Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

191 - QOC 2003-543 Question de M. Jean-François LEGARET, Mme Florence BERTHOUT et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris relative à la prolifération de messages émanant d'organisations syndicales sur le réseau de la messagerie électronique de la Ville

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


Libellé de la question :
"Le serveur Intranet de la Ville de Paris, outil de travail du personnel et des élus, est depuis plusieurs mois envahi par des informations et tracts émanant de différentes organisations syndicales.
Cette prolifération de messages perturbe la bonne marche des services, des directions et des mairies d'arrondissement.
M. Jean-François LEGARET, Mme Florence BERTHOUT et les membres du groupe U.M.P. demandent à M. le Maire de Paris s'il existe un texte qui autorise de telles diffusions, et le cas échéant, quels sont alors les moyens donnés aux utilisateurs qui le souhaitent, d'être supprimés de la liste des destinataires."
Réponse (M. François DAGNAUD, adjoint) :
"L'usage des nouvelles technologies de l'information et de la communication par l'ensemble des acteurs de la vie municipale (agents, élus, organisations représentatives) se développe de plus en plus. Ainsi un portail Intranet de la Ville IntrQOC 2003-544 Question de M. Jean-François LEGARET, Mme Florence BERTHOUT et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris sur les dispositions envisagées afin de soutenir les Caisses des écoles, pénalisées par la baisse de fréquentation des restaurants scolaires engendrée par les différents mouvements de grève des enseignants.
Libellé de la question :
"Les différents mouvements de grève des enseignants depuis le début de l'année et principalement depuis le 13 mai ont entraîné des perturbations importantes dans la fréquentation des restaurants scolaires.
Cette situation a contraint un grand nombre de Caisses des écoles à rembourser les parents pour les repas non consommés par leur enfant.
Elles ont ainsi été privées de recettes et en plus elles ont dû supporter le coût des repas, les frais de personnel de restauration et les dépenses d'administration générale.
Par ailleurs, cette situation a entraîné une baisse importante de la fréquentation qui risque de pénaliser les Caisses des écoles pour la subvention de répartition de l'année 2004, calculée principalement en fonction du nombre de repas servis.
M. Jean-François LEGARET, Mme Florence BERTHOUT et les membres du groupe U.M.P. demandent à M. le Maire de Paris quelles sont les dispositions qu'entend prendre la Mairie de Paris, notamment au niveau de la subvention de répartition, pour tenir compte de cette situation exceptionnelle afin d'éviter aux Caisses des écoles d'être ainsi pénalisées."
Réponse non parvenue.