Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

103 - 2003, DU 119 - Mise en valeur du quartier "des Halles". - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention tripartite avec la R.A.T.P. et la Société civile du Forum des Halles dans l'objectif d'aboutir à la définition d'un projet partagé sur le quartier des Halles. - Acceptation par la Ville de Paris d'un fonds de concours de la R.A.T.P. et de la Société civile du Forum des Halles en vue de la prise en compte de leurs contraintes et de leurs objectifs dans les études conduites sur le quartier des Halles. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un avenant à la convention de mandat d'études préalables 2002 DAUC 178 signée avec la "S.E.M. Centre" le 24 février 2003. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention de maîtrise d'ouvrage avec le Président du Conseil général de Paris et de solliciter les cofinancements régionaux pour ce projet

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2003


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DU 119 relatif à la mise en valeur du quartier des Halles.
Nous avons plusieurs intervenants.
La parole est à Mme BARANDA.
M. Violette BARANDA. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, ce dont il est question dans ce projet de délibération est la poursuite du programme de mise en valeur du quartier des Halles votée dans le DAUC-02-178 en février 2003.
Pour mémoire, je vous rappelle qu'il s'agit de réaliser des travaux de grande ampleur, de restructuration lourde pour adapter fonctionnellement et structurellement un équipement qui a non seulement mal et trop vite vieilli, mais surtout était mal conçu et mal adapté dès son origine.
Que pensait Jacques CHIRAC, alors Maire de Paris, qui s'était posé en grand architecte de l'opération et voulait laisser son empreinte sur la Ville ? En fait d'empreinte, nous héritons d'une cicatrice, d'une entaille dans le tissu urbain et d'une superposition chaotique de fonctions et d'usages inadaptés aux lieux, d'un goulot d'étranglement dans lequel viennent se presser des Franciliens pour lesquels rien ne semble bien adapté.
Nous devons donc à l'un de nos prédécesseurs d'engager des sommes considérables pour tenter le quasi impossible : organiser le chaos en s'employant à ce que notre action n'illustre pas l'expression "mettre un emplâtre sur une jambe de bois".
A l'impossible nul n'est tenu, pourtant nous, et nos partenaires de la majorité, nous prenons nos responsabilités. Nous ne nous posons pas en "grand architecte" expression relevant d'autres temps et d'une conception paternaliste de l'exercice du pouvoir, mais comptons sur la population - par le biais de la concertation - et sur nos partenaires publics et privés, par des conventions de partenariat, pour élaborer en commun notre projet.
Ce projet de délibération va dans le bon sens, s'agissant essentiellement d'entériner le partenariat tripartite conclu entre la Ville, la R.A.T.P. et la société civile du Forum des Halles et de valider un premier avenant portant sur les montants des études préconisées. Un seul point nous surprend, Monsieur le Maire, l'étude liée aux risques d'inondation qui est la seule à ne pas être budgétée. Je vous rappelle qu'elle fut introduite à notre initiative pour suppléer les lacunes d'un plan de prévention des risques d'inondation indigent et inapte à remplir ses objectifs.
Il est question ici d'une submersion partielle du site, dont une part se trouve sous le niveau de la Seine, en cas de débordement important ou de pluies très violentes... D'ailleurs le fait que le P.P.R.I. ne prenne pas en compte ce secteur dans sa zone d'aléas, décrivant les secteurs inondables, est très révélateur de l'exhaustivité toute relative du document et de son inefficacité très probable, qui nous a d'ailleurs amenés à ne pas le voter.
Nous approuvons ce projet de délibération que nous voterons, mais vous demandons, Monsieur le Maire, des éclaircissements quant au montant de l'étude portant sur les risques d'inondation.
Pour conclure, je tiens personnellement à vous féliciter et à vous remercier, Monsieur le Maire, de vous appliquer avec tant de vigueur à faire disparaître les stigmates de plus de 20 ans de chiraquie qui marquent la Ville de leurs scarifications.
Monsieur le Maire, mes chers collègues, je vous remercie.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Mme GÉGOUT a la parole.
Mme Catherine GÉGOUT. - Monsieur le Maire, nous avions déjà eu à intervenir en décembre dernier sur l'aménagement des Halles. Le projet de délibération qui nous est soumis vise à autoriser M. le Maire à signer une convention tripartite avec la R.A.T.P. et la société civile Forum.
Au mois de décembre nous avions souhaité la mise en place d'une réflexion d'ensemble sur le quartier des Halles qui représente un site majeur du centre ville en demandant que les habitants, les usagers, les partenaires soient associés pour aboutir à un projet durable.
La concertation qui s'est ouverte montre que la priorité est de corriger les graves dysfonctionnements, ce qui va pouvoir se faire en fonction des opportunités pour ne pas faire revivre à ce quartier le traumatisme passé lors du départ des Halles et l'interminable durée de l'aménagement.
Il faut rassurer M. LEGARET pour qu'il ne revive pas ce qu'il appelle "les Halles Chirac". Il faut surtout rassurer les habitants ce qui implique de donner des moyens importants pour la concertation, l'information et les associer pleinement au devenir de leur quartier auquel, légitimement, ils sont attachés.
A court terme, c'est bien que la R.A.T.P. soit d'ores et déjà associée car il s'agit de repenser le fonctionnement d'un pôle ferroviaire majeur.
Il est possible aussi de rendre aux habitants l'usage du quartier des Halles qui est trop peu accessible. Les espaces piétonniers doivent participer de cette appropriation tout comme les cheminements qui, à notre avis, devraient être articulés à un réseau plus vaste comme moyen pour faire reculer l'automobile et valoriser la promenade.
Le centre commercial mérite lui aussi que les circulations soient repensées pour canaliser mieux son succès et le rendre plus sûr et plus agréable à fréquenter.
Concernant les livraisons des marchandises, nous pensons que le quartier des Halles peut être l'un des sites pilote pour réfléchir à un nouveau système de livraison pour réduire au maximum les nuisances.
Pour terminer, je voudrais dire que nous partageons la volonté qui est affichée par la Municipalité d'impulser une réflexion urbaine d'ensemble sur le quartier des Halles en associant les habitants, les usagers, afin de déboucher sur un projet de développement durable.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. CAFFET pour répondre aux deux intervenants.
M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, au nom de la 8e Commission. - C'est un projet de délibération qui se situe dans le droit fil de celui que nous avons pris, il y a déjà quelques mois, et dans lequel nous avions fixé, je crois d'ailleurs à l'unanimité du Conseil de Paris, à la fois les objectifs que nous poursuivions pour cette opération et les modalités de la concertation.
Nous avions donc déjà indiqué, à cette époque, que nous comptions travailler dans un partenariat étroit, d'une part avec la R.A.T.P. puisque ce secteur représente la plus grande porte de Paris avec 800.000 voyageurs transitant chaque jour, et le gestionnaire du Forum des Halles, à savoir "Espace Expansion".
Ce projet de délibération demande donc au Conseil de Paris d'entériner une convention tripartite qui est assortie, je le précise, d'un fonds de concours partagé à 50/50 entre nos deux partenaires, de manière à pouvoir alimenter et renforcer un certain nombre d'études qui ont d'ores et déjà été lancées par la S.E.M. Centre.
Je veux dire à Mme BARANDA... qui est partie, je le dis également à M. FLORES, que s'agissant des études sur les risques d'inondation, la S.E.M. Centre a d'ores et déjà travaillé sur cette question et dispose des crédits nécessaires. C'est la raison pour laquelle ces études ne figurent pas dans le présent amendement à la convention de mandat d'études avec la S.E.M. Centre.
Voilà ce que je voulais dire principalement.
C'est un chantier qui va être, bien évidemment, extrêmement long. Les quatre équipes qui ont été sélectionnées dans le cadre de la procédure des marchés de définition ont commencé à travailler. La réunion de concertation qui s'est tenue, il y a maintenant une quinzaine de jours, a montré l'intérêt du public pour cette opération puisque plusieurs centaines de personnes étaient présentes.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur CAFFET.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 119.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DU 119).