Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

120 - 2003, DLH 174 - Approbation des modalités de consultation pour la passation d'un appel d'offres ouvert, en vue de la mise en conformité de 2 ascenseurs (B et C) dépendant de l'immeuble communal, 42, rue du Louvre (1er). - Approbation des modalités de consultation et d'attribution du marché de travaux correspondant. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer ledit marché.Vœu déposé par M. Jean-François LEGARET, Mme Florence BERTHOUT et M. Alain LE GARREC relatif à la conformité de 2 ascenseurs de l'immeuble communal sis 42, rue du Louvre (1er)

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous passons à l'examen, à présent, du projet de délibération DHL 174 sur lequel un v?u n° 54 a été déposé par M. Jean-François LEGARET, Mme Florence BERTHOUT et M. Alain LE GARREC.
Ce projet de délibération concerne l'approbation des modalités de consultation pour la passation d'un appel d'offres ouvert en vue de la mise en conformité de deux ascenseurs dépendant de l'immeuble communal du 42, rue du Louvre dans le 1er et porte sur l'approbation des modalités de consultation et d'attribution du marché de travaux correspondant ainsi que sur l'autorisation à M. le Maire de Paris de signer ledit marché.
Je donne la parole à M. Jean-François LEGARET.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Merci, Madame le Maire.
Mes chers collègues, nous avons déposé conjointement avec Mme BERTHOUT et M. LE GARREC ce v?u qui a été adopté à l'unanimité par le Conseil du 1er arrondissement.
Des travaux sont envisagés sur les ascenseurs de l'immeuble communal du 42, rue du Louvre. Ils sont actuellement vétustes et doivent être mis impérativement en conformité. Le marché qui nous a été soumis ne prévoit pas l'accessibilité aux personnes handicapées, c'est la raison pour laquelle nous souhaitons qu'il en soit tenu compte. Nous souhaitons, bien sûr, que ces deux ascenseurs prévoient l'accessibilité aux personnes handicapées.
Je vous remercie de bien vouloir donner une réponse que nous espérons positive sur ce v?u.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Monsieur LE GARREC, vous avez la parole.
M. Alain LE GARREC. - Merci, Madame la Maire.
Effectivement, les locataires du 42, rue du Louvre attendent depuis 1998. Ce sera donc bientôt chose faite que les deux ascenseurs vétustes, un troisième est en parfait état et neuf, qui tombent plus souvent en panne qu'en marche soient remplacés.
A terme, il a été décidé que cet immeuble de 8.000 mètres carrés devait revenir à un usage d'habitation. Le v?u indique qu'il vaut mieux adapter les ascenseurs maintenant pour les personnes à mobilité réduite que d'y être obligé dans les années qui viennent.
Je rappelle que je m'en étais inquiété avec véhémence il y a quelques mois. Un ascenseur, surtout en mauvais état, n'est pas un outil anodin. C'est même un outil extrêmement dangereux.
Je me félicite que la Ville corrige cette anomalie dans les mois qui viennent.
Merci.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci.
Je donne la parole à M. MANO.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - L'essentiel de ce projet de délibération, c'est d'abord que la Ville va prendre les moyens d'entretenir le patrimoine qu'elle gère et dont elle est propriétaire.
On ne peut pas dire que l'immeuble du 42, rue du Louvre ait été, jusqu'à ce jour, l'objet de toutes les attentions nécessaires, à une exception près et après tout, pourquoi pas, puisqu'il y a une fondation célèbre dans cet immeuble.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Franchement, vous vous "foutez" du monde.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - M. LEGARET...
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Cela commence à bien faire.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Oui, cela commence à bien faire et M. MANO a la parole.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Ce n'est pas pour ce genre de réponse. Au 42, rue du Louvre, nous avons fait une opération de logements sociaux. Arrêtez de dire n'importe quoi. C'est intolérable.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Arrêtez de vous exciter. Ce qui est intolérable, c'est votre attitude en séance.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, rapporteur. - Vous voulez que j'entre dans les détails et que je parle des contrats d'ascenseur qui n'existent pas ?
Prenez vos responsabilités et assumez.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Il n'y a personne en séance, vous le faite pour qui, votre numéro ? Cela sert à quoi ? On passe trois jours en séance, ce n'est pas pour avoir ce genre de réponse. Répondez convenablement. Arrêtez de dire des contrevérités.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Continuez, Monsieur MANO.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, rapporteur. - M. LEGARET à toutes les séances fait ses sorties. Il n'y a pourtant ni caméra, ni photographe, ni journaliste. En même temps, Monsieur LEGARET, qu'est-ce qui vous gêne ? C'est la réalité des choses.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - C'est toujours la même réponse.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Vous allez finir par vous faire très mal à vous exciter comme cela.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, rapporteur. - Je continue ma phrase.
Nous veillons à mettre le patrimoine de la Ville en état et à offrir aux locataires des immeubles sociaux construits des ascenseurs qui marchent.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Qui l'a décidé ? Vous ?
M. Jean-Yves MANO, adjoint, rapporteur. - Je ne dis pas le contraire.
Monsieur LEGARET, ne portez pas de jugement à mes réponses sur ce ton. Vous croyez impressionner qui ? Au nom de quoi vous parler sur ce ton là ?
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Le seul président dans cette Assemblée n'est pas M. LEGARET, poursuivez et concluez.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, rapporteur. - Il y a un minimum de respect à avoir vis-à-vis des adjoints. Vous faites le beau dans le 1er, mais ici soyez convenable.
Revenons à l'essentiel. C'est bizarre qu'un tel projet de délibération vous mette dans un tel état.
Si les espaces aujourd'hui, dans le renouvellement de l'ascenseur, dans les crédits projetés pour l'entretien de ces ascenseurs, permettent de les mettre en état pour que les personnes handicapées, à mobilité réduite, puissent effectivement y accéder, cela ne pose pas de problème. Si cette démarche doit dépasser aujourd'hui le cadre de la proposition qui nous est faite budgétairement, cela rentrera dans une autre démarche beaucoup plus complète de réhabilitation de l'immeuble avec un financement différent.
Il faut voir les choses avec réalisme. Bien évidemment, je ne sais pas. Très honnêtement, aujourd'hui, je ne suis pas en mesure, je le dis, de savoir si le marché que nous proposons permettra de mettre aux normes, tel que vous le souhaitez, l'ascenseur jusqu'à faire entrer dedans, compte tenu de l'espace (j'imagine) une personne en chaise roulante. Je ne suis pas en capacité de répondre.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Vous êtes "infoutu" de répondre.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, rapporteur. - Si vous voulez.
Je propose de ne pas donner une suite favorable à ce v?u sous réserve d'une enquête précise que nous aurons à mener dans l'immeuble.
(Applaudissements sur les bancs de la majorité municipale).
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Il fallait commencer par là. C'est brillant. Vous pouvez applaudir.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - L'enquête sera faite pour savoir si la mise aux normes peut se faire dans cet immeuble.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 174.
Qui est favorable ?
Défavorable ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DLH 174).
Je mets aux voix, à main levée, le v?u.
Qui est favorable ?
Défavorable ?
Abstentions ?
Le v?u est rejeté.
M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Merci.
Le v?u sur l'accessibilité aux personnes handicapées est rejeté.