Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

154 - QOC 2003-593 Question de M. Jacques DAGUENET et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur le devenir du garage de la Poste, rue Bréguet (11e) et une concertation préalable avant toute décision

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


Libellé de la question :
"Lors du Conseil de Paris des 28 et 29 avril 2003, M. Jacques DAGUENET et les membres du groupe communiste ont posé une question sur le devenir de la poste rue Bréguet (11e).
La Poste envisage la vente de ce bâtiment à une filiale du Crédit agricole. Ce bâtiment important de plus de 50.000 mètres carrés constitue un enjeu considérable pour la revitalisation du quartier Sedaine-Popincourt. Quartier confronté à la mono activité du textile. La Ville de Paris doit se saisir de cette opportunité. Différentes possibilités existent pour la Ville : préemption, achat par une société d'économie mixte ou bien participer à un projet partagé.
Engagement a été pris pour que les différents projets fassent l'objet d'une très large concertation associant population et associations. Cette concertation doit tenir compte des besoins de la population et de la mairie du 11e (équipements sociaux-culturels, sportifs et espaces verts).
M. Jacques DAGUENET et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris qu'avant toute décision, une très large concertation associant population et associations ait lieu à partir des besoins des habitants (équipements sociaux culturels, sportifs et espaces verts)."
Réponse (M. Christian SAUTTER, adjoint) :
"A la question orale posée par M. DAGUENET lors du Conseil de Paris d'avril dernier, il a été répondu que la Poste avait fait part à la Ville de Paris, en octobre 2002, d'un projet de reconversion de l'immeuble situé 17-19 bis, rue Bréguet - 30-34, rue du Chemin-Vert, dans le 11e arrondissement, en "hôtel d'activités".
Ce projet de pôle d'entreprises décline un programme d'activités économiques diversifiées où pourraient cohabiter des P.M.E.-P.M.I. de divers secteurs y compris, et pas exclusivement, des secteurs à forte valeur ajoutée. En ce sens, ce programme serait un atout majeur pour contribuer d'une part à inverser la situation du quartier "Sedaine-Popincourt" fortement dégradée par la présence excessive du commerce du prêt à porter de gros et d'autre part à diversifier le tissu économique de ce dernier. A cet égard, on rappellera que la réalisation de ce projet représenterait de l'ordre de 10 % de la surface totale des 25 "hôtels d'activités" parisiens d'initiative municipale et que les quatre équipements de ce type dans le 11e arrondissement connaissent un succès permanent avec un taux d'occupation de 100 %. On rappellera par ailleurs que le 11e arrondissement a perdu plus de 70.000 mètres carrés de locaux d'activités depuis 1990.
Il convient de souligner qu'avant tout accord de principe de la Ville pour ce projet, le Maire de Paris demande impérativement que toute disposition soit prise afin de s'assurer que le futur propriétaire de l'immeuble ne soit pas en capacité d'accueillir, à terme, des activités et des commerces de gros. En ce sens, les services étudient la possibilité que la Ville - ou une S.E.M. de la Ville - soit copropriétaire d'une petite fraction de l'immeuble. Dans ce cadre, un règlement de copropriété adapté permettrait de disposer de garanties juridiques pérennes quant à l'affectation des locaux.
Outre cette disposition juridique, certaines dispositions réglementaires du futur P.L.U. permettraient de renforcer à terme la destination de cette parcelle, en y interdisant l'établissement de vastes entrepôts.
Enfin, il convient ici de noter que les services de la Ville de Paris ont indiqué que le bâtiment concerné était peu propice à la réalisation d'équipements de proximité. Ce qui n'est pas le cas des deux autres parcelles attenantes, appartenant aussi à la Poste.
Le Maire de Paris souhaite bien entendu que se poursuive, à l'initiative du Maire du 11e arrondissement, une concertation approfondie avec les habitants afin que l'ouverture d'un tel équipement constitue une véritable chance pour le quartier "Sedaine-Popincourt". En ce sens, plusieurs questions restent en discussion, qu'il s'agisse, par exemple, de limiter le trafic automobile généré par l'arrivée d'activités économiques, d'ouvrir le projet sur le quartier par l'implantation de commerces de proximité en pieds d'immeuble ou de proposer des loyers différenciés compatibles avec les capacités financières des diverses entreprises accueillies, notamment artisanales."