Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

168 - QOC 2003-598 Question de MM. Roger MADEC, François DAGNAUD, Daniel MARCOVITCH, Mmes Gisèle STIEVENARD, Halima JEMNI, Colombe BROSSEL et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris au sujet des problèmes d'hygiène rencontrés par plusieurs bibliothèques du 19e arrondissement et des montants prohibitifs des pénalités de retard fixées pour 2003

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


Libellé de la question :
"Les bibliothèques municipales de proximité, dans les quartiers populaires, constituent un outil privilégié d'accès à la culture et à la lecture publique. Les bibliothèques sont des acteurs essentiels dans le rapport aux habitants et aux jeunes notamment. Elles sont à la fois et simultanément, un espace de culture, de rencontres, d'échanges, de prévention. Elles participent activement à la vie locale et sont très fréquentées et appréciées de ses usagers.
Elles souffrent pourtant d'un manque cruel de soutien financier tant en ce qui concerne leur fonctionnement que leurs investissements. A cet égard, il convient de signaler que plusieurs des bibliothèques du 19e arrondissement sont confrontées à un problème d'hygiène - notamment quand il s'agit de section jeunesse - du fait de l'absence de nettoyage des sols. A cet égard, il convient d'informer M. le Maire de Paris que certaines d'entre elles n'ont pas bénéficié d'un nettoyage approfondi de leur sol, depuis plus de trois ans. Cette situation apparaît inacceptable aux usagers de ces bibliothèques, et donnent à ses personnels, un sentiment d'abandon de la part de la collectivité, qui n'est pas à la hauteur de la reconnaissance que l'on doit porter à leur mission.
Par ailleurs, une décision prise par la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris et relative aux pénalités de retard, suscite une vive incompréhension, tant des personnels que des usagers des bibliothèques et crée des difficultés dans les rapports entre les uns et les autres.
Cette pénalité a été fixée pour 2003 à 0,15 euros par document et par jour ouvré, et à 0,07 euros pour les livres empruntés dans les sections jeunesse par les mineurs. Ce montant, déterminé sans aucune concertation avec les personnels ni avec les élus, est particulièrement mal perçu par son niveau jugé prohibitif. S'il apparaît nécessaire de responsabiliser les usagers des bibliothèques sur le respect des durées de prêt, et donc sur l'intérêt d'une mesure de pénalité, son montant actuel - notamment dans les quartiers populaires du 19e, semble véritablement contre productif, au point que certains responsables des bibliothèques refusent leur mise en ?uvre.
Une réflexion pourrait d'ailleurs être ouverte sur la nature de la sanction pour les retards. Un blocage des cartes d'abonnement pour le prêt de nouveaux ouvrages semblerait plus pertinent, et faciliterait par ailleurs le mode de gestion des pénalités.
MM. Roger MADEC, François DAGNAUD, Daniel MARCOVITCH, Mmes Gisèle STIEVENARD, Colombe BROSSEL, Halima JEMNI et les membres du groupe socialiste et radical de gauche souhaitent en conséquence qu'une concertation soit menée dans les meilleurs délais sur la nature des mesures de pénalité et, le cas échéant, sur le niveau des montants arrêtés. Ils souhaitent également que les problèmes liés au nettoyage et à l'entretien courant des bibliothèques publiques, soit réglés."
Réponse non parvenue.