande pour aménager un stand qui était alors disponible sur le marché découvert des Ternes. Cette demande avait été refusée sous le prétexte, faux en l'occurrence, que l'intention de la mairie du 17e n'était pas de permettre aux associations d'en profiter. Il a même été ajouté sur la réponse, que je tiens d'ailleurs à votre disposition, je cite : "que les mairies d'arrondissement disposent d'autres moyens pour faire connaître leur action que l'utilisation de tels stands".
Alors, depuis le mois de janvier, votre avis a-t-il changé ? Si tel est le cas, je m'en félicite, mais je voudrais savoir : souhaitez-vous ou non que sur l'ensemble des marchés couverts ou découverts des stands soient installés pour diffuser une information associative et municipale, sur les activités de la mairie centrale, celles de la mairie d'arrondissement ? Il me semble que cette question mérite certains éclaircissements, et en tout cas une déclaration d'intention ferme sur les marchés couverts, si vous vous saisissez du prétexte d'attendre la signature d'une nouvelle convention pour différer une décision en ce qui les concerne.
Merci.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à Mme COHEN-SOLAL.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Effectivement, ce projet de délibération permet d'installer dans un marché découvert par arrondissement un stand d'information associative et municipale.
D'abord, je voudrais dire que je parle ici au nom de ma collègue Marie-Pierre de LA GONTRIE, qui aurait bien voulu répondre sur ce projet de délibération, mais qui n'est pas là.
Ces marchés, Madame DOUVIN, constituent effectivement un lieu de vie pour les Parisiens tellement intéressant, d'ailleurs, que vous nous demandez de pouvoir y installer un stand d'information.
Je dois d'abord répondre qu'un marché, normalement, est fait pour faire du commerce, et que quand on y installe un stand d'information qui n'est pas un lieu de commerce, où il est interdit de commercer, ce stand doit être installé naturellement sans gêner le commerce qui est le principal objectif de ces marchés. C'est pour cette raison que dans le 13e arrondissement nous avions profité du fait qu'un kiosque avait été détruit, si j'ose dire, déménagé parce qu'il ne servait à rien, pour installer un stand d'information associatif et municipal. Vous vous en souvenez, Monsieur le Maire.
Le bilan de ce stand du 13e nous a permis d'élargir cette possibilité aux autres arrondissements. Je rappelle, Madame DOUVIN, qu'il s'agit d'un stand sur un marché par arrondissement, que c'est soit un marché couvert ou un marché découvert. Il n'est pas question d'aller plus loin dans la mesure où les marchands et les concessionnaires des marchés ont fait savoir que l'on pouvait tolérer un stand d'information et pas davantage, autrement on transformerait ces marchés, et on ferait autre chose que ce pourquoi ils étaient créés.
Voilà ce que j'ai à dire là-dessus. Je pense que naturellement un arrêté municipal permettra de préciser exactement les modalités de gestion et de fonctionnement. Marie-Pierre de LA GONTRIE en reparlera avec vous.
Je voulais simplement dire en ce qui me concerne, en tant qu'adjointe au commerce que, bien entendu ces stands ne sont pas en quelque sorte faits pour priver d'une place de vente, comme je le disais tout à l'heure, mais devraient participer au fait que les marchés restent un lieu de vie, un lieu d'échange et un lieu de rencontre entre les Parisiens. Je me félicite que l'on ait pu dégager cette proposition. Je vous invite à continuer à débattre de la façon dont seront gérés ces stands qui, je vous le rappelle, ne doivent avoir aucun caractère ni politique, ni religieux, ni sectaire. C'est bien le moins que l'on puisse demander. Je vous en remercie en tous cas.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFAE 10 - DDATC 80.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2033, DFAE 10 - DDATC 80).