Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

136 - 2003, DAC 254 - Acquisition d'une oeuvre d'art pour le musée Carnavalet

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAC 254 relatif à l'acquisition d'une ?uvre d'art pour le musée Carnavalet.
La parole est à M. POZZO di BORGO.
M. Yves POZZO di BORGO. - C'est un peu toujours la même chose, je suis désolé. Là, nous achetons un tableau vieux de deux siècles qui, comme par hasard, apparaît sur le marché de l'art. J'ai demandé à Mme MAZETIER si elle pouvait me fournir plusieurs éléments.
Premièrement, chaque peintre a, en général, un expert. J'aurais aimé détenir ses conclusions. Elle ne m'a rien donné.
Deuxièmement, j'aurais aimé savoir si l'?uvre existait vraiment dans le Catalogue raisonné du peintre, s'il existe. Je n'ai pas eu de confirmation.
Troisièmement, j'ai demandé l'historique du tableau. Là, je m'adresse au Préfet de police, et à la section qui suit cela. Vous savez très bien que les grands faussaires hollandais et italiens, qui sont des faussaires extraordinaires, avec une culture historique extraordinaire, ont tendance à faire sortir sur le marché de l'art des tableaux qui arrivent très souvent sur le marché londonien et, comme par hasard, lorsqu'on demande l'historique de ces tableaux, on s'entend dire "collection privée d'une grande famille italienne", qui n'est d'ailleurs jamais au courant, ou "d'une famille anglaise".
Alors, j'ai un doute. Je n'ai pas dit que ce tableau était un faux. La seule chose, c'est que j'ai demandé à Mme MAZETIER l'historique de ce tableau et qu'on indique aussi quel était le propriétaire de cette collection privée anglaise. On doit le savoir. 90.000 euros, c'est quand même un peu cher pour un tableau ancien. Voilà ce que je demande. Je ne prétends pas du tout que le tableau est faux mais, comme j'ai des doutes, je préfère avoir confirmation. C'est l'argent public, c'est l'argent des Parisiens et il est normal d'avoir le maximum de garanties.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Vous auriez pu ajouter qu'il s'agit de l'exécution de Louis XVI.
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, rapporteure. - Là, justement, c'est le motif qui est plus intéressant que son auteur. C'est ce qui a motivé l'acquisition de cette ?uvre.
En l'occurrence, ce n'est pas comme l'édition des Travailleurs de la Mer qu'on évoquait tout à l'heure.
Encore une fois, je suis prête à faire évoluer le processus...
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Ce n'est pas un faux, Madame MAZETIER ? Rassurez-nous !
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, rapporteure. - Non.
Il se trouve que la Commission d'acquisition des musées rassemble les conservateurs de nos musées.
M. Yves POZZO di BORGO. - Ce n'est pas une garantie.
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, rapporteure. - Excusez-moi, si ce n'est pas une garantie... Je trouve regrettable, Monsieur POZZO di BORGO, que vous mettiez en doute la compétence de nos conservateurs, qui sont en général des spécialistes des ?uvres concernées. En l'occurrence, pour Victor Hugo, je trouve, Monsieur POZZO di BORGO, un peu navrant pour Mme MOLINARI que vous mettiez en cause sa compétence.
D'abord, il eut été plus correct de poser une question écrite ou de demander à vous exprimer en 9e Commission. Voilà.
Ensuite, vous avez contacté mon Cabinet. Les procès-verbaux des commissions d'acquisition vous ont été adressés, aussi vite que possible. Maintenant, si vous voulez les rapports d'expertise, la prochaine fois, faites-en la demande. Je n'ai aucune objection, et la Direction des Affaires culturelles n'en a pas non plus, à ce qu'on vous transmette les copies des expertises. Mais faites les choses correctement. Ce n'est pas du tout ce que vous avez demandé, par l'intermédiaire de coups de fil des collaborateurs de votre groupe, à mon Cabinet.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci, Madame MAZETIER.
M. POZZO di BORGO a la parole.
M. Yves POZZO di BORGO. - Qui est le vendeur ? C'est tout.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Continuez à investiguer, Monsieur POZZO di BORGO, et vous nous ferez part de vos résultats.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 254.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DAC 254).