Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu concernant l'inscription à l'Inventaire des Monuments historiques de l'aqueduc de Lutèce et de l'aqueduc Marie de Médicis.

Déliberation/ Conseil municipal/ Septembre 2001 [2001 V. 29]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 4 octobre 2001.
Reçue par le représentant de l'Etat le 4 octobre 2001.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
L'aqueduc de Lutèce a été construit par les Romains au IIe siècle afin de capter les sources de Rungis pour acheminer l'eau jusqu'à la rive droite de Paris aux alentours de Denfert-Rochereau.
L'aqueduc Marie de Médicis réalisé au XVIe siècle suit approximativement le même parcours. Il desservait le Palais du Luxembourg, et de nombreuses fontaines parisiennes. Par leur architecture, leur histoire, les techniques utilisées, les aqueducs de Lutèce et de Marie de Médicis constituent un monument unique du patrimoine de Paris et comportent un réel intérêt pédagogique.
Ces deux réalisations ont été classées pour leur partie allant des sources de Rungis jusqu'aux portes de Paris. En 1997, la réalisation de la Z.A.C. "Alésia-Montsouris" a entraîné leur mise à jour et leur tronçonnement en de nombreux points. La mobilisation des associations locales avait permis de préserver une centaine de mètres sur les 2 aqueducs de 300 mètres chacun qui traverseraient la Z.A.C.
La Direction régionale des Affaires culturelles a été saisie d'une demande d'inscription à l'Inventaire des Monuments historiques de l'ensemble de ces deux ouvrages. La Commission doit se prononcer au mois d'octobre.
Sur la proposition de MM. Jean-François BLET, René DUTREY, François-Xavier FLORES, Alain RIOU et les élus du groupe "Les Verts",

Emet le voeu :

Que le Maire de Paris intervienne auprès du Ministre de la Culture pour qu'enfin ces deux aqueducs soient inscrits intégralement à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques.