Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DLH - DASES6G-Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer une convention relative à l’attribution d’une subvention d’investissement d’un montant de 364.294 euros à la RIVP pour son projet de création d’un centre d’hébergement de 31 places situé 17, rue Gutenberg (15e), destiné à accueillir des jeunes adultes en cours d’insertion sociale et professionnelle.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2006


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons à l?examen du projet DLH - DASES 6 G. Il s?agit d?une convention pour attribuer une subvention d?investissement de 364.294 euros à la Régie immobilière de la Ville de Paris, pour la création d?un centre d?hébergement de 31 places, 17, rue Gutenberg dans le 15e, qui sera destiné à accueillir des jeunes adultes en cours d?insertion sociale et professionnelle.

Monsieur GOUJON, vous avez la parole.

M. Philippe GOUJON. - Je voudrais tout d?abord dire que ce bâtiment a été mis à la disposition gracieuse de l?association ?Aurore?, entre le mois de janvier et le mois d?octobre, c?est-à-dire maintenant. C?est une association qui gère notamment un C.H.R.S., faisant un travail tout à fait remarquable dans le 15e arrondissement et accueillant beaucoup de personnes en situation de grande précarité, le temps que les travaux au siège de l?association ?Aurore? soient réalisés. C?est une bonne chose que cette opération à tiroirs puisse avoir lieu.

Pour ma part, je voudrais dire que je me réjouis de l?aménagement d?un centre d?hébergement à cet endroit, destiné à accueillir des jeunes en cours d?insertion sociale, afin de les aider à accéder à l?autonomie en leur offrant un hébergement contractuel, mais également un soutien à l?autonomie économique et professionnelle, des activités visant à une insertion sociale et culturelle, avec un accompagnement socio-éducatif personnalisé. Même au-delà de la réponse à des situations d?ur-gence, ce projet est de nature à prévenir des parcours d?errance et à amorcer un processus d?insertion.

J?y suis donc très favorable et cela vient en continuité de la politique menée sous les mandatures précédentes. Le 15e est très heureux, par ma voix, d?accueillir ce centre pour les jeunes.

D?autant plus que c?est l?association ?Centre Corot Entraide d?Auteuil? qui va en être responsable. Elle a une très bonne réputation et fait un excellent travail, notamment dans le 16e arrondissement, et ailleurs.

Le seul point que je voudrais évoquer, en dehors de cet aspect satisfaisant des choses, c?est que nous avons eu à examiner en Conseil d?arrondissement un projet de délibération DLH 204 autorisant M. le Maire à conclure avec la R.I.V.P. un bail emphytéotique portant location de cet immeuble, mais sans qu?il nous soit indiqué dans ce projet de délibération quelle était la destination de cet immeuble et ce qu?on allait en faire, ce qui n?a pas permis aux élus d?avoir une connaissance totale du projet et qui les a gênés pour leur vote et leur appréciation.

On retrouve la convention essentiellement dans ce projet DASES 06 G, mais qui est évoquée en Conseil général et n?a pas été évoquée, par nature, en Conseil d?arrondissement. C?est un peu gênant puisque nous n?avons eu aucune information au Conseil d?arrondissement et que, quelques jours après seulement, nous avons vu apparaître un communiqué de presse de la Mairie de Paris explicitant les conditions dans lesquelles cet immeuble serait utilisé.

Je regrette le manque d?information, pour ne pas dire de concertation, concernant l?affectation de cet immeuble dont, selon moi et un certain nombre d?élus du 15e présents ici, nous nous réjouissons.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur GOUJON.

Je donne maintenant la parole à M. ALAYRAC.

M. Gilles ALAYRAC. - Merci, Monsieur le Président.

Je crois que ce projet de délibération doit nous permettre aussi de rappeler certaines vérités, notamment concernant le phénomène de l?hébergement d?urgence, et de dire que nous, élus parisiens, nous sommes confrontés à deux difficultés majeures : d?abord, l?insuffisante réaction des pouvoirs publics et de l?Etat par rapport à ce phénomène, mais aussi les réticences d?un certain nombre de maires d?Ile-de-France en particulier qui bloquent un rééquilibrage territorial indispensable en matière d?offre d?accueil d?urgence et de construction de nouveaux logements sociaux.

Aussi, face à toutes ces difficultés, notre groupe se félicite qu?on attribue à la R.I.V.P. cette subvention d?investissement de plus de 300.000 euros pour créer ce centre d?hébergement destiné à accueillir 31 jeunes adultes en cours d?insertion sociale et professionnelle.

Nous connaissons tous ici la vétusté et l?inadaptation des centres d?hébergement d?urgence et d?insertion. Je veux rappeler l?engagement très fort de la collectivité parisienne et de la Région Ile-de-France en faveur de l?humanisation des centres existants et de la création de places nouvelles, même si, justement, la prise en charge des personnes sans abri relève légalement de la compétence de l?Etat.

La vocation sociale de cet immeuble rue Gutenberg dans le 15e arrondissement - cela vient d?être dit - va être préservée puisqu?à l?heure actuelle, ces locaux sont mis gracieusement à disposition de l?association d?insertion ?Aurore? qui va libérer les lieux.

Nous sommes tout à fait favorables à ce que le bail emphytéotique puisse permettre à l?association ?Centre Corot Entraide d?Auteuil? de louer ces locaux qui vont permettre à ces jeunes adultes en situation de précarité et d?instabilité d?accéder à l?autonomie.

Ce type d?initiative en direction des jeunes est suffisamment rare pour être salué.

Mais, au-delà de la seule réponse d?urgence, ce nouveau C.H.U. parisien vise à prévenir l?errance des jeunes tombés dans la spirale de l?exclusion.

Notre Conseil sera conduit tout à l?heure à adopter, j?es-père, un autre projet de délibération qui permettra la conclusion avec la R.I.V.P. de ce bail emphytéotique portant location de cet immeuble.

Lorsque nous avons eu à examiner cette proposition en Conseil d?arrondissement, le maire du 15e arrondissement a tenté de bloquer la signature du bail, au motif que le projet de délibération dont nous discutons présentement ne lui avait pas été soumis, alors même que nous sommes en Conseil général et qu?il ne relève pas de sa compétence.

Je dénonce cette tentative d?obstruction qui, heureusement, n?a pas pu aboutir et je constate, une fois encore, que l?hébergement d?urgence ne fait pas partie des préoccupations du maire du 15e arrondissement.

Cependant, l?action de la Ville en faveur du logement et de l?hébergement d?urgence ne peut en aucun cas exempter l?Etat et les autres communes franciliennes de leurs responsabilités. Les solutions à ces problèmes graves ne pourront en effet être trouvées sans une synergie au niveau national et régional.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur ALAYRAC.

Je donne la parole à Mme STIEVENARD, puis à M. MANO.

Je vous invite à donner des réponses brèves à ces louanges !

Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Je remercie M. ALAYRAC ainsi que M. GOUJON pour leurs interventions.

Il s?agit en effet d?un très beau projet auquel M. MANO a donné fortement son appui, puisqu?il a lui-même recherché cette implantation.

Je partage entièrement les propos tenus par M. ALAYRAC sur le fait qu?il y a beaucoup de pauvreté à Paris, visible dans la rue. Notre souhait est évidemment que toutes ces personnes puissent engager un parcours d?insertion et, pour cela, trouvent un hébergement digne, ce à quoi nous travaillons avec énergie et volonté depuis 2001.

La création de ce centre d?hébergement d?urgence Gutenberg, qui va pouvoir ouvrir à la fin de l?année 2007, permettra l?accueil d?une trentaine de jeunes.

Je veux, à cette occasion, saluer le travail de l?association ?Centre Corot Entraide d?Auteuil? qui reçoit d?ores et déjà plusieurs centaines de jeunes pour des aides matérielles de subsistance, de première urgence et également d?hébergement. Je me réjouis d?entendre M. GOUJON nous apporter son appui.

Il est inexact de dire que le maire du 15e arrondissement n?était pas informé, car nous avions pris la précaution de l?informer en amont du projet d?implantation de ce centre.

Pour les jeunes, nous avons fait beaucoup, depuis 2001. Ainsi nous avons encore un projet d?extension des horaires d?accueil en week-end du centre George Sand, dans le 20e arrondissement, géré par le Centre d?action sociale.

Je rappellerai aussi notre action globale en matière de prévention et d?insertion des jeunes en difficulté, aussi bien par la création de ?Paris Jeunes Solidarité?, que par le renforcement considérable du Fonds d?aide aux jeunes, la création de trois espaces dynamiques d?insertion, l?effort soutenu en faveur de la prévention spécialisée et des missions locales, tout cela pour permettre aux jeunes qui, à un moment donné, sont en errance ou en difficulté de pouvoir être accompagnés et soutenus pour entrer dans la vie active dans les meilleures conditions.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame STIEVENARD.

Monsieur MANO, vous avez la parole.

M. Jean-Yves MANO, au nom de la 8e Commission. Dans un premier temps, je dirai quelques mots pour me réjouir de la position de M. GOUJON et donc de l?U.M.P.

Toutefois, je ne suis pas surpris car la sémantique de l?U.M.P. sur la notion d?hébergement a été modifiée récemment, notamment depuis le discours de Périgueux où on a entendu M. Nicolas SARKOZY dire qu?il était pour le droit à l?hébergement opposable.

Il est dommage que cette révélation soudaine n?ait pas eu lieu un mois auparavant, ce qui nous aurait évité de mettre dehors 350 personnes à Cachan, sans se soucier du moindre hébergement.

Néanmoins, pour être crédible, l?U.M.P. devra, ainsi que M. Nicolas SARKOZY, prouver que sur la Ville de Neuilly aussi il faut créer des structures d?hébergement d?urgence et l?ensemble du Département des Hauts-de-Seine devra participer de façon concrète à la solidarité régionale nécessaire à l?accueil décent de l?ensemble des personnes qui sont en difficulté sur le sol de l?Ile-de-France.

Voilà ce que je pouvais dire par rapport à la position globale.

Sur le fond, je soutiens l?association ?Corot? du 16e arrondissement et c?est pourquoi nous avons mis tout en ?uvre pour trouver, depuis un certain nombre d?années, la structure adéquate leur permettant de continuer leur action indispensable dans de bonnes conditions.

Et je me réjouis qu?on parvienne enfin à ouvrir rapidement cet espace en direction des jeunes en difficulté.

Merci.

M. Christian SAUTTER, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH - DASES 6 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DLH - DASES 6 G).