Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu présenté par M. Philippe GOUJON, relatif à la nécessaire information des élus de la mise en place d’un nouveau plan anti-catastrophes pour Paris et de ses implications.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2008


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons maintenant au v?u référencé n° 11 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P., et relatif à la nécessaire information des élus sur la mise en place d?un nouveau plan anti-catastrophes pour Paris.

Je donne la parole à M. GOUJON et c?est M. SARRE qui répondra.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - C?est un v?u qui s?adresse à M. le Préfet de police, mais là, comme il n?y a pas de v?u de l?Exécutif, j?espère que M. SARRE le votera et le fera voter.

Effectivement, la Capitale est exposée à une multiplicité de risques de toutes sortes, allant des attentats terroristes aux crues centennales et autres catastrophes naturelles. Il est impérieux de disposer de procédures d?urgence afin de faire face à ces grandes catastrophes. La Préfecture de police, l?Etat ont tiré récemment les enseignements des expériences dramatiques, d?ailleurs vécues à l?étranger, en particulier en Espagne et en Grande-Bretagne, qui, comme chacun le sait, hélas, ont été les cibles d?attentats terroristes massifs en 2004 et en 2005.

M. le Préfet de police a travaillé récemment avec les préfets de la région parisienne à l?élaboration d?un ?plan multi-attentats?, qui est un nouveau plan ORSEC pour l?organisation de la sécurité civile.

J?aurais souhaité que le M. le Préfet de police informe notre Conseil de la mise en place qui concerne tous les élus, je pense, dans cette Assemblée de ce nouveau plan anti-catastrophes pour Paris et de ses implications.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOUJON.

Je vais d?abord donner la parole à l?Adjoint en charge de la sécurité, M. Georges SARRE, et ensuite à M. le représentant du Préfet de police.

Ces v?ux sont une façon de poser des questions d?actualité, si j?ai bien compris, Monsieur GOUJON ! Mais on peut débattre de ces questions.

Monsieur SARRE ?

M. Georges SARRE, adjoint. - Une fois encore, la Ville de Paris se félicite du travail pratiqué avec la Préfecture de police, préfecture de zone de défense, pour mettre en oeuvre à Paris, de façon adaptée et opératoire, des plans de prévention ou de secours sur la base des orientations définies par les services de l?Etat.

Pour ce faire, les services de la Ville et ceux de la zone de défense sont en relation constante.

Le v?u que vous présentez, Monsieur GOUJON, fait référence à la nouvelle définition du plan ORSEC qui désormais veut dire : organisation de la réponse de sécurité civile. Il s?agit là d?un changement majeur dans la structuration générale des plans de prévention et de secours. Désormais, le plan ORSEC se décline en dispositions générales et spécifiques à un risque particulier.

Il n?a plus à être déclenché ; il est en permanence activé dans une posture de vigilance et d?action, en fonction des événements rencontrés.

Les services de la Ville et tout particulièrement le service de gestion de crise de l?A.D.P.P. ont été et continuent à être associés à la formalisation de tous les éléments qui constitueront l?architecture globale de réaction à des crises se déroulant sur le territoire parisien ou régional.

Cela se traduit par des ?fiches capacitaires? de moyens tant humains que matériels que la Ville pourrait mobiliser, par des procédures pour leur activation et leur gestion, ainsi que des ?fiches réflexes? précisant l?organisation de la Ville en cas de crise.

Le plan ministériel de gestion d?attentats multiples dans les réseaux de transports en commun d?Ile-de-France que vous citez, Monsieur GOUJON, est tout naturellement intégré au nouveau dispositif ORSEC. Il constitue donc l?un des éléments des dispositions spécifiques du plan.

A titre d?information, si un tel événement survenait, le plan matriciel recense des actions municipales de communication en direction de la population, des dispositions visant à mettre à l?abri des personnes le nécessitant, ainsi que toutes mesures de mise à disposition de locaux que la situation pourrait exiger.

Je profite de l?occasion que ce v?u présente pour rapidement informer le Conseil de Paris des récentes évolutions dans l?organisation de la gestion municipale des crises.

Chers collègues, elle s?organise autour de deux centres opérationnels :

- le CVO, centre de veille opérationnelle, qui fonctionne 24 heures sur 24, 365 jours par an et qui constitue la porte d?entrée de toutes les informations sur les événements qui se produisent à Paris, quelles que soient les sources de ces informations (services municipaux, Préfecture de police, Brigade des sapeurs-pompiers de Paris). Il est en capacité d?informer les autorités de la Ville de Paris et d?activer les cadres de permanence des directions concernées.

- une cellule centrale de crise, installée de façon pérenne dans un site tout spécialement aménagé et doté de moyens informatiques, audiovisuels et de communication de dernière génération. Elle a vocation à gérer les crises majeures. Cette structure, réunissant des représentants de toutes les directions, serait armée dans le contexte des événements que M. GOUJON évoque dans son v?u.

Voilà, chers collègues, ce que je souhaitais vous dire. Vous l?avez compris, je donne donc un avis favorable de l?Exécutif au v?u de M. GOUJON.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur SARRE.

Monsieur le Représentant du Préfet de police ?

M. LE REPRESENTANT DU PREFET DE POLICE . - Merci, Monsieur le Maire.

Effectivement, la région Ile-de-France, par son rang de premier bassin de vie en France et parmi les tous premiers en Europe, est naturellement la cible potentielle du risque terroriste. C?est pour cela que la Préfecture de police a élaboré un plan dit matriciel de gestion d?attentats commis simultanément pour être capable de répondre à des situations, telles que celles qui sont survenues à Madrid ou à Londres.

Ce plan est aujourd?hui quasiment finalisé. Il est le fruit d?une collaboration de l?ensemble des services de l?Etat, de toutes les préfectures de la région, de la Ville de Paris, des opérateurs de transports concernés tels que la R.A.T.P., la S.N.C.F. et OPTILE. Désormais, nous sommes en phase de test de ce plan par des exercices.

La B.S.P.P. et les services de police conduisent de nombreux exercices inopinés de terrain et la chaîne de commandement fait l?objet d?exercices d?état-major.

M. le Préfet de police a une proposition à faire aux élus de la 5ème Commission et plus largement à l?ensemble des élus de ce Conseil qui sont intéressés, à savoir la présentation, lors d?une réunion à l?état-major de zone, de ce plan, de manière détaillée, afin que tous les élus parisiens soient informés de ce qui se prépare.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Excellente proposition.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par M. GOUJON, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

La proposition de voeu est adoptée (2008, V. 4).