Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

172 - QOC 2003-524 Question de Mme Cécile RENSON et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris concernant le nombre de centres d'accueil pour les personnes âgées en perte d'autonomie créés à ce jour

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


Libellé de la question :
"En décembre 2002, était annoncée la création de structures d'accueil de jour et d'accueil temporaire pour les personnes âgées en perte d'autonomie. Ces petites structures doivent constituer "une solution alternative au placement en institution".
Au terme du 1er semestre 2003, Mme Cécile RENSON et les membres du groupe U.M.P. voudraient connaître combien de centres d'accueil sont aujourd'hui opérationnels."
Réponse (Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL, adjointe) :
"Vous avez bien voulu m'interpeller sur le nombre de structures d'accueil innovantes à destination des Parisiennes et Parisiens âgés créées à ce jour suite au lancement d'un appel à projets par le Département au Conseil de Paris de décembre 2002.
Je vous rappelle que Paris ne comptait en décembre 2002 que 35 places en centre d'accueil de jour et 45 en structures d'hébergement temporaire. Ce qui est notoirement insuffisant eu égard aux besoins exprimés par les professionnels et les attentes des personnes en perte d'autonomie et leurs familles.
Début 2002, le Département s'est engagé fortement à soutenir les associations prestataires de soutien à domicile. Il est apparu impératif de développer, en parallèle, des structures d'accueil de jour et temporaire pour permettre aux personnes âgées en perte d'autonomie, soit de bénéficier d'un accueil adapté la journée, soit de disposer d'un accueil pendant une durée plus longue, notamment pour favoriser le retour à domicile après une hospitalisation.
J'ai donc souhaité lancer cet appel à projets, dont je vous précise qu'il s'agit d'une procédure exceptionnelle, en vue de soutenir les projets présentés par les associations parisiennes qui souhaitent créer des structures d'accueil de jour et d'accueil temporaire pour les personnes âgées en perte d'autonomie. Il s'inscrit dans la politique globale de soutien à domicile, priorité du département.
Plusieurs associations ont présenté aux services du Département leurs projets. Ceux-ci seront financés par le Département de Paris, d'une part, par l'attribution de subventions d'investissement et, d'autre part, nous étudions leur habilitation à l'aide sociale légale permettant la prise en charge partielle du prix de journée.
En 2003, un million d'euros a été prévu pour financer les frais d'investissements nécessaires aux associations pour l'aménagement de ces structures.
Six mois après le lancement de l'appel à projet, les services de la Direction de l'Action sociale, de l'Enfance et de la Santé du Département de Paris instruisent à ce jour un certain nombre de nouveaux projets. Il semble difficile en moins de six mois d'instruire et de réaliser de tels projets, notamment au moment où l'Etat tarde à confirmer la poursuite du plan national "Alzheimer", dit "plan KOUCHNER", engagé en 2001.
Je vous informe, par ailleurs, que le Centre d'action sociale de la Ville de Paris (C.A.S.-V.P.) est pleinement associé au développement de projets d'accueil de jour. Ainsi, deux centres de jour accueillant chacun une quinzaine de personnes en perte d'autonomie relevant d'une pathologie Alzheimer sont en cours d'étude, le premier à la résidence-santé Alquier Debrousse, le second à la résidence-santé Julie Siegfried. Ces deux centres disposeront de locaux spécifiques comportant un vaste lieu de vie avec cuisine ergonomique. Des activités adaptées de stimulation et de rééducation seront proposées."